Avant les Oscars 2022, Jane Campion (The Power of the Dog) se paie les réacs d'Hollywood

Avant les Oscars 2022, Jane Campion (The Power of the Dog) se paie les réacs d’Hollywood

Distinguée par la prestigieuse Guilde des réalisateurs pour son dernier long-métrage, la cinéaste rappelle qu’elle est une pionnère et recadre les vieux réacs de l’industrie qui critiquaient son film (pour de mauvaises).

S’il fallait désigner un grand favori des Oscars 2022, ce serait sans aucun doute The Power of the Dog, le dernier long-métrage de Jane Campion. Lors de la 94e cérémonie, le film défendra sa place dans douze catégories, à commencer par les plus prestigieuses comme celles de Meilleur film et de Meilleure réalisation. Chose pas banale : cette année, le favori est une production Netflix. La plateforme au N rouge se frotte déjà les mains à l’idée d’obtenir la consécration très attendue. Il faut dire que Jane Campion coche toutes les cases : comme Chloé Zhao (Nomadland) l’année dernière, elle est plébiscitée par les pontes de l’industrie et vient même de remporter un joli trophée… Ce qui ne plaît pas à tout le monde.

The Power of the Dog : Photo, Benedict Cumberbatch, Jesse PlemonsA la conquête du Palmarès

Samidi 12 mars 2022, Jane Campion a reçu la médaille de la Meilleure réalisation, décernée par la prestigieuse Guilde des réalisateurs (DGA), le syndicat des cinéastes Hollywoodiens. C’est un trophée qui est regardé de près et pour cause : depuis le début des années 2000, 17 des 21 réalisateurs distingués ont ensuite reçu l’Oscar du Meilleur réalisateur. Voilà qui semble de bon augure pour la cinéaste néo-zélandaise.

Avec cette victoire, Campion solidifie sa position de pionnière : elle était déjà la première femme à avoir remporté la Palme d’Or (La leçon de piano en 1993) et la première réalisatrice à recevoir deux nominations aux Oscars dans la catégorie “Meilleur réalisateur”. Elle devient la deuxième femme a obtenir la médaille de la DGA.

The Power of the Dog : Photo, Benedict Cumberbatch, Kodi Smit-McPheeDeux acteurs nommés aux Oscars 2022

Dans son discours, la cinéaste est revenue sur la victoire de Chloé Zhao l’année dernière et a délivré un discours très féministe :

“Je suis si fier de cette femme. Elle a marqué l’Histoire et rendu les choses meilleures. C’est pour cela que je suis ici aussi. Je suis ici parce que ça m’importe que les femmes aussi aient voix au cha Je suis très enthousiaste pour la nouvelle génération de réalisatrice.”

Elle en a également profité pour saluer l’actrice Maggie Gyllenhaal, distinguée du prix du Meilleur premier film pour The Lost Daughter. Après la cérémonie, des journalistes sont alors revenus sur les critiques qu’elle an essuyé récemment, notamment celles de l’acteur de western Sam Elliott qui s’est ouvertement moqué de son film. “C’est un film de merdeat-il déclaré, il ya des allusions à l’homosexualité et ses cowboys sont comme des Chippendales qui portent des noeuds-pap et pas grand chose d’autre. Qu’est-ce que cette femme qui vient de [Nouvelle-Zélande] y connaît à l’Ouest américain ?”

The Power of the Dog : Photo Benedict CumberbatchBientôt un record pour l’Ouest américain : deux victoires de suite ?

La cinéaste lui a répondu par journaliste interposé, au micro du magazine Deadline :

“Je pense que c’est vraiment dommage et triste pour lui. Il a vraiment fait un carton plein, entre misogynie, xénophobie et homophobie. Je n’aime pas ça. Il a agit comme un… comme un connard. Et puis” , ce n’est pas un cowboy, hein, c’est juste un acteur.”

Les détracteurs de Jane Campion sont prévenus : s’ils veulent critiquer son dernier film, il faudra s’avérer plus constructifs. The Power of the Dog est disponible sur la plateforme au N rouge depuis December 2021. La cérémonie des Oscars, elle, aura lieu dans quelques jours : le 27 mars 2022. D’ici la, on vous invite à retrouver notre critique du western de Jane Campion.

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.