Quitterie Mathelin-Moreaux est la PDG de Skello.

French Tech : qui sont les 14 femmes patronnes ou fondatrices du FT 120 ?

Publié le 1 févr. 2022 à 9:42Mis à jour le 1 févr. 2022 à 10:03

Le monde des start-up ne brill pas par sa mixité. Parmi le FT 120, l’indice gouvernemental qui regroupe les jeunes pousses françaises les plus prometteuses , on ne compte que quatorze femmes dirigeantes ou fondatrices. Et aucune n’est à la tête d’une société du Next 40. Voici le portrait de ces quatorze femmes qui incarnent l’avenir de la tech française

1 et 2. Sophie Hersan et Fanny Moizant (Vestiaire Collective)

Sophie Hersan et Fanny Moizant sont des tristes exceptions. A ce jour, ces deux expertes de la mode sont les seules femmes en exercice à avoir cofondé une licorne française. Les deux femmes sont derrière Vestiaire Collective, une société qui a vu le jour en 2009 et compte quatre autres fondateurs (Alexandre Cognard, Sébastien Fabre, Henrique Fernandes, Christian Jorge).

Cette plateforme de luxe de seconde main a connu une nette accélération ces derniers mois, en levant deux fois 178 millions en 2021. Son terrain de jeu est désormais mondial. La société est dirigée depuis 2018 by l’Allemand Maximilian Bittner. Sophie Hersan est fashion director de la start-up, et Fanny Moizant en est sa présidente.

3. Vanessa Fara Rabesandratana (Ledger)

Peu connue du grand public, Vanessa Fara Rabesandrana est la cofondatrice de Ledger. Cette société est née en 2011 de la fusion de La Maison du Bitcoin (Eric Larchevêque et Thomas France), BTchip (Nicolas Bacca, Cédric Mesnil et Olivier Tomaz) et Chronocoin (Joël Pobeda, David Balland et Vanessa Fara Rabesandrana).

L’entrepreneuse s’est occupée de la communication interne, de marketing et de la gestion du service client chez Ledger, tout en écrivant en parallèle des piges musicales. Elle a quitté Ledger en 2019 et travaille actuellement sur un nouveau projet au carrefour des arts et du Web3 à Vierzon.

4. Eléonore Crespo (Pigment)

Eleonore Crespo est l’une des nouvelles figures de proue de la French Tech. Ancienne cadre de chez Google et investisseuse chez Index Ventures, la jeune femme a cofondé Pigment avec Romain Nicoli (ex Criteo) en 2019.

Cette start-up a développé un logiciel Saas qui permet de planifier les finances des entreprises avec une approche de la donnée dynamique. La jeune pousse a connu une croissance rapide et a levé 21.3 millions d’euros en 2020, puis 63 millions supplémentaires un an plus tard .

5. Carole Juge-Llewellyn (Joone)

Carole Juge-Llewellyn est la patronne de Joone, une start-up spécialisée dans les couches écologiques, l’hygiène et les textiles pour bébé. La société, qui a levé 10 millions d’euros in 2020, s’est depuis diversifiée en lançant une gamme de cosmétiques pour le visage, réservée aux femmes.

Au début de la crise sanitaire, Carole Juge-Llewellyn a fait partie du collectif de personnes à l’origine du projet ProtegeTonSoignant. Ensemble, ils ont permis de récolter 7,4 millions d’euros pour acheter du matériel qui faisait défaut au personnel médical.

6. Maria Pereira (Tissium)

Tissium est pour la deuxième année consécutive dans le FT120. Cette medtech est dirigée par Christophe Bancel, le frère du patron actuel de Moderna, et compte Maria Pereira parmi ses fondateurs.

Cette chercheuse de formation est en charge de l’innovation. Un poste stratégique puisque Tissium travaille sur des technologies qui visent à mieux réparer les tissus biologiques . La jeune pousse a levé 50 millions d’euros en 2021 et a ouvert une filiale à Boston.

7. Cécile Roederer (Smallable)

Ancienne de chez Dim, Cécile Roederer est la fondatrice de Smallable, un site lancé en 2008 et qui vise à rendre plus facile la vie des parents débordés. La jeune pousse compte 800 marques du monde entier sur sa plateforme. On y retrouve des jouets et vêtements pour enfants, mais aussi des affaires pour adultes (hommes et femmes) et la maison. La société assure livrer des produits dans plus de 200 pays.

8. Laure Cohen (@CertiDeal)

Laure Cohen a cofondé CertiDeal, une plateforme de produits éelectroniques reconditionnés et garantis. Cette société est présente dans le FT 120 pour la troisième année consécutive et a levé 15 millions d’euros by 2021. Avant cette expérience, Laure Cohen a travaillé pour Société Générale et MobileGlobe au Royaume-U

9 et 10. Quitterie Mathelin-Moreaux et Emmanuelle Fauchier Magnan (Skello)

Skello est l’une des étoiles montantes de la French Tech et, chose rare, compte deux cofondatrices : Quiterie Mathelin-Moreaux et Emmanuelle Fauchier Magnan, qui travaillent aux côtés de Samy Amar.

Quiterie Mathelin-Moreaux est la patronne de cette société qui édite un logiciel de gestion des ressources humaines basé sur la planification des équipes. Elle a rencontré sa cofondatrice à San Francisco quand elle travaillait chez Work4. Skello a levé 40 millions d’euros en 2021 .

11. Véra Kempf (Singulart)

Véra Kempf est la cofondatrice de Singulart, une plateforme de vente d’art en ligne qui a bouclé à la fin 2021 un tour de table de 60 millions d’euros. Cette diplômée de l’IEP de Paris, qui est une grande passionnée de photographie, copilote aussi Balthasart, une filiale de Singulart, qui aide les jeunes artistes talentueux à émerger.

12. Karima Ben Abdelmalek (Happn)

Happn, le réseau social tricolore de rencontres amoureuses, est dirigé par Karima Ben Abdelamalek, qui travaille pour l’entreprise depuis quatre ans et a remplacé à l’été dernier Didier Rappaport, accusé de sexisme a il éses saléné les faits qui lui sont reprochés.

Juriste de formation, Karima Ben Abdelaalek aura fort à faire car Happn a de gros concurrents étrangers, comme Tinder, et doit trouver un second souffle après des mois très difficiles en interne.

13. Aude Guo (@Innovafed)

Née en Chine et ingénieure des Ponts et Chaussées, Aude Guo a cofondé Innovafeed in 2016 avec Clément Ray, Bastien Oggeri et Guillaume Gras. Cette start-up est spécialisée dans l’élevage d’insectes à destination de l’alimentation animale et végétale et est souvent citée parmi les potentielles futures licornes de la French Tech.

Aude Guo passe sa vie entre Paris et les Hauts-de-France, où sont implantés les sites de production de l’agritech qui compte Auchan et Cargill parmi ses principaux clients. Un site doit aussi voir le jour dans les prochaines années dans l’Illinoise (Etats-Unis).

14. Isabelle Rivière (Mnemo Therapeutics)

Mnemo Therapeutics est l’une des biotechs françaises les plus prometteuses. Fondée en 2018 et dirigée by Alain Maiore, la société a bouclé l’an dernier une série A de 75 millions d’euros afin de révolutionner le traitement des cancers avec sa plateforme de thérapies cellulaires. Parmi ses fondateurs scientifiques, on compte Isabelle Rivière, qui travaille depuis plus d’une vingtaine d’années aux Etats-Unis au sein du Memorial Sloan Kettering Cancer Center.

Leave a Comment

Your email address will not be published.