Test de OlliOlli World par jeuxvideo.com

Test de OlliOlli World par jeuxvideo.com

Depuis quelques mois – et pour la plus grande joie de votre serviteur – les jeux de skate font petit à petit leur retour sur le devant de la scène. De très grands noms resurgissent alors que d’autres font leur trou. Pour le coup, la série Olli Olli est un peu à cheval entre les deux : connue des initiés, moins du grand public. Le titre du studio Roll 7 a pourtant pour lui un gameplay très bien rôdé, à mi-chemin entre arcade, simulation et die & retry. Olli Olli World, nouvel opus, entend conserver ces acquis et étoffer la formule.

Test réalisé sur la version PS5 d’Olli Olli World. Sortie le 8 février 2022 on Switch, PS4, Xbox One, Series et PC.

Pas évident de renouveler une série dont le gameplay est très solide, affirmé. C’est le cas d’Olli Olli, license de jeu de skate lancée en 2013 par le studio Roll 7 et qui débarque aujourd’hui avec un troisième épisode. Des titres reconnus pour leurs mécaniques exigeantes sur fond de défilement horizontal 2D très rapide. Concrètement, un personnage vissé sur sa planche à roulettes dévale des niveaux sans s’arrêter (ni même la possibilité de freiner), de la gauche vers la droite, et le ramp joueur doit être ass’ pour les’ alertes, et tremplins afin de marquer le plus gros score et terminer différents objectifs – réussir telle ou telle figure, réunir plusieurs objets – et, d’autre part, éviter les obstacles arriver jusqu’à la fin d’un niveau. L’un des gros enjeux d’Olli Olli est de conserver sa vitesse avec des attterrissages “parfaits”, en gros sur le meilleur timing possible. Ce qui permet ainsi de sauter par-dessus les dangers urbains.

La roue tourne

Olli Olli World reprend bien sûr ce gameplay si particulier, mais apporte sa touche personnelle, dans une optique plus accessible, moins “hardcore”. Un élément très important par le passé et qui est à présent modifié: les atterrissages loupes ne font plus perdre d’équilibre, et donc de vitesse ainsi qu’un grand numbre de points. “Atterrissage” dans la langue d’Olli Olli, ça veut dire appuyer sur le bouton A (ou X sur PlayStation) au moment où votre avatar revient sur terre, après un saut. Une mécanique exigeante qui, si elle n’était pas bien réalisée, pouvait égallement vous envoyer dans le décor voire recommencer un niveau. Pas dans Olli Olli World. Ici, ne pas respecter ce timing ne vous pénalisera pas outre mesure. Mais si vous y parvenez, vous serez récompensé de points bonus – très importants en combo – et d’un petit boost de vitesse. Notez que la notion d’atterrissage parfaite s’applique aussi aux manuals et aux grinds. Si votre timing n’est pas au point, ce sera la mention “Bon” ou “OK” et moins de points.

Mine de rien, ce détail change pas mal de choses à la philosophie de la licence, mais le studio Roll 7 est arrivé à un terrain d’entente : d’un côté, Olli Olli World se montre plus accessible, et de l’autre, il sait être exigeant. Ne vous inquiétez pas, les levels défilent encore et toujours à une vitesse impressionnante (surtout en 120hz sur PlayStation 5) et même en tant qu’habitué de la série, il faudra régulièrement rester concentrén pour termineraux certains Des niveaux qui sont plus longs que par le passé, et accueillent même des checkpoints pour éviter d’avoir à tout recommencer en cas d’échec. Autre ajout non négligeable : dans Olli Olli World, chaque level bénéficie de sa propre identité visuelle, avec un arrière-plan bien défini, alors que les deux opus précédents optaient pour un fond générique par zone. Globalement, l’univers visuel de ce nouvel opus est beaucoup plus ambitieux que par le passé, avec des couleurs pastel et des designs à la “Adventure Time” très réussis, un scénario et petits dialogues.

Olli Olli World – Trailer de gameplay

Nouvelle dimension

C’est un compliment que l’on peut faire à d’autres aspects du titre. Avec Olli Olli World, Roll 7 apporte un tas de nouveaux éléments. D’abord en ce qui concerne les figures : les “grab” font leur entrée – aggriper sa planche avec sa main -, tout comme les “wallride” (rouler sur les murs), les “firecracker”, pour faire une sorte de manual sur des escaliers, et quelques tricks spéciaux inédits qui demanderont de faire des manipulations un peu plus complexes avec le stick droit (tout comme la série Skate d’EA, Olli Olli World mise sur cette touche pour réaliser des figures). Des nouveaux éléments qui se fondent bien voire très bien au socle déjà existant et qui donnent surtout à Roll 7 d’autres outils pour créer des obstacles dans les nombreux levels.

En parlant des niveaux, n’oublions pas deux ajouts importants : dans Olli Olli World, il est possible de changer de route et de traverser les parcours en sens inverse, soit de droite à gauche. Le changement de direction n’est possible qu’à certain moments bien précis et vous enverra bien souvent sur une “Route Difficile”, avec des obstacles plus complexes. Concernant le second point, le tout se fera grâce à des rampes depuis lesquelles le joueur s’envolera pour ensuite repartir dans l’autre direction. Des moments ou il sera évidemment possible de réaliser des figures. L’un dans l’autre, les nouveautés d’Olli Olli World forment une chorégraphie rapide, élégante et variée. Traverser les nombreux niveaux tirés des cinq zones est un véritable plaisir.

Arrêt au stand technique :

Dans tous les niveaux, en 120hz sur PlayStation 5 (mode d’ailleurs obligatoire lorsque votre TV est compatible), Olli Olli World reste fluide en toute circonstance, avec seulement de petits ralentissement lors desbuts dialogues qui interviennent a la si qué dé de tous les levels. Nous n’avons pas encore essay la version Switch, dont la fluidité sera un élément important.

Olli Olli World : Nouvelle référence du jeu de skate ?Olli Olli World : Nouvelle référence du jeu de skate ?

Quelques remous

Seul bémol avec ces deux ajouts : compléter les trois défis principaux, ici appelés “Défis de Mike”, est parfois laborieux. Il faudra par exemple rencontrer un personnage à un endroit bien précis d’un level, ou encore trouver tel objet à tel endroit. Logiquement, avec la possibilité de changer de route (qui peut arriver trois fois sur un parcours) les niveaux sont plus longs et plus complexes. Trouver l’objectif en question pourra donc s’avérer – de temps en temps – laborieux. Ce n’est pas un problème majeur : contrairement aux autres opus, Olli Olli World ax moins sa progression sur la réalisation de défis. À quelques exceptions près, l’ensemble des niveaux se débloquera en arrivant au bout du parcours précédent. Certains levels optionnels demanderont de réaliser de gros scores, ou encore de terminer une zone entière sans vous casser la figure.

D’un côté, ce nouveau système de progression empêche au joueur de se casser les dents sur certains objectifs – dont l’intitulé n’est pas toujours clair – de l’autre, ce n’est pas vraiment rendre possibilitéauxs Olli Olli World. Dans les faits, la structure du jeu n’encourage pas plus que ça à épuiser l’ensemble des tricks. Celle-ci fait ici la part belle à la personnalisation de votre personnage, très complète : chaque level, défi réalisé vous donnera accès à un nouvel élément cosmétique (casque, t-shirt, planche, etc). Une nouvelle dimension qui prend tout son sens en ligne, aspect maintenant plus que jamais intégré à Olli Olli. Il est possible d’affronter le score d’autres joueurs dans les niveaux du titre ou ceux créés aléatoirement. De quoi pousser le joueur à creuser davantage le gameplay. Dans l’ensemble, un titre vraiment réussi.

Olli Olli World – Aperçu de la personnalisation

Conclusion

Points forts

  • Sentiment de vitesse toujours grisant
  • Un univers qui gagne en épaisseur
  • Plus de possibilités, plus d’obstacles
  • Toujours exigeant, plus accessible
  • Une dimension online bienvenue

Points faibles

  • Objectifs secondaires parfois ratés
  • Quelques checkpoints mal placés
  • Une structure force repétitive

Avec une identité visuelle qui gagne en épaisseur et un éventail de tricks qui en fait autant, Roll 7 signe avec Olli Olli World un troisième épisode plus ambitieux et toujours aussi agréable à jouer. Les changes apportés pourront pourtant interpeller les habitués de la série: la licence est désormais plus accessible, en rendant les attterrissages parfaits moins cruciaux qu’auparavant. Mais les efforts des plus acharnés seront toujours récompensés, surtout grâce à une dimension en ligne où le talent de chacun prendra tout son sens. De plus, le studio profite de ce renouveau pour apporter des mécaniques inédites, comme les changes de route ou certaines figures, qui viennent étoffer avec brio un socle déjà très solide. Bref, c’est plus complet, plus agréable à regarder, toujours aussi grisant et rapide à jouer. Un véritable aboutissement pour la license.

L’avis des lecteurs

Donnez votre avis sur le jeu !

Profil de Indee, Jeuxvideo.com

Par Indee, Journaliste jeuxvideo.com

MP

Leave a Comment

Your email address will not be published.