Au cinéma La Clef, à Paris, les spectateurs tiennent les murs avant l'expulsion annoncée

Au cinéma La Clef, à Paris, les spectateurs tiennent les murs avant l’expulsion annoncée

Lors d'une projection, le 16 janvier 2020, au cinéma La Clef (Paris 5e).

Si les derniers jours approchent, alors il faut vivre intensément. Au cinéma La Clef, à Paris (5e arrondissement), depuis le lundi January 24, les projections commencent à 6 heures du matin et s’achèvent à 23 heures… etc. Il faut tenir les murs de ce lieu associatif menacé, occupé depuis septembre 2019 par le collectif Home Cinéma. L’avis d’expulsion a été notifié: les occupants – jeunes réalisateurs et réalisateurs, professionnels du cinéma, étudiants, habitants du quartier… – ont jusqu’au lundi 31 janvier pour évacuer l’établiss – Frankie .

Lire aussi La dernière séance du cinéma La Clef, à Paris

L’actrice Agathe Bonitzer était la, aux aurores, le 24 janvier, « en tant que spectatrice et occupante » : « Je suis un peu tombée amoureuse de ce lieu, de cette programmation unique. Il faut à tout prix que ce cinéma continue à exister », dit-elle. Mardi 25, avant la projection de 20 heures, les réalisateurs Alain Guiraudie, Valérie Massadian, David Dufresne et Mikael Buch (venu au nom de la Société des réalisateurs de films) ont tenu à exprimer leur soutien. « Si ce lieu ferme, Paris ne sera plus Paris. Que fait [la maire] Anne Hidalgo? », s’est demandé David Dufresne.

Lire aussi : Article réserve à nos abonnés A Paris, la Mairie prend le contrôle de lieux culturels en peril

L’histoire mouvementée de ce lieu remonte à 2015, lorsque son propriétaire, le comité d’entreprise de la Caisse d’épargne d’Ile-de-France, décide de le mettre en vente à 1.5 million d’euros. L’exploitant d’alors, Raphaël Vion, tente de le racheter mais les discussions échouent et finissent par s’interrompre à l’été 2017. La Clef ferme en avril 2018. Les anciens salariés tentent de reprendre l’étabs, l’étabs, puis l’occupation démarre le 20 septembre 2019.

Fonds de dotation

Le temps passe, au fil des comparutions en justice, et la lutte continue. Pendant le confinement du printemps 2020, les projections en plein air, sur la façade, suscitent la curiosité de la presse étrangère. La Clef rouvre le 22 juin 2020 et la même année, les occupants lancent un fonds de dotation en vue de son rachat – il compterait actuellement 100 000 euros. Puis, le 30 novembre 2020, le groupe SOS, un géant de l’économie sociale, signe un compromis en vue du rachat de La Clef, pour un montant de 4,2 millions d’euros.

Lire aussi Article réserve à nos abonnés Le groupe SOS, spécialisé dans l’économie sociale et solidaire, s’aventure dans le cinéma

Les occupants flairent l’affairisme et se méfient, le patron de SOS, Jean-Marc Borello, étant un pilier de La République en marche. « Le fait que SOS soit prêt à racheter le cinéma à ce tarif nous fait crindre une entourloupe. Le vrai prix pour ce type de lieu culturel se situe à 1,5 million d’euros », explique au Monde Thibault Jacquin, jeune réalisateur qui occupe La Clef. Joint par téléphone, le porte-parole de SOS, Nicolas Froissard, récuse cet argument : « Nous nous engageons sur une programmation exigeante pour que le cinéma retrouve son label art et essai. Si cette vente échoue, que deviendra La Clef ? »

Il vous reste 17.01% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Comment

Your email address will not be published.