Test Apple Mac Studio M1 Ultra : les belles prouesses d'Apple

Test Apple Mac Studio M1 Ultra : les belles prouesses d’Apple

Les finitions du Mac Studio sont exemplaires.

Les finitions du Mac Studio sont exemplaires.

Le Mac Studio est une copie quasi conforme du Mac Mini en matière de design, même s’il est évidemment plus haut afin d’intégrer la puce M1 Ultra et un système de ventilation inédit. On retrouve le châssis en aluminum anodisé aux bords arrondis, surplombé du logo à la pomme. La qualité de construction et les finitions sont, comme toujours chez Apple, impeccables. Ce Mac Studio pèse 3,6 kg avec un M1 Ultra et 2.7 kg avec un M1 Max ; il reste donc tout à fait transportable. Avec à peine 9,5 cm de hauteur et des côtés de 19.7 cm, on peut le glisser dans un sac sans problème et il occupe bien moins de place sur (ou sous) un bureau qu’un boîtier PC classique.

Le Mac Studio est bien plus épais que le Mac Mini.

Le Mac Studio est bien plus épais que le Mac Mini.

La connectique est quelque peu différente égallement puisqu’on trouve à l’avant un lecteur de carte SDXC (UHS II) et deux ports Thunderbolt 4 sur la version M1 Ultra, contre deux ports USB-C 3.2 classiques pour la version M1 Max. À l’arrière, on trouvera cette fois quatre ports Thunderbolt 4, un port Ethernet très haut debit à 10 Gb/s, deux ports USB-A 3.2, un port HDMI 2.0 et une sortie casque. Enfin, on se connecte aux réseaux grâce au wifi 6 et au Bluetooth 5.0.



La connectique à l’arrière.


La face avant de l’ordinateur.

Sous le boîtier trône une grille d’aération qui sert de price d’air à la ventilation, dont le flux est rejeté à l’arrière, au-dessus de la connectique. Apple est la encore passé maître dans la gestion des températures et du silence de ses ordinateurs. La ventilation est inaudible en bureautique et il nous a fallu lancer simultanément plusieurs logiciels très gourmands en ressources pour qu’elle se déclenche vraiment. Même dans ce cas, le résultat est impressionnant, car nous n’avons relevé que 33.7 dB avec notre sonomètre (à 50 cm de l’ordinateur), ce qui est à peine perceptible.

Sous l'ordinateur.

Contrairement au Mac Mini, il apparaît très difficile d’ouvrir le Mac M1 soi-même. Quoi qu’il en soit, on ne peut faire évoluer l’ordinateur puisque tout est soudé à la carte mère, RAM et SSD inclus. On connaît les réticences d’Apple à laisser les utilisateurs (et les réparateurs non officiels) bidouiller ses ordinateurs — dommage pour la réparabilité de la machine.

C’est sans doute ce volet que tout le monde attendait après des propos grandiloquents de la part du fabricant lors de sa présentation des Mac Studio et de leur M1 Ultra. Il faut dire que les M1 Max ont su nous convaincre dans les machines portables franchement réussies que sont les MacBook Pro 14 et 16. Ici, le défi n’est pourtant pas le même puisqu’Apple vient se frotter et des process dieurés d’ordinateurs de bureau, autrement plus performants et non limités par un usage sur batterie. Notre Mac Studio de test est un modèle très haut de gamme qui embarque un M1 Ultra avec 20 cœurs CPU et 64 cœurs GPU (il existe une version avec 48 cœurs GPU, pour rappel), un impressionnant 128 Go de mémoire unifiée et un SSD de 2 To.

Dans les faits, les résultats sont bons, mais peut-être pas autant qu’on pouvait l’espérer. Nous avons testé cette puce inédite sur les mimes logiciels que notre procédure de test processeur avec du traitement photo et vidéo sous Photoshop, Premiere et HandBrake, ainsi que du rendu 3D avec Blender.

D’après nos tests, le M1 Ultra est plus performant que les processeurs Intel de 11e génération les plus puissants et se situe entre les Ryzen 7 5800X et Ryzen 9 5900X d’AMD. Globalement, on peut retenir que le M1 Ultra offre des performances équivalentes à un Intel Core i5-12600K, même si les résultats sont très variables selon les applications. Le M1 Ultra délivre un excellent score sous Cinebench R23, par exemple, largement supérieur à celui de ce processeur Core i5 (24 218 contre 17 211), et reste notamment plus rapide sous Blender, mais les autres tests sont à la faveur de cet Intel .

Tout l’intérêt du SoC M1 réside dans le fait qu’il est égallement composé de cœurs GPU qui lui permettent d’accélérer les temps de traitement de certaines applications compatibles. Blender vient d’ailleurs d’être mis à jour en version 3.1 et prend donc désormais en compte l’accélération matérielle des M1. Dans ce logiciel, le M1 Ultra reste à la traîne face aux cartes graphiques GeForce RTX de Nvidia. Sous Adobe Premiere, il s’est avéré un peu plus lent qu’une RTX 3060 Ti et au niveau d’une AMD Radeon RX 6900 XT. Sous Photoshop, il est en revanche bien plus rapide que ses concurrents. Nous avons aussi pu prendre en main le Mac Studio sous Lightroom, qui est alors d’une parfaite fluidité, tandis qu’un projet (démo) de montage vidéo sous Final Cut avec 18 flux vidéo 8K lancés simultané aément est à l .

Une question d’optimisation ?

Il convient tout de même de souligner que toutes les applications ne sont pas encore optimisées afin de prendre en compte l’énorme quantité de cœurs CPU du M1 Ultra. Il faudra sans doute attendre quelques semaines ou mois avant que ce soit le cas, et les résultats pourraient alors évoluer sensiblement. Aussi, nous ne testons pas de logiciels propres à Apple comme Logic Pro ou Final Cut, qui ne peuvent être testés sur des PC, et il nous est impossible d’évaluer les performances de ce M1 Ultra face aux M1 Pro et Max, par exemple . Il est sans doute particulièrement bien optimisé pour ces logiciels et les utilisateurs qui travaillent dans l’écosystème Apple sauront profiter des gains apportés par cette puce.

Apple proposes to an ordinateur bien plus compact que la majorité des boîtiers PC, avec un fonctionnement particulièrement silencieux. À cela s’ajote une consommation énergétique bien plus limitée: en utilization of the CPU intensive sous Blender, notre wattmètre indique une consommation d’environ 83 W et 125 W en activant la partie GPU. Autant dire qu’on est très loin des 232 W du Ryzen 7 5800X d’AMD, ou pire, des 320 W délivrés par le Core i5-12600K d’Intel, surtout si on devait y ajouter la consommation d’une cartedié graphique d !

Points forts

  • Finitions exemplaires.

  • Bonnes performances dans l’absolu.

  • Boïtier compact.

  • Ultra silencieux.

  • Faible consommation énergétique.

  • Connectique complete.

  • Sortie casque d’excellente qualité.

Points faibles

  • Performances brutes en deçà des CPU et GPU concurrents haut de gamme.

  • Difficilement démontable et non évolutif.

Conclusion

5 étoiles par LesNumériques.com

Comment fonctionne la notation ?

Avec le Mac Studio et son M1 Ultra, Apple signe encore une machine particulièrement intéressante. Ses performances sont bonnes, notamment avec l’accélération matérielle des applications, même si les processeurs haut de gamme AMD et Intel de dernière génération et les cartes graphiques Nvidia RTX de série 30 sont généralement plus rapides. L’optimisation à venir des logiciels de rendu 3D et de post-production vidéo pourrait toutefois réduire l’écart actuel. La prouesse est surtout à chercher du côté de son format compact, de son silence de fonctionnement et de sa consommation maîtrisée, pour le moment inégalés.

Sous-Notes

  • Construction

  • Performances

Leave a Comment

Your email address will not be published.