Avec trois quarts de visiteurs des Hauts-de-France, le Louvre-Lens célèbre 10 ans d'un ancrage local réussi

Avec trois quarts de visiteurs des Hauts-de-France, le Louvre-Lens célèbre 10 ans d’un ancrage local réussi

Emmanuel Macron, president de la République, en visite du Louvre-Lens, devant le «Le Scribe accroupi», mercredi 2 février 2022.

« Elle est magnifique ! », s’enthousiasme Emmanuel Macron. Malgré sa petite taille – 47 centimètres – et ses 4 500 ans d’âge, la statue du Scribe accroupi dévore tout l’espace dans le Musée du Louvre-Lens, à qui l’œuvre a été prêtée pour fêter son dixième anniversaire. Arrivée discrètement la veille du Musée du Louvre in Paris, la figure de pierre calcaire a été installée mercredi 2 février, quelques heures avant la venue du chef de l’Etat, venu saluer la réussite de l’artétablis’i sement, ème au le plus important de province, derrière le Mucem (Marseille) et le Musée des Confluences (Lyon).

Ce pret du Scribe accroupi, prévu pour une durée de onze mois, est le premier acte fort de Laurence des Cars, la nouvelle présidente du Louvre, nommée en mai 2021 by M. Macron. Lors de son inauguration, en décembre 2012, le Louvre-Lens avait obtenu de pouvoir exposer la Liberté guidant le peupled’Eugène Delacroix.

Depuis, le musée Parisien a prêté quelque 3 300 œuvres à sa petite sœur des Hauts-de-France, parmi lesquelles des tableaux de Raphaël, Ingres, Rembrandt, Vermeer… Mais aucune de l’envergure de la ye aux égy statue cristal de roche poli subjuguent les égyptologues depuis près de deux siècles.

Lire aussi Article réserve à nos abonnés Laurence des Cars sera la première femme à diriger le Louvre

« Ce prêt, j’y ai pensé dès mon arrivée car je voulais un symbole fort pour fêter l’anniversaire du Louvre-Lensexplique Laurence des Cars au Monde. Le Scribe accroupi est une des œuvres les plus célèbres et les plus aimées du Louvre. Et son prêt coïncidait avec le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion, qui fera l’objet d’une exposition à Lens en septembre. » La sculpture n’avait quitté qu’une seule fois le Louvre depuis son entrée au musée, en 1854, lorsqu’elle avait été offerte par l’Egypte au titre du partage de fouilles. Et encore, c’était pour aller au Grand Palais, à deux pas du musée Parisien, lors d’une exposition consacrée aux pyramides en 1999.

Une décennie de développement

Pour Mme des Cars, la statue égyptienne est aussi l’occasion de rappeler que le Louvre est bien plus que le refuge de La Joconde. « Dès le départ, nous nous sommes mis d’accord avec le Louvre-Lens pour ne pas exposer une peinture, afin de montrer que le Louvre n’est pas qu’un grand musée de peintures mais compte aussi des majépartements cel départements antiquités égyptiennes »explique l’ancienne présidente du Musée d’Orsay, qui devrait dévoiler dans les prochains jours les projets qu’elle entend mener durant son mandat au Louvre, débuté le 1er septembre et d’une durée – renouvelable – de cinq ans. Mme des Cars s’est notamment engagée à créer un nouveau département consacré à Byzance et aux chrétiens d’Orient.

Il vous reste 57.05% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Comment

Your email address will not be published.