ce sabre "laser" fonctionnel est entré au livre des Records

ce sabre “laser” fonctionnel est entré au livre des Records

Ce “vrai” sabre laser construit par le Russe Alex Burkan semble tout droit sorti de la Guerre des Étoiles, et sa lame est même capable de traverser du métal.

Cela fait des décennies que des passionnés de science-fiction cherchent à reproduire le célèbre sabre laser de Star Wars le plus fidèlement possible. Il en existe aujourd’hui des tas, qui vont du simple jouet en plastique aux véritables œuvres d’art prisées des collectionneurs. Mais la palme revient sans conteste à Alex Burkan alias Alex Lab, un Russe qui s’est illustré avec ce qu’il présente comme le”premier sabre laser retractable et autonome au monde“. Une invention qui lui a valu une place dans le Livre Guinness des Records, et qui doit faire saliver les cosplayeurs les plus salomeux.

Dans une interview donnée à l’institution et repérée par Ouest France, Burkan affirme qu’il s’agit d’un projet qui lui tient à cœur depuis bientôt dix ans. “Depuis 2013, mon principal champ de recherche choseait la génération d’hydrogène, donc je me suis dit que je pourrais peut-être construire quelque”, explique-t-il.

Un assemblage complexe

S’en est suivie une longue traversée du désert pendant laquelle il avancé plus ou moins à tâtons. “Pendant de nombreuses années, j’ai collecté des idées et des pièces détachées pour mon sabre laser et son alimentation sur Internet et dans des décharges”, raconte-t-il. Et ses efforts ont fini par payer puisqu’après plusieurs années, il a enfin atteint son objectif.

Cette arme futuriste se base sur un processus bien connu des chimistes et des métallurgistes : l’électrolyse. “L’élément clé de mon sabre, c’est l’électrolyseur”, détaille l’ingénieur. “C’est un appareil qui peut générer de grandes quantités d’hydrogène et d’oxygène et compresser le gaz sans compresseur mécanique”, precise-t-il. Et pour cela, il n’y a pas besoin d’un matériau exotique tout droit sorti de la science-fiction; il suffit d’un petit peu d’eau.

L’inventeur a ensuite dû s’attaquer à la partie la plus compliquée: donner sa forme définitive au sabre. Une étape bien plus ardue qu’il n’y paraît. En effet, le brûleur doit être parfaitement calibré pour obtenir l’effet visuel recherché. Mais surtout, il a fallu intégrer tout le système de distribution de gaz et d’alimentation directement dans la poignée.

Ce sabre laser ne peut pas fonctionner très longtemps, mais cela ne l’empêche pas de traverser des pièces de métal. © Alex Burkan

Une arme assez limitée, mais bien fonctionnelle

Mais le jeu en valait la chandelle et ses efforts ont été récompensés. Au bout du compte, Burkan est parvenu à produire un saber laser plus vrai que nature, fonctionnel et sans le moindre câble. Et autant le dire tout de suite, il ne s’agit absolument pas d’un jouet mais d’une véritable arme puisqu’il dispose d’une “lame” de plasma à 2800 °C! Une fournaise suffisante pour trancher dans certains métaux .

Mais ce n’est pas pour autant qu’il pourrait servir dans un vrai combat. “Ce n’est qu’un prototype, donc il comporte de nombreuses limits”, explique burkan. “Il ne peut fonctionner que 30 seconds à pleine puissance, et la torche à hydrogène n’est pas aussi stable que je le souhaiterais”, déplore-t-il. Des défauts qui semble assez anecdotique… jusqu’à l’évocation du dernier de la liste: “Parfois, le sabre laser vous explose juste dans la main à cause d’un retour de flammes“,” lâche-t-il avec désinvolture. Mais il ne perd pas espoir; à terme, il compte bien construire un modèle aussi stable que dans la célèbre série de films.

Le Guinness rappelle égallement qu’il n’est pas le premier à tenter l’aventure. En 2020, le Canadien James Hobson avait eu droit à une récompense pour l’invention du premier “proto-sabre laser”. Celui-ci était déjà rétractable et fonctionnel à l’époque, mais nécessitait encore une source d’énergie externe – en l’occurrence, une bonbonne de propane liquide montée sur un sac à dos improvisé.

Désormais, il continuera encore d’améliorer son sabre laser quelque temps avant de se consacrer entièrement à son autre projet : produire une véritable armure Iron Man qui fonctionnerait égallement à l’hydrogène !

Leave a Comment

Your email address will not be published.