la Chine au sommet, le statu quo français, la légende McKeever, l'Ukraine brille en ski nordique... Le bilan des Jeux de Pékin

la Chine au sommet, le statu quo français, la légende McKeever, l’Ukraine brille en ski nordique… Le bilan des Jeux de Pékin

Pléthore de médailles, des émotions en cascade… les Jeux paralympiques de Pékin, qui viennent de se clôturer, dimanche 13 mars, ont tenu toutes leurs promesses. Pendant neuf jours sur la neige chinoise, les athlètes du monde entier se sont affrontés dans les cinq disciplines en lice (ski alpin, ski de fond, curling fauteuil, hockey sur luge et snowboard).

À jeu des médailles, c’est la Chine – à domicile – qui en a remporté le plus grand nombre, explosant son compteur. Avec 12 breloques, la France, quatrième, n’est pas en reste et a pu compter sur son fer de lance Arthur Bauchet (quatre podiums dont trois titres) en ski alpin pour faire le plein. Présents malgré la guerre dans leur pays, les Ukrainiens ont remporté l’intégralité de leurs médailles en ski nordique. Concernant les individualités qui ont brillé, le Canadien Brian McKeever, l’Autrichien Johannes Aigner ou l’Américaine Kendall Gretsch ont particulièrement retenu l’attention.

12 médailles dont 7 en or, le statu quo des Bleus à Pékin

À l’heure de faire les comptes, l’équipe de France paralympique oscille entre satisfaction et regrets. Avec douze médailles (7 d’or, 3 d’argent et 2 de bronze), la délégation française termine à la quatrième place du tableau des médailles. Les Bleus égalent leur performance de 2018, où ils avaient aussi terminé au pied du podium, avec le même nombre de titres, mais un peu plus de breloques au total (20 en Corée contre douze en Chine).

L’équipe de France a surtout été portée par son porte-drapeau Benjamin Daviet, titré en ski de fond sur le sprint style libre et en biathlon sur l’individuel ; et par le jeune Arthur Bauchet (21 ans), triple champion en ski alpin (descente, slalom et combiné). Le snowboard a aussi répondu présent, avec les sacres de Cécile Hernandez en cross et de Maxime Montaggioni en banked slalom. Petites déceptions, en revanche, pour Hyacinthe Deleplace et Marie Bochet, passés à côté de plusieurs de leurs épreuves en ski alpin.

Brian McKeever égale le record de titres sur des Jeux d’hiver

Le légende de ces Jeux d’hiver chinois, c’est lui. En remportant l’épreuve moyenne distance de ski de fond le 12 mars, le Canadien Brian McKeever a décroché la 16e médaille d’or paralympique de sa carrière. Un résultat historique lui permettant d’égaler le record de l’ex-skieur allemand Gerd Schönfelder, jusqu’à présent le sportif paralympique le plus titré de l’histoire.

Le Canadien Brian McKeever remporte sa seizième médaille d'or aux Jeux paralympiques, un record.  (JENS BUTTNER / DPA-ZENTRALBILD / AFP)

L’athlète de 42 ans a fait ses adieux aux Jeux sur l’épreuve de relais ouvert 4 x 25 kilomètres, avec sa compatriate Brittany Hudak. La paire canadienne a terminé à la 6e place.

D’une seule médaille à 61, la Chine est devenue un ogre paralympique

Ils avaient sans doute à coeur de faire bonne figure à la maison. Les athlètes Chinois ont atteint des sommets lors de ces Jeux paralympiques, et permettent à la délégation hôte de terminer en tête du tableau des médailles avec 61 médailles. Un incroyable bond par rapport à l’unique titre glané en curling chez le voisin coréen il ya quatre ans.

La délégation chinoise a d’abord pu compter sur le facteur nombre : elle s’est présentée au début de ces Jeux avec un record de 96 athlètes engagés.

L’Autrichien Johannes Aigner prend date

Sensation de ces Jeux paralympiques, Johannes Aigner an impressionné sur les pistes de ski alpin dans la catégorie déficient visuel. Pour ses premiers Jeux, l’Autrichien de 16 ans a fait carton plein à Pékin en décrochant cinq médailles en autant d’épreuves. Souvent avec la manière : 5” d’avance sur le deuxième en slalom géant, victoire en descente pour sa première course dans la discipline. Il comptera sans doute parmi les grands favoris des prochains Jeux paralympiques d’hiver, à Milan-Cortina d’Ampezzo en 2026.

L’Ukraine, 2e du classement, a tout dévoré en ski nordique

A des milliers de kilomètres de son pays en guerre, et alors que sa participation n’a été confirmée qu’au dernier moment, la délégation ukranienne a brillé à Pékin, comme un symbole. Avec 29 médailles et une 2e place au tableau des médailles, les Ukrainiens réalisent la meilleure performance de leur histoire sur des Jeux paralympiques d’hiver. Ils avaient annoncé la couleur dès la première journée, en remportant par moins de sept breloques.

Toutes les médailles ukrainiennes ont été décrochées dans des épreuves de biathlon et de ski de fond, avec plusieurs triplés retentissants, lors du sprint hommes dans la catégorie déficient suruel distance.

Les para biathlètes ukrainiens ont réalisé un triplé sur le sprint masculin, dans la catégorie déficient visuel.  (De gauche à droite) Le médaillé d'argent Oleksandr Kazik aux côtés de son guide Serhii Kucheriavyi, le médaillé d'or Vitalii Lukianenko aux côtés de son guide Boys Babar et le Olmédaillé côté aux Nicholas Nicholas Bronze D posent ensemble après leur victoire, le 5 mars 2022. (THOMAS LOVELOCK / OIS / IOC / AFP)

La belle histoire Kendall Gretsch, en or à Tokyo comme à Pékin

L’histoire d’amour entre Kendall Gretsch et les Jeux paralympiques se poursuit. Six mois après avoir été titrée en triathlon lors des Jeux paralympiques d’été de Tokyo, l’Américaine s’est imposée sur le biathlon assis en distance moyenne (10 kilomètres) le mardi 8 mars. L’athlète de l’Illinois a égallement décroché l’argent sur l’individuel et le bronze sur le sprint.

Leave a Comment

Your email address will not be published.