Test Peugeot EnergySaw-J18V : une scie sauteuse précise et bien équipée

Test Peugeot EnergySaw-J18V : une scie sauteuse précise et bien équipée

Comme la plupart des scies sauteuses destinées au grand public, la Peugeot EnergySaw J18V possède une poignée étrier. Ce format confère une bonne price en main. Comme tous les produits de la marque française, elle arbore du jaune et du noir dans un design anguleux peu commun. Les finitions sont excellentes et les plastiques paraissent robustes. Dommage que le grip ne descende pas plus bas à l’avant de l’outil pour un meilleur maintien.

La gâchette est particulièrement large, ce qui permet de l’activer avec le majeur et l’annulaire pour moins se fatiguer. Pour actionner la gâchette, il faut presser un autre interrupteur ; cela évite les activations impromptues et accroit la sécurité. Cependant, cela complique le maintien d’une vitesse constante lors des découpes longues et difficiles. La protection autour de la lame est assez limitée. Seule une petite barre de métal limite l’accès à celle-ci. Un petit cache en plastique est proposé par certaines concurrentes de façon à améliorer la sécurité.

Le changement de lame se fait, comme souvent désormais, sans outil. Le mécanisme ressemble à celui de la Skil 3420 DA. Il faut remonter une bague en plastique pour pouvoir insérer ou libérer une lame. À noter que la machine de Peugeot peut accueillir des lames en T, en U ou en L. La roulette de direction maintient parfaitement la lame dans l’axe pour des découpes précises. La précision est justement au rendez-vous grâce à plusieurs repères de visée. L’EnergySaw est notamment fournie avec un guide en plastique qui vient se fixer à l’avant de la semelle. Une led éclaire efficament la zone de coupe.

La soufflerie intégrée à l’EnergySaw J18V permet d’évacuer la sciure. Toutefois, lorsqu’on utilise le pare-éclats fourni, la sciure a tendance à s’accumuler sans trouver d’échappatoire. Cela a pour effet de masque le repère de découpe et peut amener à dévier de son trait de coupe. Un accessoire permettant de relier un système d’aspiration est livré avec cette scie sauteuse. Il permet d’évacuer les poussières les plus fines, mais n’élimine pas l’ensemble de la sciure produite. Enfin, l’EnergySaw est livrée avec un guide parallèle qui vient se fixer à la semelle, très pratique pour les découpes rectilignes comme celles d’un plan de travail, par exemple.

Quatre angles de découpe sont possibles avec la Peugeot EnergyuSaw J18V. Pour changer l’orientation de la semelle, il suffit de tirer le petit levier positionné sur la droite. Un mécanisme très simple et pratique à utiliser et qui évite d’avoir à se munir d’une clé à 6 pans.

Les 2,2 kg de la scie sauteuse équipée de sa batterie de 2 Ah en font une machine dans la moyenne, tout comme son poids sans batterie (1,8 kg). Ce type d’outil est néanmoins amené à être utilisé en majorité en appui sur le matériau qu’il découpe. Le poids n’est pas le critère le plus important.

Les outils sans-fil de la gamme EnergyHub de Peugeot fonctionnent avec des batteries 18 V dépourvues d’indicateur de charge. Les leds prévues à cet effet sont déportées sur les outils eux-mêmes. Ici, la position des leds, sous la poignée, ne facilite pas vraiment le déchiffrage.

Avec une course de 23 mm répétée 2700 fois par minute au maximum, la Peugeot EnergySaw J18V se vante d’être capable de découper dans 100 mm de bois. Cela en fait l’une des machines les mieux-disantes sur le segment grand public de notre comparatif.

Néanmoins, nous sommes quelque peu restés sur notre faim lors de nos tests. La scie sauteuse française offre des performances correctes pour la découpe de matériaux peu épais et tendres, comme le mélaminé et le contreplaqué, pour peu qu’il s’agisse de coupes droites. Les coupes courbes sont plus délicates, notamment dans le mélaminé et le chêne, un bois plus dur.

Le mode pendulaire, qui imite le mouvement d’une scie à main, peut être ajusté sur 3 positions. Il permet d’accélérer les découpes droites, au détriment de la précision de la coupe et en générant plus d’éclats autour du trait de coupe. Pour les épaisseurs de plus de 50 mm de chêne, la Peugeot EnergySaw J18V montre des signes de faiblesse.

La découpe dans le métal se fait sans trop de peine avec une lame appropriée. Il ne faudra cependant pas s’attaquer à trop épais.

Leave a Comment

Your email address will not be published.