Tesla Superchargeur

La recharge coûte cher, Tesla vient d’avoir une (mauvaise) idée

Vous réalisez un trajet de longue distance avec votre Tesla, et vous ne faites malheureusement pas partie des premiers clients à avoir accès à la recharge aux Superchargeurs gratuite à vie. Il semblerait donc que vous faites partie de cette majorité de clients dont le porte-monnaie a subi la hausse des coûts aux bornes de recharge. Pire: que vous en arrivez à vous demander si le coup d’achat de voiture électrique sera bel et bien amorti grâce au prix des recharges. Et que future budget pour un long voyage n’est-il pas le même que celui en voiture thermique.

Ces deux dernières années, la recharge sur les bornes ultra-rapide en CCS an explosé. Et les clients commencent à sérieusement le pointer du doigt. Chez Tesla, une récente mise à jour de l’application a permis d’ajouter une fonctionnalité “Statistique de la recharge” censé vous détailler l’ensemble de vos charges mensuelles, ainsi que le coût économisé face à un équivalent en budget essence. En France, cette fonctionnalité n’est pas encore disponible, mais devrait bientôt l’être. Et son annonce pourrait soulever quelques voix agacées.

Des économies de moins en moins importantes

Depuis la nouvelle application Tesla mise à jour, des clients américains et canadiens ont fait part de la nouvelle fonctionnalité avec des captures d’écran à l’appui. On peut y découvrir le détail de ses recharges tout au long du mois : chaque jour est représenté par une colonne, avec noté le nombre de kWh de charge et la décomposition de celle-ci suivant sa provenance (domicile, Superchargeur ou “Autre”). Au Québec, où l’électricité est bon marché, les premiers utilisateurs concernés se sont réjouis de la fonctionnalité. Mais en France, alors que le coût du kWh est de 0,40 € pour les abonnés Tesla (0,56 € sinon)les utilisateurs ne devraient pas se montrer si heureux.

Statistiques recharge Tesla

© Electrek

La seconde partie de la fonctionnalité est un outil comparatif avec un equivalent en plein d’essence sur une voiture thermique. Si les Québécois, tel que le rédacteur en chef du site Electrek se targuait d’une économie de $230, pas sûr que les clients français, qui utilisent régulièrement les Superchargeurs pourront en dire autant. On est loin des économies réalisées il ya quelques années lorsque les Superchargeurs ne coûtaient que 0,20 € le kWh. Pour en arriver à de tels tarifs, aujourd’hui, mieux vaut recharger majoritairement sur des prises domestiques. Mais tout le monde ne peut pas se le permettre, notamment dans les villes.

L’ouverture des Superchargeurs à la concurrence

Comparé au réseau Ionity qui facture à la minute, Tesla facture ses clients au kWh chargé. Un avantage, surtout lorsque la puissance de recharge n’est pas très élevée. Lorsque de nombreux clients sont présents sur des points de recharge, la puissance a tendance a baisser. Et sur ce point, encore, les clients risquent de se montrer frustrés. Depuis cette semaine, 16 Superchargeurs en France se sont ouverts à la concurrence, et permettront aux automobilistes de toutes marques électriques de venir se charger sur le réseau Tesla.

Pour les clients d’Audi e-tron, e-tron GT, Porsche Taycan, Kia EV6 et autres Hyundai Ioniq 5, il vaut mieux encore rester sur le réseau Ionity qui permet des recharges jusqu’à 350 kW. Mais pour tous les autres modèles, qui ne chargent pas à plus de 100 kW, c’est la douche froide depuis la nouvelle tarification à la minute. Et le réseau de Superchargeurs Tesla, avec son abonnement à 12,99 € par mois pour profiter d’un coût de 0,40 € au kWh, semble plus intéressant.

Ainsi, ils seront certainement nombreux à se rendre sur les installations de la marque californienne, au risque de créer des files d’attente… L’un des points qui risquent de faire parler ces prochains mois : la plupart des nouveaux modèles du groupe Volkswagen ( avec Audi et Skoda) possèdent leur trappe de recharge à l’arrière droit, alors que les Tesla rechargent à l’arrière gauche. Pour pouvoir se brancher, ces voitures devront donc occuper la place à côté de celle réservée à leur borne, condamnant donc deux places.

L’avenir nous dira si la hausse des prix accompagnée d’une hausse de la congestion de ses stations mettra les clients Tesla à dos du constructeur, et si la marque cherchera à remédier à cette tendance de pertes d’avantages. Une chose est sûre, il faudra trouver de nouveaux arguments, en 2022, pour vendre des voitures 100% électriques. Le nombre de chargeurs ne sera bientôt plus un problème, mais le coût de la mobilité individuelle verte ne changera en rien de celui de nos “vieux” moteurs essence et diesel.

Leave a Comment

Your email address will not be published.