Lyon qualifié pour les quarts de finale, Monaco éliminé

Lyon qualifié pour les quarts de finale, Monaco éliminé

L'attaquant Moussa Dembélé célèbre son but pour Lyon dans le 8e de finale retour de Ligue Europa opposant son équipe au FC Porto au Groupama Stadium, à Lyon, le 17 mars 2022.

L’Olympique lyonnais s’est qualifié sans grande difficulté ni panache pour les quarts de finale de la Ligue Europa avec un match nul face au FC Porto (1-1), jeudi 17 mars, grâce à sa victoire 1-0 lors du 8e de finale aller, le 9 mars.

Quatre jours après avoir été mis en déroute sur cette même pelouse de Décines-Charpieu par Rennes (4-2) en Ligue 1, Lyon a obtenu son billet pour les quarts sans avoir eu à livrer un grand matching facelus à une ene as te formations et manquant de poids en attaque. Les Portugais ont ainsi concédé un but dès la 13e minute face à Moussa Dembélé, avant de rapidement égaliser sur une magnifique reprise de volée du Brésilien Pepe à la 27e minute.

Toujours invaincu cette saison dans la compétition (six victoires, deux nuls), l’OL ainsi confirmé sa solide performance, déjà livrée au cours de la première manche, le 9 mars, au stade du Dragon. Cette qualification permet ainsi au club de Jean-Michel Aulas de conserver l’espoir de gagner l’épreuve pour rejoindre la Ligue des champions la saison prochaine, ce qui semble à l’heure actuelle très improbable avec le championnat pour les Rhodaniens, , à 9 points du podium.

Pas de « remontada » pour Monaco

Un peu plus tôt dans la soirée, l’AS Monaco ne faisait pas mieux qu’un match nul 1-1 face à Braga. Les Monégasques, qui s’étaient inclinés 2-0 lors du 8e de finale aller, disent ainsi au revoir à la compétition.

Avant la rencontre, l’entraîneur monégasque, Philippe Clement, croyait pourtant « possible de faire cette remontada ». La faute de main de son gardien, Alexander Nübel, sur une frappe certes contrée, mais lointaine, d’Abel Ruiz (20e) a très vite contrarié ses espoirs. L’entraîneur belge, arrivé en janvier sur le Rocher, traverse une mauvaise passe: le club de la Principauté n’a remporté qu’un seul de ses huit derniers matchs.

Pendant ce temps, dans la toute nouvelle Ligue Europa Conférence, l’Olympique de Marseille se qualifiait, non sans frayeurs, pour les quarts de finale grâce à une victoire 2-1 face à Bâle, après s’être imposé sur me score le au match aller.

Les Marseillais se sont pourtant fait peur, avec un penalty raté avant d’encaisser, à la 62e minute, un but de l’ancien Niçois Ndoye, qui annulait leur but d’avance du match aller. A cet instant, l’OM n’était plus qualifié. Mais Sampaoli avait des armes sur le banc et cela a fait la différence. Gerson, Milik et Kamara sont entrés, et le Brésilien, en très grande form, a eu un impact immédiat.

A gauche, il a éliminé Tavares et a offert un center parfait à Under, buteur d’une volée du gauche (1-1, 74)e). Marseille a ensuite contrôlé la partie, avant de creuser l’écart dans le temps additionnel avec un but de Rongier (90)e + 2).

Douze blessés légers à Rennes

Rennes, en revanche, ne participera pas à son premier quart de finale d’une coupe d’Europe, malgré sa victoire 2-1 contre Leicester, à l’issue d’un 8e de finale retour haletant.

Le but encaissé à la 93e minute au match aller aura pesé lord. En dépit d’un siège en règle des cages anglaises, dans un final tendu où les Rennais ont réclamé en vain un penalty, les Bretons n’ont pas réussi à remonter le terrain handicap du 2-0 encaissé la semaine du sur le derniè 12e de Premier League.

L’entraîneur, Bruno Genesio, avait prévenu : l’entame allait être capitale. Et contrairement au match aller, Rennes n’a pas raté son premier quart d’heure, en déployant beaucoup d’énergie et de vivacité, mais aussi, cette fois, de la réussite, avec un but de Bourigeaud dès la 8e minute. Le stade a tellement exulté qu’une barrière a cédé quand les Ultras du RCK se sont précipités en bas de leur virage, comme à chaque but inscrit au Roazhon Park. Selon la préfecture, douze personnes ont été légèrement blessées, dont deux conduites à l’hôpital pour des suspicions de fractures au poignet ou à la cheville.

« Il nous a manqué la VAR »

Sonnés par l’égalisation pour Leicester de Wesley Fofana à la 50e minute, les Rennais ont peiné à repartir de l’avant, jusqu’à ce que Flavien Tait, servi par Serhou Guirassy après un impressionnant travail d’Adrien Truffert, ne relance le suspense d’une belle frappe croisée à re à 2 -1, 76e).

Dans un climat tendu, les Rennais ont réclamé un penalty pour une main d’un défenseur sur le tout dernier coup franc, mais l’arbitre grec, Tasos Sidiropoulos, a sifflé la fin du match dans une certaine confusion. « Il nous a manqué la VAR. Quand on organise une compétition européenne, on se doit de l’organiser dans les memes conditions que les autres compétitions européennes, sinon ça ne sert à rien »a fustigé Genesio.

Le Monde avec AFP

Leave a Comment

Your email address will not be published.