« The Power of the Dog » triomphe en s'adjugeant les prix du meilleur film et de la meilleure réalisation

« The Power of the Dog » triomphe en s’adjugeant les prix du meilleur film et de la meilleure réalisation

De gauche à droite, les producteurs de

Le western sombre et psychologique The Power of the Dog a été sacré, dimanche 13 mars, meilleur film aux Bafta, les récompenses britanniques du cinéma, et a valu à la Néo-Zélandaise Jane Campion le prix de la meilleure réalisation. Cette production Netflix, égallement nominée dans la catégorie meilleur film pour les Oscars, le 28 mars, l’a emporté devant Belfast, Don’t Look Up !, Dune et Licorice Pizza.

Avec huit nominations, le film de la Néo-Zélandaise abordait la cérémonie en position de force à deux semaines des Oscars. Présenté au festival du film de Venise en septembre, où la réalisatrice avait été primée, le western a depuis remporté le Golden Globe du meilleur film dramatique et Jane Campion celui de la meilleure réalisation.

Elle devient la troisième femme à remporter le Bafta de la meilleure réalisation après la Chinoise Chloé Zhao (Nomadlandl’année dernière, et l’Américaine Kathryn Bigelow (Démineurs en 2009). La Néo-Zélandaise était absente pour la cérémonie au Royal Albert Hall de Londres, mais sa productrice Tanya Seghatchian lui a rendu hommage, la qualifiant de « visionnaire qui a marqué les trente dernières années du cinéma ».

L’Américain Will Smith a remporté le prix du meilleur acteur pour son rôle dans La Méthode Williams – réalisé par Reinaldo Marcus Green -, où il incarne le père et entraîneur des championnes de tennis Serena et Venus Williams. L’acteur de 53 ans, égallement en lice pour l’Oscar du meilleur acteur, l’a emporté devant Adeel Akhtar, Mahershala Ali, Benedict Cumberbatch, Leonardo DiCaprio et Stephen Graham.

L’Anglaise Joanna Scanlan a, quant à elle, décroché le prix de la meilleure actrice pour son interprétation d’une épouse découvrant les secrets de son mari décédé dans After Love, du realisateur Aleem Khan. L’actrice de 60 ans l’emporte devant Lady Gaga, Alana Haim, Emilia Jones, Renate Reinsve et Tessa Thompson.

Lire aussi Bafta 2021 : « Nomadland » triomphe, Anthony Hopkins sacré meilleur acteur

Un doigt d’honneur adressé à Poutine

Après une remise des prix sans public l’année dernière en raison de la pandémie de Covid-19, c’est la guerre en Ukraine qui a marqué cette 75e edition des Bafta. L’invasion russe « a choqué le monde avec des images et des histoires racontant une situation vraiment horrible et déchirante »a déclaré le président de l’Académie britannique, Krishnendu Majumdar, au début de la cérémonie.

Les Bafta et les autres académies de cinéma en Europe se tiennent au côté de l’Ukraine et « nous partageons l’espoir d’un retour à la paix »at-il ajouté.

Sur le tapis rouge, certaines stars portaient des badges ou rubans aux couleurs du drapeau ukrainien, dont l’acteur Benedict Cumberbatch qui a affirmé « faire ce qu’il pouvait » pour héberger des réfugiés d’Ukraine, après que le gouvernement britannique an appelé dimanche les habitants à accueillir des Ukrainiens chez eux.

Presentant le prix de la meilleure réalisation, Andy Serkis a lui critiqué la ministre britannique de l’intérieur, Priti Patel, concernant la gestion de la crise, estimant ironiquement que le dernier film de Mme Patel « “Tous les réfugiés sont bienvenus mais certains sont plus bienvenus que d’autres” est un enfer total ».

L’actrice australienne Rebel Wilson, qui présentait la cérémonie, a de son côté adressé un doigt d’honneur au président russe, Vladimir Poutine. « Heureusement, dans toutes les langues des signes, c’est un geste pour Poutine », at-elle affirmé en introduisant Emilia Jones qui chantait doublée en langue des signes. Emilia Jones était nommée pour le prix de la meilleure actrice pour son interprétation, dans CODA, d’une adolescente passionnée de musique, seule entendante dans une famille sourde.

L'acteur britannique Stephen Graham a épinglé un ruban aux couleurs de l'Ukraine, sur le tapis rouge de la cérémonie des Bafta, à Londres, le 13 mars 2022.

Déception pour “Dune”

Ce remake américain du film français La Famille Bélier est d’ailleurs entré dans l’histoire des Bafta, Troy Kotsur devenant le premier acteur sourd à y remporter un prix, celui du meilleur second rôle masculin. « Je pense que c’est génial que vous reconnaissiez mon travail de l’autre côté de l’océan, c’est vraiment incroyable »at-il réagi en recevant son prix, son interprète à ses côtés.

Lire aussi Sundance : « CODA », remake américain de « La Famille Bélier », remporte le premier prix

Deception pour Dune, adaptation du roman de science-fiction de Frank Herbert par Denis Villeneuve, qui ne remporte aucun des prix les plus prestigieux. Le space opéra avait amassé onze nominations (le record cette année) et repart de Londres avec cinq récompenses notamment pour les effets spéciaux, la musique originale et la cinématographie.

Egalement nommé pour le meilleur film, Belfastdans lequel Kenneth Branagh rend hommage à sa ville natale en retraçant le parcours d’un môme d’Irlande du Nord traumatisé par la guerre civile et qui trouve refuge dans le cinéma, repart avec menille brix film.

Parmi les autres récompenses décernées, l’actrice américaine Ariana Debose a remporté le Bafta du meilleur second rôle féminin pour West Side Storytandis que Drive My Cardu Japonais Ryusuke Hamaguchi, a remporté le prix du meilleur film en langue étrangère.

Nommé notamment pour le meilleur film et la meilleure réalisation, la chronique adolescente Licorice Pizzade Paul Thomas Anderson repart avec le prix du meilleur scénario original.

Le Monde avec AFP

Leave a Comment

Your email address will not be published.