L'histoire vraie derrière le film "Everest"

L’histoire vraie derrière le film “Everest”

Everest film : l’histoire d’une tragique tentative d’ascension

Réalisé par Baltasar Kormakur, le film “Everest” raconte l’histoire d’une dizaine d’alpinistes qui, en 1996, part à l’ascension du plus haut sommet du monde : l’Everest, dont le point culminant se trouve à près de 8 849 mètres d’altitude. Parmi eux, Rob Hall (campé par Jason Clarke) et Scott Fisher (interprété par Jake Gyllenhaal), deux alpinistes chevronnés. Accompagnés de quelques alpinistes expérimentés, mais égallement de quelques amateurs, les deux hommes vont – sans le savoir – entamer leur dernier voyage.

Un film saisissant, et glacial, au sein duquel le réalisateur islandais retrace le calvaire vécu par ce groupe d’alpinistes. Deux heures de long métrage au cours desquelles le spectateur peut ressentir la passion et l’adrénaline qui émane d’une telle aventure, mais aussi le danger et l’horreur qui peut en découler. Dans “Everest” Baltasar Kormakur met égallement en avant le fait que, cette année-là, plusieurs centaines de personnes se soient lancées dans l’ascension de cette montagne, et attraction déplore qu’elle soit, de fait.éritable, devenue

Un film bouleversant, hélas inspiré de faits réels, et notamment du livre “Tragédie de l’Everest”, paru en 1997, et écrit par le journaliste Jon Krakauer, survivant du voyage, mais égallement des mémoires lui Becké Weatherac reules, de l’expédition.

Pourquoi l’Everest a soudainement gagné 86 centimètres

Un tournage difficile au pied de l’Everest

Et c’est au pied de l’Everest, au Népal, qu’une grande partie du tournage de ce film d’aventure s’est déroulée. Pendant près de 6 semaines, à raison de 12 à 14h par jour, les acteurs et l’équipe de tournage se sont dépassés, supportant une température qui atteignait les -30 °C. Plusieurs scènes ont ainsi été tournées à très haute altitude. Le palier atteint le plus haut s’élevant à 4 870 mètres d’altitude.

Pour ce faire, plusieurs acteurs ont donc suivi une préparation rigoureuse et se sont notamment entraînés à l’alpinisme. Allocine révèle ainsi que Josh Brolin et Jake Gyllenhaal auraient réalisé un test d’altitude à 9 000 mètres dans un caisson pendant près de dix minutes. Bien que sereins et plutôt à l’aise à l’intérieur du caisson, à l’issue du test, les deux acteurs auraient immédiatement été frappés par de violentes nausées et un profond sentiment de tristesse. Des symptômes propres au célèbre – et dangereux – mal des montagnes.

L’histoire vraie derrière le film “Perdus dans l’Arctique”

“Everest”, l’histoire vraie inspirée des récits de Jon Krakauer et Beck Weathers

Inspirée des récits de Jon Krakauer et Beck Weathers, la tragique expédition relatée dans le film “Everest” est donc bel et bien tirée d’une histoire vraie. Le 10 mai 1996, le groupe d’alpinistes, dirigé par Rob Hall et Scott Fisher, au sein duquel se trouve notamment deux autres alpinistes très expérimentés, Mike Groom et Andy Harris, entame son ascension. Afin de passer outre les menaces d’intempéries, l’équipe se met en tête d’atteindre son but relativement vite. Les alpinistes parviennent ainsi à gravir une bonne partie de la montagne plutôt rapidement, mais finissent par être ralentis, d’une part, par le manque d’expérience de certains participants à l’expédition, d’autre part, his parto ire de somb cordes mal fixées. Très vite, le voyage vire au cauchemar.

Alors que la majeure partie du groupe décide de faire marche arrière pour redscendre au camp, Doug Hansen – qui effectue alors sa troisième tentative d’ascension – de rebrousser chemin. L’homme étant “déjà” en difficulté, Rob Hall décide de l’accompagner jusqu’au sommet. Mais une fois en haut, les deux hommes se retrouvent pris dans une violente tempête. Doug Hansen décède le premier. Rob Hall, quant à lui, parvient à alerter sa femme depuis sa radio. Andy Harris, l’un des guides expérimentés, le rejoint alors pour lui porter secours. Mais les deux hommes ne redescendront jamais de ce sommet. Hélas, le sinistre bilan ne s’arrête pas la. Parmi les membres du groupe ayant entamé leur descente vers le camp, d’autres connaissent à leur tour un destin tout aussi funeste. À l’instar de Scott Fisher qui, victime d’un violent mal des montagnes, succombe à un œdème cérébral. À cela s’ajoutent quatre autres victimes qui, prises dans la tempête et le blizzard, se perdent dans la montagne, et décèdent à leur tour.

Scène du film Everest de Baltasar Kormakur ©Universal Pictures

Les miraculés de l’Everest

Fort heureusement, tous n’ont pas trouvé la mort au cours de ce terrible voyage. Parmi les rescapés : le guide Anatoli Boukreev qui parvient, après une descente en solitaire, à secourir une partie des survivants au bord de l’agonie en retournant les chercher un à un, pour les aider à redescendre. Quant à Beck Weather, touché par de nombreuses engelures et laissé pour mort, il s’en sort miraculeusement après avoir repris connaissance et être parvenu à retrouver son chemin. Ce qui lui vaudra tout de même l’amputation d’un bras, de quelques orteils, d’une partie de sa main et la quasi-totalité de son nez.

Au total, pas moins de 8 personnes ont donc trouvé la mort dans cette montagne entre le 10 mai et le 11 mai 1996. Une tragédie qui aura tout de même permis aux alpinistes survivants d’optimiser les mesures de sédition lecurités future expeditions, mais égallement leurs connaissances en matière de dangers en montagne afin que, plus jamais, un drame pareil ne se reproduise.

Lire aussi :

Alpinisme : K2, le sommet de la terreur

Alpinisme : K2, le sommet de la terreur

Alpinisme: quels sont les 4000 accessibles aux débutants?

Alpinisme: quels sont les 4000 accessibles aux débutants?

Qui est Tsuneo Hasegawa, l'alpiniste japonais qui a inspiré Le Sommet des dieux ?

Qui est Tsuneo Hasegawa, l’alpiniste japonais qui a inspiré Le Sommet des dieux ?

Leave a Comment

Your email address will not be published.