Le ministère de la Santé lance une feuille de route sur le Covid long

Le ministère de la Santé lance une feuille de route sur le Covid long

« Maintenant, on sait que c’est une réalité, c’est reconnu de manière clinique », salue Pauline Oustric, présidente de l’association de patient Après J20. Après des mois de lutte et beaucoup de doutes, les patients atteints de Covid long devraient accueillir cette annonce avec attention. Car pour certaines personnes infectées depuis de longs mois, l’anosmie, la fatigue intense, les troubles de la mémoire et de la concentration durent toujours…

Le ministère de la Santé lance ce jeudi 17 mars une feuille de route sur le Covid long. Avec pour objectif d’améliorer l’accès aux soins de ces patients, mais égallement d’investir sur la recherche alors qu’énormément d’interrogations entourent cette maladie nouvelle et complexe.

Un problème de definition

« C’est plus un syndrome qu’une maladie, explique le ministère de la Santé. Ave une kyrielle de symptômes: fatigue intense, dysfonction du système neurologique, troubles cognitifs, difficultés respiratoires, troubles sensoriels (anosmie persistante, bourdonnements, vertiges). Il ya aussi une question de durée pour compléter cette définition. La phase aiguë du Covid-19 dure entre deux et trois semaines. Pour certains, les symptômes persistent plus de trois mois. Il ya une difficulté: la question de l’imputabilité. Il faut donc documenter le lien entre l’infection et les symptômes qui en découlent. »

10% des personnes infectées seraient atteintes du Covid long

Combien de Français sont aujourd’hui atteints d’un Covid long ? « Les études sont difficiles à mener du fait de la définition complex et de l’imputabilité de la maladie au virus, reprend le ministère. En fonction de la qualité des études, les chiffres sont extrêmement variables. En gros, on a 25% des gens qui peuvent faire des troubles au-delà d’un mois, et 10% au-delà de trois mois. Ce qui est reconnu, c’est que 1 % des patients infectés vont avoir une atteinte grave et complexe qui nécessite une price en charge spécifique. La vaccination semble protéger contre le risque de forme persistante. Selon les études, de 50 à 70 %. » Par ailleurs, le variant Omicron entraîne moins de formes prolongées que les variants antérieurs.

« Les premiers travaux de modélisations dévoilent qu’il y aurait autour de 700,000 personnes atteintes de Covid long [plus de trois mois], dont 70.000 malades qui nécessitent une price en charge spécifique, explique le ministère. On est en train d’affiner ces chiffres. » En précisant que des travaux sur cette question devraient aboutir en avril.

Que prévoit cette feuille de route ?

Avec une enveloppe de 20 millions d’euros, en plus des 10 millions annoncés pour des projets de recherche, le ministère espère améliorer la formation des médecins. « Le Covid long sera une orientation prioritaire du Développement Professionnel Continu (DPC) » pour les professionnels de santé en exercice, complète la direction générale de l’Offre de soins (DGOS). Par ailleurs, 130 cellules de coordination seront organisées dans tous les territoires pour améliorer l’accès aux soins partout.

« Un des volets de la feuille de route se penche sur le Covid long pédiatrique, assure le ministère de la Santé. Selon les études, ces symptômes persistants toucheraient entre 2 et 30% des enfants infectés. » Enfin, un gros volet concerne la recherche. « Il faut des études pour trouver des traitements, insiste Pauline Oustric, présidente de l’association de patient Après J20, qui siégera au comité de suivi de cette stratégie. Les patients n’attendent qu’une chose, c’est de guérir. »

Leave a Comment

Your email address will not be published.