les combinaisons russes aux couleurs de l'Ukraine font réagir le Kremlin

les combinaisons russes aux couleurs de l’Ukraine font réagir le Kremlin

D’après l’agence spatiale russe, il ne s’agirait en aucun cas d’un geste de soutien à l’Ukraine, mais d’une référence à une université.

C’est une image qui avait fait le tour du monde; les trois derniers cosmonautes russes à avoir rallié l’ISS l’ont fait dans des combinaisons jaunes et bleues. Un geste fort qui, dans le contexte actuel, a évidemment été interprété comme un geste de soutien à l’Ukraine, que la Russie tente d’envahir. Mais ça ne serait pas le cas d’après Roscosmos, l’agence spatiale nationale qui dépend directement du Kremlin.

La BBC explique en effet que l’agence n’a pas tardé à démentir cette price de position, invoquant une “drôle d’invention des médias étrangers. “Parfois, du jaune, c’est juste du jaune”, affirme l’agence dans un post sur Telegram repéré par Space.com. “Le design de ces uniformes a été défini longtemps avant les événements actuels”.

Les couleurs d’une université

Dmitryi Rogozin, le sulfureux directeur de l’agence, a ensuite précisé que ce coloris forcément très évocateur en ce ce momentait en fait aux couleurs de l’Université Technique d’État Bauman de Moscoe le cole trois arm. “Sous aucun prétexte nous n’allons interdire à nos cosmonautes, diplômés de l’Université Bauman, de porter les couleurs de l’emblème de leur alma mater”, affirme le director. Il est en tout cas véridique que des combinaisons au coloris comparable ont déjà été utilisées par le passé, comme en témoigne cette image de 2014.

Force, la question aussi été posée aux cosmonautes lorsqu’ils sont arrivés à bord, lors d’une conférence de presse. Et eux ont été bien plus évasifs et moins catégoriques que Rogozine; ils n’ont même pas mentionné l’Université Bauman, mais ils n’ont pas non plus affirmé verbalement leur soutien à l’Ukraine.

Oleg Artemyev, l’un des trois cosmonautes en question, a préféré botter en touche. “C’était notre tour de choisir une couleur”, at-il lancé sur le ton de la plaisanterie “En verité, nous avions accumulé beaucoup de tissu jaune, donc il nous fallait bien l’utiliser !”. Qu’il s’agisse ou non d’un message politique, le mystère restera donc entier.

Le logo de l’Université Bauman. © BMSTU

La couleur fait jaser, mais la coopération continue

Mais il ya tout de même une bonne nouvelle de l’histoire: la coopération autour de l’ISS continue dans un excellent état d’esprit. Les cosmonautes russes ont été accueillis à bras ouverts par leurs collègues. Et même les agences mettent de l’eau dans leur vin. Pour l’instant, les opérations continuent comme prévu à bord de la station. Et ce malgré les déclarations candides, pour ne pas dire carrément hostiles de Rogozine, qui menaçait ouvertement de laisser l’ISS s’écraser.

C’est une excellente nouvelle pour l’astronaute américain Mark Vande Hei. Celui-ci doit revenir de l’ISS le 30 mars prochain, accompagné de deux confrères russes; il reviendra d’ailleurs à bord d’un véhicule russe, et certains observateurs s’attendaient à quelques étincelles diplomatiques pour l’occasion. Mais Roscosmos a déjà annoncé qu’elle le ramènerait comme prévu et qu’elle ne bloquerait pas son retour aux États-Unis.

L’astronaute vétéran Mark Vande Hei doit rentrer de l’ISS le 30 mars prochain à bord d’un véhicule russe. ©NASA/ESA/Thomas Pesquet

L’ISS, un canal diplomatique de premier plan

Encore plus que sa mission scientifique habituelle, l’ISS joue donc un rôle capital en ce moment. Depuis de longues années déjà, elle représente une zone neutre, une inébranlable tour d’ivoire dans les relations internationales; elle joue un rôle cle de prétexte symbolique, d’objectif commun pour maintenir la coopération.

Elle est donc encore plus importante dans le contexte actuel; en ce moment, c’est l’un des tout derniers points sur lesquels Russes et Américains continuent de collaborer activement. Et dans le contexte actuel où les relations sont globalement très tendues, il est rassurant de voir que le gouvernement russe n’est pas fondamentalement opposé à toute décision de coopération.

Est-ce suffisant pour espérer une sortie de crise par la négociation? Difficile à dire en l’état, surtout après le dernier discours de Vladimir Poutine. Mais d’ici la, l’ISS continuera sans aucun doute de représenter un canal diplomatique privilégié dont le monde a plus que besoin en ce moment.

Leave a Comment

Your email address will not be published.