Les premières lunettes connectées de Meta, les Ray-Ban Stories, sortiront le 14 avril en France

Les premières lunettes connectées de Meta, les Ray-Ban Stories, sortiront le 14 avril en France

Disponibles en trois modèles, ces lunettes permettant de prendre photos et vidéos seront vendues à partir de 329 euros.

Les premières lunettes connectées de Facebook arrivent en France. Conçues avec le groupe EssilorLuxottica, les Ray-Ban Stories seront commercialisées à partir du 14 avril à un tarif minimal de 329 euros. Les plus pressés pourront se rendre en Belgique, en Espagne ou en Autriche, ou ces lunettes seront vendues dès le 17 mars.

EssilorLuxottica, la maison-mère de Ray-Ban, avait signé en septembre 2020 un partenariat pluriannuel avec le groupe Meta afin de développer des lunettes connectées. Les Stories sont le premier fruit de cette collaboration. «Jusqu’à présent, les lunettes connectées étaient des produits designés par des entreprises de la tech. Là, nous renversons le concept» explique Fabio Borsoi, directeur R&D chez Luxottica.

Jusqu’à 60 seconds de vidéo

Les Ray-Ban Stories sont en effet avant tout des Ray-Ban (modèles Wayfarer, Meteor et Round, disponibles en cinq couleurs et avec verres solaires, polarisés, progressifs, dégradés, correcteurs…), auxquels ontérasoutés, deux ajé un micro et deux haut-parleurs. L’utilisateur peut prendre des photos ou jusqu’à 60 seconds de vidéo en appuyant sur un bouton ou bien par commande vocale. Il peut ensuite les retravailler via une application mobile, Facebook View, puis les publier sur les réseaux sociaux. «Diffuser automatiquement ce que l’on filme est impossible», souligne Meta.

À VOIR AUSSI – Facebook change de nom, et devient «Meta»

Les lunettes permettent aussi de prendre des appels téléphoniques ou bien d’écouter de la musique, grâce aux haut-parleurs orientés vers les oreilles de l’utilisateur. De l’aveu de Luxoticca, il s’agit d’ailleurs de l’utilisation principale des Ray-Bans Stories chez ses premiers acheteurs aux États-Unis ou en Italie, où le produit est disponible depuis septembre 2021. «L’engagement reste important au fil du temps», note Fabio Borsoi. L’autonomie moyenne des lunettes est de 4 heures, et elles se rechargent dans un étui connecté.

Protection de la vie privée

Les Ray-Ban Stories sont pour Meta un petit pas vers son projet métavers, présenté en octobre by Mark Zuckerberg. Ce dernier rêve de créer des appareils ayant la même apparence que des lunettes de vue, mais capables of projeter face à nos yeux des éléments virtuels, comme les avatars des participants à une réunion en distanciel. L’utilisateur pourrait naviguer dans cet univers virtuel avec ses mains et grâce à sa voix. Mais ce défi technologique ne devrait pas aboutir avant une dizaine d’années.

En attendant, les Ray-Ban Stories ne sont pas sans poser question sur la protection de la vie privée. Les lunettes émettent une petite lumière à côté de l’une des branches lorsque la caméra est active. Mais la commission irlandaise de protection des données (DPC) et son alter ego italien Garante ont prévenu que cela n’était pas suffisant pour prévenir les personnes autour de l’utilisateur qu’elles sont filmées. «Il n’a pas été démontré que des tests complets sur le terrain ont été effectués par Facebook ou Ray-Ban pour s’assurer que le voyant lumineux est un moyen efficace de notification», avaient-elles indiqué en septembre.

Meta affirme avoir travaillé sur ces questions avec des associations et parie sur un code de bonne conduite. «L’application Facebook View rappellera qu’il faut éteindre les lunettes lorsqu’on se trouve dans des lieux sensibles», ne pas filmer des gens sans leur consentement, ou ne pas tenter de cacher le voyant lumineux, indique le groupe. Cela sera-t-il suffisant ? Difficile en tout cas de ne pas penser aux Google Glass (2014), dont certains utilisateurs avaient été agressés par des détracteurs de ces appareils, en France comme aux États-Unis.


À VOIR AUSSI – Facebook: le vice-president de Meta répond aux critiques sur les discours haineux

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.