les hallucinantes conditions du match entre les États-Unis et le Honduras !

les hallucinantes conditions du match entre les États-Unis et le Honduras !

Les États-Unis ne sont pas encore qualifiés pour la Coupe du Monde au Qatar en fin d’année, mais ils n’oublieront pas de sitôt le match disputé dans la nuit de mercredi à jeudi à Saint-Paul Minute otas. Pour espérer jouer sous la chaleur en novembre 2022, la sélection américaine a dû affronter le froid polaire de cet État du Nord, qui avait été choisi pour accueillir le Honduras.

La suite après cette publicité

Un choix extrêmement douteux au regard des conditions météorologiques, habituelles dans cette région. Au coup d’envoi, la température affichée était de -17 degrés. La température ressentie oscillait entre -20 et -25 degrés. Ce qui a donné lieu à des scènes cocasses pour les téléspectateurs, à défaut d’être drôles pour les joueurs et les staffs des deux équipes. Les acteurs de la rencontre avaient eu l’autorisation d’évoluer avec des cagoules pour se protéger du froid. Bancs chauffants, chauffe-semelles fournies par l’équipe de NFL des Vikings du Minnesota, il fallait bien ça pour lutter contre le froid polaire.

Des scènes surréalistes

Le gardien américain Matt Turner avait lui gardé son chauffe-mains au coup d’envoi, avant que l’arbitre lui donne l’ordre de le retirer… En tribunes, certain journalistes du coin ski avaient anticipé et avaient sorti les affaires de pour ne pas trop souffrir du froid! Des conditions surréalistes qui ont effaré la sélection du Honduras. Trois joueurs ont ainsi été remplacés à la mi-temps, et la Fédération hondurienne a assuré que pour deux d’entre eux, le remplacement était bien dû « aux conditions climatiques extrêmes ».

Les USA se sont imposés sur le score de 3-0, avec des buts de McKennie, Zimmerman et Pulisic, et les dirigeants de leur fédération ont assumé le choix du lieu, arguant qu’ils gardaient une continuité buiséu climatique après après -5 degrés et au Canada à Ontario (+1 degré)… Le Honduras, dernier du classement, an exprimé son mécontentement via le sélectionneur Hernan Dario Gomez. « Je ne vais pas analyser mon équipe, le jeu ou les performances de mes joueurs. Ce n’est pas possible et je ne suis pas capable de le faire dans ces circonstances. Dans le vestiaire, mes joueurs reçoivent des fluides intraveineux et beaucoup d’entre eux souffrent. »

Leave a Comment

Your email address will not be published.