l’épidémie progresse toujours dans plusieurs régions, notamment le Sud-Est

publié le mercredi 02 février 2022 à 16h36

L’hiver précédent, les confinements et les mesures contre le Covid-19 avaient bloqué la circulation des autres virus, comme celui de la grippe.

En pleine pandémie de Covid-19, la grippe n’est pas en reste. L’épidémie continue en effet d’affecter de nombreuses régions françaises, notamment dans le Sud-Est où elle reste en progression.

En revanche, l’Ile-de-France confirme sa sortie, selon le bilan hebdomadaire de l’agence Santé publique France publié mercredi 2 février.

Lors de la quatrième semaine de janvier, “l’évolution de l’activité grippale était variable selon les régions” métropolitaines, a résumé l’agence sanitaire dans un communiqué.

“Les indicateurs de grippe et syndrome grippal étaient à la hausse en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Corse, justifiant un en passage phase pré-épidémique pour la Corse”, at-elle précisé. “En revanche, les indicateurs continuaient de diminuer en Ile-de-France après son passage en phase post-épidémique”.

“Dans les autres régions, l’activité grippale était stable”, a précisé Santé publique France.

Les Français moins infectés l’hiver précédent

L’hiver précédent, les confinements et les mesures contre le Covid-19 avaient bloqué la circulation des autres virus, comme celui de la grippe.

Les Français ont été moins infectés que d’habitude et sont donc moins immunisés sur le plan collectif, ce qui qui favorise une reprise de l’épidémie cet hiver.

C’était aussi le cas pour la bronchiolite, qui touche essentiellement les nourrissons et a donné lieu à une épidémie qui demeure en phase descendante.

Après Auvergne-Rhône-Alpes, Centre-Val de Loire, Occitanie, Pays de la Loire et Guyane la semaine précédente, plusieurs régions sont sorties de cette épidémie : Bourgogne-Franche-Comté,dieA Bretagne- Nopeset- Norman -Côte d’Azur. L’épidémie de bronchiolite est par ailleurs terminée depuis plus longtemps en Ile-de-France.

Santé publique France observe égallement une “poursuite de la baisse des passages aux urgences et des hospitalisations suite aux passages aux urgences pour bronchiolite chez les enfants de moins de 2 ans”.

Sur le front du Covid-19, “la situation reste fragile”

La pandémie de Covid-19 continue de mettre les hôpitaux sous tension. Selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, “le nombre de personnes hospitalisées avec le Covid-19 est au plus haut de ce que nous avons connu depuis le début de cette épidémie – supérieur à 30.000 patients. ya encore une pression très forte sur les hôpitaux”, at-il mis en garde mercredi 2 février à l’issue du Conseil des ministres.

“La situation reste fragile car on est encore à un niveau très élevé de cas déclarés, car il ya ce sous-variant BA.2, qui semble encore plus contagieux et dont nous avons vu dans certains pays – notamment au Danemark – qu’il” est devenu assez rapidement dominant et qu’il a entraîné une reprise des contaminations, car il ya une tension qui reste extrêmement forte à l’hôpital”, a ajouté Gabriel Attal.

Malgré tout, “nous constatons que la tendance s’inverse”, s’est-il réjoui. Depuis la fin de semaine dernière, il ya chaque jour moins de cas déclarés que le même jour de la semaine précédente. la première fois depuis un certain temps, nous avons, sur une semained, duin une cidauminu national”, a poursuivi le porte-parole du gouvernement.

Leave a Comment

Your email address will not be published.