Le réseau social Facebook perd pour la première fois des utilisateurs

Le réseau social Facebook perd pour la première fois des utilisateurs

Le logo de Meta, nouveau nom de l'empire Facebook, au siège de l'entreprise, à Menlo Park (Californie), le 28 October 2021.

Pour la première fois depuis sa création, en 2004, Facebook a perdu des utilisateurs: le nombre de personnes se connectant quotidiennement à son service dans le monde a chuté de 4 millions entre septembre et décembre 2021, an annoncé la sociérevété, 2 lors de ses résultats. Certes, le réseau social reste de loin le leader mondial, avec 1,929 milliard d’usagers quotidiens, et sa famille d’applications, incluant Instagram et WhatsApp, continue de croître un peu, à 2,82 milliards. Mais ce retournement, cauchemar de tout géant du numérique, symbolise les doutes sur les perspectives de l’entreprise de Mark Zuckerberg.

Le tableau des résultats, inférieurs aux prévisions des analystes, a suscité de la surprise, voire un choc chez les journalistes et les acteurs boursiers. L’entreprise, dont la capitalisation atteignait 898 milliards de dollars (795 milliards d’euros), perdait 23% de sa valeur dans les échanges après clôture, mercredi. Une sanction pour un groupe dont la croissance folle semble en voie de normalisation: son chiffre d’affaires n’a augmenté « que » de 20% au quatrième trimestre par rapport à 2020, et son bénéfice a baissé de 8%. Sur l’année 2021, ses revenus se sont élevés à 118 milliards de dollars (+ 37%) et son bénéfice à 39 milliards (+ 35%), soit une marge de 37%.

Lire aussi Article réserve à nos abonnés Facebook perd plus de 200 milliards de dollars de valeur ; le « monde d’avant » prend sa revanche à Wall Street

Face aux inquiétudes des analystes, Mark Zuckerberg n’a pas hésité à exposer les « vents contraires » rencontrés par Facebook. Ce discours de vérité peut aussi être vu comme une volonté de dépeindre une entreprise affaiblie auprès des régulateurs et autorités antitrust, désireux d’encadrer, voire de démanteler, le « monopole » des réseaux sociaux. « Nous subissons une concurrence renforcée. Les gens ont de nombreux choix pour passer leur temps, et des applications comme TikTok croissent très rapidement », at-il constaté, soulignant l’attractivité de son rival chinois auprès des « jeunes adults ».

Coup de griffe à Google

Autre problème : pour contrer TikTok, Facebook et Instagram ont promu Reels, leur propre format de vidéos courtes. Toutefois, ces contenus de quelques secondes « se monétisent moins bien » que les publicités dans le fil d’actualités des utilisateurs ou dans les « stories » (des vidéos de quelques dizaines de secondes inventées, elles, pour contrer Snapchat).

Pour rassurer, la direction a expliqué investir lourdement, notamment dans la vente en ligne et le métavers, cet univers virtuel que l’entreprise appelle de ses vœux

De plus, Facebook a subi le contrecoup des changes apportés par Apple depuis l’automne 2021. Il est donc « plus difficile » de cibler les annonces et de mesurer leur efficacité, a expliqué Facebook, qui pense y perdre 10 milliards de dollars en 2022. Au passage, Mark Zuckerberg a mis un coup de griffe à Google, qui, grâce aux publicités sur son moteur de recherche, a doublé son bénéfice en 2021 (76 milliards de dollars). Son activite est « épargnée » par les changes d’Apple, a regretté le patron de Facebook.

Il vous reste 27.78% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Comment

Your email address will not be published.