Printemps du cinéma 2022 : cinq films à découvrir de dimanche à mardi pour 4€ la séance

Printemps du cinéma 2022 : cinq films à découvrir de dimanche à mardi pour 4€ la séance

l’essentiel
Voici cinq films à voir à l’occasion du Printemps du cinéma, qui permet de bénéficier durant trois jours, du dimanche 20 au mardi 22 mars inclus, d’un tarif unique de 4 € à toutes les séances.

Au-delà des sorties de la semaine, voici une liste de cinq films à découvrir à l’occasion du Printemps du cinéma qui début ce dimanche 20 mars 2022 et permet de bénéficier durant trois joursà, d’un tarif to unique de 4 les sciences.

“The Batman”, de Matt Reeves

Près de dix ans après la trilogie Dark Knight de Christopher Nolan, Matt Reeves prend en main “The Batman” et opte pour des choix forts qui offrent un film réussi. Attendu de longue date par les fans du justicier masqueé, ce nouveau film sur l’homme chauve-souris de DC Comics parvient à se hisser à la hauteur de l’œuvre de Christopher Nolan. Malgré une durée proche de trois heures, le film maintient le spectateur accroché jusqu’à la fin.

Le résumé : deux années à arpenter les rues en tant que Batman et à insuffler la peur chez les criminels ont mené Bruce Wayne au cœur des ténèbres de Gotham City. Avec seulement quelques alliés de confiance, le justicier solitaire s’est imposé comme la seule incarnation de la vengeance parmi ses concitoyens. Dans cet opus, ce dernier est conduit à enquêter dans la pègre, à la recherche d’un tueur sadique qui s’en prend aux élites de la ville, où sévissent les abus de pouvoir, la violence et la temps depuis.

“The Batman”, Matt Reeves (2h56). Avertissement : certaines scènes violentes sont susceptibles de heurter un public jeune.

“Belfast”, de Kenneth Branagh

Sacré meilleur film britannique aux BAFTA 2022, Kenneth Branagh revient avec son dernier film “Belfast” sur les violences nord-irlandaises de la fin des années 1960, à travers le regard innocent de Burdy, un petit garçon de 9 ans. Des affrontements dont le cinéaste britannique a été témoin dans sa jeunesse. Un film marquant sur l’histoire de l’Irlande tout comme le furent égallement “Au nom du père” de Jim Sheridan et “Le vent se lève” de Ken Loach, en leur temps.

Le résumé : Buddy, 9 ans, vit au sein d’une famille de protestants d’Ulster durant “les Troubles” des années 1960. Alors qu’il mène une vie d’enfant, s’essayant à l’amour et la bagarre tel les grands, Buddy va soudainement être pris de court par les réalités de la vie et des évènements. Une transition vers une nouvelle vie, que Buddy va devoir affronter, même si c’est difficile.

“Belfast”, Kenneth Branagh (1h38).

“Notre-Dame Brûle”, de Jean-Jacques Annaud

Il ya près de trois ans, le 15 avril 2019, un incendie se déclenchait dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Si aujourd’hui, l’édifice vieux de 850 ans est toujours debout, c’est grâce au combat titanesque et héroïque des pompiers, à qui le réalisateur Jean-Jacques Annaud rend un très bel hommage dans.

“Notre-Dame brûle” restitue heure par heure le déroulé de l’incendie, de la première alerte, donnée lors de la messe de 18h par le gardien du système de sécurité récemment embauché, jusqu’au du 16 petitril matin. En collant au plus près du réel, il s’attache à montrer comment ce monument mondialement connu, symbole de la chrétienté, a été sauvé grâce à la police, aux conservateurs, et sold out, au et à la des. ténacitéu

“Notre-Dame Brûle” (1h50), de Jean-Jacques Annaud.

“De nos frères blessés”, de Hélier Cisterne

Récompensé du César 2022 du meilleur acteur dans un second rôle pour sa prestation dans “Illusions perdues”, Vincent Lacoste est à l’affiche de ce film adapté du livre inspiré d’une histoire premier vraie de Joseph Andras, lauréat du prix Goncourt en 2016, mais que l’écrivain a refusé. Dans ce drame historique, réalisé par Hélier Cisterne, l’acteur se glisse dans la peau de Fernand Iveton, un oublié de la guerre d’Algérie.

Résumé : Alger, 1956. Fernand Iveton, 30 ans, ouvrier indépendantiste et idéaliste, est arrêté pour avoir déposé une bombe dans un local désaffecté de son usine. Il n’a tué ni blessé personne, mais risque pourtant la peine capitale. La vie d’Hélène, devenue la femme d’un « traître », bascule. Elle refuse d’abandonner Fernand à son sort. Adapté d’une histoire vraie, le film est une plongée à rebours au cœur de leurs souvenirs, une histoire d’amour et d’engagement brisée par la raison d’Etat.

“De nos frères blessés” (1h35) de Hélier Cisterne.

“Goliath”, de Frédéric Tellier

Après “L’Affaire SK1” et “Sauver ou périr”, Frédéric Tellier nous propose un veritable thriller environnemental inspiré de faits réels qui plonge le spectateur au cœur de l’univers de l’agrochimie et du stints de lobby de le troisme campés par Gilles Lellouche, Pierre Niney et Emmanuelle Bercot.

Le résumé : le film raconte le combat de France, une professeure de sport le jour, ouvrière la nuit, qui milite activement contre l’usage des pesticides. Pour mener à bien sa lutte, cette dernière va bénéficier de l’aide de Patrick, avocat parisien spécialiste en droit environnemental qui va devoir faire face à Matthias, un brillant lobbyiste déterminé à défendreunre ém de les intie.

“Goliath”, (2h02), de Frédéric Tellier.

Leave a Comment

Your email address will not be published.