les opportunistes du calendrier promotionnel

les opportunistes du calendrier promotionnel

AMonoprix Montparnasse, in Paris, deux pandas tournent sur eux-mêmes à l’entrée du rayon alimentation, un tigre de 2 mètres de long bouge la tête et remue la queue au-dessus d’impressionnants linjaéaires de sauce « 2022, on l’a tellement attendue qu’on va la fêter deux fois », dit le slogan de l’enseigne pour annoncer les moyens déployés pour le Nouvel An chinois.

Parmi les produits destinés à fêter l’année du Tigre d’eau, des chips de crevettes, mais aussi des soupes miso japonaises, du poulet tandoori et masala. Plus indien que chinois, mais on ne va pas pinieller car, depuis le confinement et les restrictions, qui sait encore comment on vit à l’étranger? Et puis, en France, on a déjà accepté de croire depuis des lustres qu’on mangeait des brochettes de bœuf au fromage au Japon.

La grande distribution a horreur du vide. Longtemps, les experts du « calendar promotionnel » misaient sur la maison et le repli sur soi pour créer des occasions de retourner dans les hypermarchés en janvier après les fêtes. Mais le « blanc » n’a jamais boosté l’épicerie. Stratégiquement installé entre Noël et la Saint-Valentin, le Nouvel An chinois compte désormais parmi les grands rendez-vous du marketing ethnique. Il présente le double avantage d’être laïc et commercial, et s’est fait sa place dans les catalogues publicitaires avec l’efficacité du « Black Friday ».

Lire aussi Article réserve à nos abonnés Le Nouvel An chinois dans « Le Monde », de la naissance du « Chinatown » parisien au mystérieux virus de Wuhan

A quoi on les reconnaît

Ils ne parlent pas de fêtes ou de promos mais de « temps forts » et « d’événementialiser un espace du magasin ». Ils distribuent les prospectus du Nouvel An chinois dès la mi-janvier pour ne pas mordre sur la Chandeleur et la Saint-Valentin mais sans rogner sur la fin des soldes d’hiver. Ils mettent des pandas, des mochis nippons et des lanternes rouges partout. Ils ne sont pas trop sûrs de ce que signifient les caractères chinois dans la vitrine. Ils utilisent des typographies qui semblent tirées du jeu de société Les Mystères de Pékin.

Comment ils parlent

« C’est le Nouvel An chinois chez Bagel Corner. » « Les crêpes thaïes, ça permet d’allier Chandeleur et Nouvel An chinois. » « L’Asie à prix Aldi. »

Leurs grandes vérités

L’année du Tigre d’eau sera l’année du changement. Le Nouvel An chinois ne suscite pas les tensions des rayons halal et casher. On ne va pas aller jusqu’à fêter Thanksgiving, mais il ya un marché pour les décorations automnales entre Halloween et Noël.

Lire aussi Article réserve à nos abonnés « Quand les assiettes se touchent, l’eau circule moins bien » : les dingues du lave-vaisselle

Leurs questions existentielles

Est-ce qu’il faut dire Nouvel An chinois ou Nouvel An lunaire pour inclure d’autres pays, comme le Japon, le Vietnam, la Malaisie et la Corée du Sud ? A quel moment on démarre les promos de la Chandeleur ? On peut enchaîner le dry january (« janvier sans alcool ») et le Nouvel An chinois ? Est-ce que le single day, la journée des célibataires du 11 novembre sera bientôt dans le calendrier promotionnel français ?

Il vous reste 12.05% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Comment

Your email address will not be published.