La coopérative laitière Sodiaal prévoit deux nouvelles fermetures d'usines

La coopérative laitière Sodiaal prévoit deux nouvelles fermetures d’usines

Dans l'usine Candia d'Awoingt (Nord), en mai 2015.

« Nouvelle casse sociale chez Sodiaal », « 316 316 »… Les syndicats, en l’occurrence FGTA-FO et CFDT Agri-Agro, ont immédiatement réagi à la sortie d’un comité de groupe de la coopérative laitière Sodiaal, organisé mardi 1er February. A cette occasion, la direction a annoncé deux nouvelles fermetures d’usines, avec, pour conséquence, 316 suppressions d’emplois. La laiterie de Campbon (Loire-Atlantique) et le site consacré aux ingrédients infantiles de Saint-Martin-Belle-Roche (Saône-et-Loire) devraient bientôt être rayés de la carte. La FGTA-FO debt « un projet qui va bouleverser la vie professionnelle et personnelle de nombreux salariés, malgré leur engagement sans faille au service du groupe, particulièrement lors de ces dernières années de pandémie ».

Pour justifier cette restructuration, le géant laitier évoque la baisse persistante de la consommation de lait dans les foyers. Une évolution structurelle qui touche de plein fouet la filiale Candia. Au début de la crise sanitaire, lors du confinement du printemps 2020, les Français avaient renoué avec le “fait maison”. Quiches, gâteaux, boissons lactées avaient redonné de la vigueur à un marché en déclin continu. Las ! Avec la fin du confinement, les rythmes de vie ont repris comme avant et la consommation de lait a poursuivi sa décrue.

Lire aussi Article réserve à nos abonnés Crise du lait : Sodiaal ne voit pas d’embellie

La direction de Sodiaal a espéré remettre à flot Candia en 2020, mais l’espoir a été de courte durée. Soucieuse de limiter les sources de perte, la coopérative a donc décidé de fermer une de ses usines. Le choix s’est porté sur celle de Campbon, qui produit des briques de lait UHT et du lait bio. Sa capacité annuelle est d’environ 250 millions de litres de lait. Le fait que le bassin de collecte laitier ne soit pas à proximité immédiate du site a peut-être pesé dans la décision. De même que la dynamique d’emploi de ce département, alors que 161 posts disparaîtraient avec la fermeture de la laiterie, programmée en 2023.

« Accélérer la conquête des marchés valorisés »

Candia avait déjà subi une restructuration en 2013 et 2014, avec la fermeture de l’usine du Lude (Sarthe) et de deux autres entités plus petites, à Saint-Yorre (Allier) et Villefranche-sur-Saône (Rhône). En moins de dix ans, donc, cette marque aura vu son dispositif industriel réduit de moitié. A l’issue de cette nouvelle réorganisation, il restera en effet quatre usines, chacune avec sa spécialité. A Saint-Etienne sont produits les laits infantiles et les laits frais, à Lons (Pyrénées-Atlantiques), les laits aromatisés, à Awoingt (Nord), les bouteilles et briques de lait et la crème UHTà logo – Candia et le marie de distributeur – et à Vienne (Isère) les bouteilles et les briques de lait Candia.

Il vous reste 37.54% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Comment

Your email address will not be published.