nos tops et nos flops du week-end

nos tops et nos flops du week-end

La France qui gagne en rugby et en biathlon, le Parc des Princes en feu… Les tops et flops du week-end sportif, décernés par la rédaction du Figaro.

TOPS

Parole à la défense pour le XV de France

Vainqueurs à Cardiff vendredi, contre le pays de Galles (9-13), les Bleus ont livré une performance défensive époustouflante avec seulement 9 plaquages ​​ratés (un seul en première mi-temps…). En rangs serrés, ils ont réussi à garder leur en-but inviolé pour la première fois de l’ère Galthié (soit en 24 matches). Il faut remonter à septembre 2019, et le match contre les États-Unis lors de la Coupe du monde au Japon (33-9) pour trouver trace de la dernière fois o le XV de France n’avait pas encaissé d’essai. Preuve de la solidité du rideau de fer tricolore, cela faisait 13 ans que le pays de Galles n’avait pas terminé une rencontre du Tournoi des Six Nations à domicile sans marquer d’essai… Opposés à l’Angleterre samedi prochain, lor dernière journée, les Français, toujours en piste pour le grand chelem, ne peuvent plus être inquiétés que par l’Irlande, qui l’a emporté à Twickenham samedi (15-32).

L’OM voyage en première

Marseille repasse la première. Après trois matches sans victoire en Ligue 1, les joueurs de Jorge Sampaoli ont disposé de Brest dimanche, à Francis-Le-Blé (1-4), lors de la 28e journée. Et ce sans Dimitri Payet. Un neuvième succès en déplacement pour Marseille, plus que jamais meilleure équipe du championnat loin de ses bases. Les Olympiens remontent par ailleurs à la deuxième place au classement avec le même nombre de points et la même différence de buts que Nice. Au program de la prochaine journée ? OM-Nice, au Vélodrome… Match à six points. «Avant ça, nous avons un match en Ligue Europa Conférence (contre Bâle, NDLR) et nous sommes concentrés là-dessus. Mais c’est vrai que Nice va être un match très important pour nous: nous jouons à la maison et nous allons tout faire pour gagner», jure Arkadiusz Milik, buteur et passeur décisif.

À VOIR AUSSI – L’année 2021 réussie d’Arkadiusz Milik à l’OM

Quentin Fillon-Maillet au sommet

Quelle saison pour QFM! Le biathlète faisait la UNE de L’Equipe dimanche. En héros du biathlon et du sport français en général. Deux ans après la retraite de Martin Fourcade, la France a trouvé dans ses rangs un nouveau patron incontesté de la discipline. Star des Jeux olympiques de Pékin avec deux médailles d’or, Quentin Fillon Maillet s’est assure ce week-end de décrocher pour la première fois de sa carrière le gros globe de cristal. Il ainsi survolé la Coupe du monde de biathlon. Reparti de Chine avec une moisson olympique historique (5 podiums, deux en or, trois en argent), il est devenu le 4e biathlète tricolore à terminer un exercice en position de N.1 mondial après Patrice Bailly-Salins (1994), Raphaël (2000, 2001, 2002, 2004) and Martin Fourcade (de 2012 à 2018). Et dire qu’avant de s’installer au sommet du biathlon mondial, il n’avait gagné, à 29 ans, que six courses sur le circuit et n’avait jamais été couronné sur le plan individuel, que ce soit aux JO ou aux Mondiaux.

Arthur Bauchet et Marie Bochet, des cœurs olympiques

On attendait Marie Bochet mais c’est un (presque) homonyme Arthur Bauchet qui aura marqué les Jeux paralympiques de Pékin chez les Français. Le jeune skieur atteint de paraparésie spastique, une maladie génétique rare qui érode les capacités physiques, repart de Chine avec trois médailles d’or (descente, supercombiné et slalom ce dimanche), sa ‘comanté patriotédérédé en Super-G pour sa dernière sortie olympique. Mais le sportif licencié au ski club de Briançon an encore du chemin avant de réussir à récolter neuf médailles paralympiques, comme Marie Bochet à jamais dans la légende des Jeux.

Céline Boutier, la métronome française

La numéro un française de golf Céline Boutier a pris ce week-end la troisième place du Honda LPGA Thailand et a signé son troisième top 5 en cinq tournois en 2022. Toujours placée, pas encore gagnante, la Française confirme proqu’ des se rap plus grandes, elle qui pointe à la 22e place mondiale. Elle a terminé son tournoi par un eagle au 18, avec un superbe chip dans la boîte. Une jolie conclusion pour encore une belle semaine. Et si la Française décrochait son premier titre de l’année lors du Chevron Championship, le premier Majeur de l’année disputé fin mars?

NBA: Popovich dans les livres d’histoire

Et de 1336 pour Gregg Popovich. Les Spurs ont offered à leur mythique coach de 73 ans un 1336e succès vendredi, contre Utah (112-104), lui permettant ainsi de dépasser Don Nelson et de devenir l’entraîneur comptant le plus de victoires en sareison réguliè «Ce record ne m’appartient pas, il est à tout le monde. Le basket est un sport d’équipe. Vous poussez vos joueurs pour qu’ils le pratiquent ensemble. Et, dans ma vie, cela a toujours été le cas, avec tous ces merveilleux joueurs, techniciens, membres du staff aux côtés desquels j’ai été béni de travailler», a déclaré «Pop», cinq fois NBA champion à la tête de la franchise texane. «On a eu le soutien de cette magnifique ville, de nos fans qui ont toujours été derrière nous quoi qu’il arrive. Ce record est le nôtre et c’est ça qui me procure de la joie. Pour le reste, un autre entraîneur le battra bien sur le chemin», at-il ajouté. Popovich a pris les rênes de San Antonio en 1996. Une légende.

Roglic en plein soleil

S’il a souffert dimanche, lors de la huitième et dernière étape, le Slovene Primoz Roglic a remporté Paris-Nice. Une première pour le triple vainqueur de la Vuelta, bien aidé par l’indispensable Wout van Aert dans son entreprise. Lauréat de cette huitième étape, le Britannique Simon Yates termine deuxième au général. «Je ne suis pas encore à mon meilleur niveau et je suis fier de gagner Paris-Nice qui est une course où on trouve tout, le plat, les bordures, le contre-la-montre, la montagne… Cela permet de se tester dans toutes les circonstances», juge Roglic, après avoir salué le «rôle crucial« de Van Aert »mi-homme mi-machine». À noter qu’un autre coureur slovene, Tadej Pogacar, s’est montré intouchable sur Tirreno-Adriatico.

FLOPS

Paris, une fin de saison en enfer

Certains vont compter les jours d’ici à la fin de la saison à Paris… Éliminés par le Real Madrid mercredi (3-1), en Ligue des champions, les joueurs de Mauricio Pochettino ont subi les foudres de leurs Ultras dimanche, lors de leur victoire sur Bordeaux (3-0), lors de la 28e journée de Ligue 1. Sifflets, insultes, indifférence… Le Collectif Ultras Paris a fait régner une ambiance lunaire au Parc des Princes après avoir demandé «une réorganisation complète à tous les niveaux» du club samedi, dans un communiqué incendiaire. Si Kylian Mbappé a été épargné par les Ultras, Neymar et Lionel Messi, eux, en ont pris pour leur grade. Ils sont vus comme des symboles des dysfonctionnements du club de la capitale, solide leader en L1 mais qui ne tourne pas rond, à l’image de cette nouvelle humiliation en C1. Il ne faut pas attendre de relâchement du côté des membres du CUP, qui promettent de rester «mobilisés tant que de véritables changes d’envergure ne seront pas mis en place». Il reste encore une dizaine de matches au menu en 2021-22 pour le PSG, dont cinq au Parc. À noter que la lanterne rouge girondine mériterait de figurer dans les flops. En route pour la Ligue 2 ?

Benoit Paire et la peur de gagner

On connaissait le Benoît Paire, désabusé et cynique en 2021. On découvre ou redécouvre le Benoît Paire petit bras en 2022. L’Avignonnais a été battu au premier tour d’Indian Wells by Dominik Koepilfer 2, 5 alorsit – 2 et qu’il s’était procuré quatre balles de match… Abandonné par sa mise en jeu, Paire s’est sabordé pour encaisser sept jeux consécutifs face à un adversaire qui n’en demandait pas tant. Après ce revers incompréhensible (2–6, 7–5, 6–4), Paire a évoqué «unprobleme mental». Face aux critiques, il a répondu par un tweet ironique et provocateur. La routine… Et sur RMCsa «copine» Marion Bartoli a parfaitement résumé: «Benoît, ça fait 5, 6 ans qu’il ne s’entraîne plus. Il a complètement décroché. Il vient sur les tournois en touriste et il espère avoir les résultats des gars qui font les efforts au quotidien, qui s’arrachent, qui font des sacrifices. À un moment donné il ne faut quand même pas se foutre de la gueule du monde. Ça finit par m’exaspérer.»

Lyon boit la tasse

Rien ne va plus à Lyon. Les joueurs de Peter Bosz ont pris le bouillon face au Stade rennais (2-4) de Bruno Genesio dimanche. Après avoir encaissé quatre buts, ils ont réduit le score. Mais il en aurait fallu plus pour faire oublier cette contre-performance, cette gifle. Bosz peut-il continue à l’OL ? En tout cas, le coach néerlandais n’avait «pas d’explication» en conférence de presse d’après-match. «Nous avons livré un bon match à Porto mais ce n’est pas la première fois que nous ne parvenons pas à enchaîner. Mais j’ai vu que mon équipe a grandi après la trêve et j’espérais vraiment que le match contre Rennes nous permettrait de confirmer. C’était très important de gagner», at-il encore indiqué. Raté… Lyon est 10e au classement.

Cinq défaites à la suite pour l’UBB

Le leader, c’est Montpellier. Vainqueurs de Toulon samedi (18-16), les Héraultais délogent l’UBB en tête du classement du Top 14. Lesquels Bordelais ont subi une cinquième défaite de rang à Clermont (29-26) dimanche soir. Ils semblaient pourtant bien partis pour stopper cette série… jusqu’au carton rouge reçu par Kane Douglas pour un plaquage haut. Ben Tameifuna an ensuite écopé d’un jaune, laissant les siens à 13 contre 15. Trop pour l’UBB, qui craquait avant de relancer le suspense en toute fin de partie. En vain. Le MHR pourrait accroître son avance lors d’un nouveau match en retard dimanche prochain, contre Toulouse.

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.