«Il n'est pas le futur du tennis, il est déjà le présent», assure Monfils éliminé par Alcaraz à Indian Wells

«Il n’est pas le futur du tennis, il est déjà le présent», assure Monfils éliminé par Alcaraz à Indian Wells

Après avoir sorti Daniil Medvedev s’est incliné 7-5, 6-1 en 8es de finale d’Indian Wells contre le phénomène espagnol Carlos Alcaraz.

Battu 7-5, 6-1 au Masters 1000 d’Indian Wells par Carlos Alcaraz (18 ans seulement), Gaël Monfils imagine l’Espagnol “accomplir des choses exceptionnelles”, comme il l’a confié en conférence de presse.

Avez-vous un sentimental d’impuissance après cette défaite?
«Il est beaucoup plus fort que moi sur ce match. Il a mis une intensité, une tactique en place et ”merci, au revoir”. À un moment j’ai senti qu’il me bloquait dans son plan de jeu et je n’arrivais plus à en sortir. Il a commencé à jouer lourd, tac, une petite amortie, tac, lourd, tac, une petite amortie… Il a aussi changé deux, trois trucs ensuite. Il avait réponse à tout. À la fin tu en es même à rigoler. C’est ce que j’ai fait, c’est ma façon à moi de réagir. Pour me relâcher, parce que ça te tend de voir ce qu’il fait. Il me fait des points gagnants, je n’arrive pas à le déborder… À un moment, j’avais juste besoin de me relâcher, parce qu’il joue très bien et je sens que je n’arrive plus à le gêner . Lui, il met une vitesse de plus, deux vitesses de plus… il est trop fort. Trop fort sur ce match.”

Qu’est-ce qui vous a le plus impressionné dans son jeu?
«Il ya sa frappe, c’est certain, mais surtout ses déplacements. Je ne pensais pas qu’il était aussi rapide, notamment latéralement. Même au service je n’arrivais pas à le déstabiliser. Même au premier set, j’envoie, j’envoie, j’envoie, mais il est là. Son service était bon aussi, il a passé beaucoup de premières balles assez fortes. Mais son deuxième coup est incroyable, c’est ça qui m’a fait le plus sourire. Tu te dis ”j’ai pu retourner ou j’ai bien servi” et là tu te prends un deuxième coup qui est incroyable. Physiquement il m’a bouffé, pas parce que j’étais fatigué, mais en raison de l’intensité qu’il mettait dans les échanges. Il était partout et il me marchait dessus. Il est très athlétique, mais son jeu est plein de panache aussi. Il tape, il vient à la volée, il fait tout très bien.”

Et tout ça à 18 ans à peine…
«Oui… Mais là, il n’y a plus d’âge. Il a évidemment toute la vie devant lui, pour accomplir des choses exceptionnelles et c’est ce qu’il va faire. Mais il n’est pas le futur du tennis, il est déjà le présent. Alors j’ai ma personnalité, quoi que les gens en pensent, mais la je me dis ‘c’est cool’, le gars, ce qu’il me propose c’est trop dur pour aujourd’hui. Et c’est beau. Après, en tant que professionnel, tu penses à la prochaine fois que tu vas le rejouer et tu sais qu’il faut continuer à travailler à améliorer les choses. Beaucoup sont dans le paraître, ils font semblant, mais moi j’apprécie, et je le dis sincèrement, ce que fait le gars à ce moment-là. Je ne peux que lui dire ”bravo”, même si c’est dur, car ça veut dire aussi mettre son ego de côté. Parce que bon, tu veux gagner quand même, et le mec te déchire. Mais je me réjouis de le rejouer une autre fois pour essayer de lui proposer quelque chose de différent.”

À VOIR AUSSI – Les coulisses de la victoire du PSG face à Bordeaux (3-0)

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.