Foursans-Bourdette a réglé la mire, Bouthier a failli coûter cher

Foursans-Bourdette a réglé la mire, Bouthier a failli coûter cher

L’adresse de Foursans-Bourdette, un pack toulonnais dominateur mais égallement la bévue de Bouthier et l’indiscipline des deux équipes… Les Tops/Flops de ce Montpellier-Toulon (18-16)

TOPS

Foursans-Bourdette reçu 18/18

18 points inscrits par Montpellier ce samedi soir, lors de la victoire sur le RCT (18-16). Ils sont tous venus du pied de Louis Foursans-Bourdette. L’ouvreur montpelliérain, qui suppléait le Sud-africain Handré Pollard, de nouveau indisponible, a réussi un quasi sans faute devant les perches. Hormis un petit accroc à la 37e minute, il termine la partie avec un très propre 6/7. Une performance loin d’être anodine dans ce type de match fermé où la réussite face aux poteaux est déterminante. Plus chevelu que Monsieur Propre, Louis Foursans-Bourdette mérite tout de même ce surnom ce samedi.

La mêlée toulonnaise s’est régalée

Dans ce secteur de jeu, les Toulonnais ont régné ce samedi soir. les
hommes de Franck Azéma ont remporté 60% de leurs mêlées et ont pu s’appuyer sur la réussite de leur pack pour revenir presque à hauteur des Montpelliérains en fin de match. C’est sur une énième mêlée gagnée que les Varois ont pu déployer leur offensive sur l’essai de pénalité accordé, synonyme de bonus défensif. La puissance du pack toulonnais aurait pu faire la différence, avec plus de discipline notamment en première période.

FLOPS

Bouthier, l’erreur qui aurait pu coûter cher

Alors qu’il réalisait jusque-là un match très correct dans la
couverture des longs ballons adverses, Anthony Bouthier a joué un bien vilain tour à ses coéquipiers à la 73e minute. Alors qu’Aymeric Luc s’en va aplatir le ballon sur la ligne de l’en-but, l’arrière
héraultais dégage le ballon du pied, dépossédant ainsi son homologue du cuir. Un geste interdit qui a valu un essai de pénalité en faveur des Toulonnais et un carton jaune à l’encontre de Bouthier qui semblait presque découvrir la règle au moment des explications de l’arbitres. À 14 contre 15, les Héraultais ne sont pas passés loin de laisser filer un match qui leur tendait les bras.

Deux équipes bien trop indisciplinées

Malgré ses difficultés cette saison, le RCT fait partie
des formations les moins pénalisées du Top 14. Ce n’est pourtant pas ce que nous ont montrés les coéquipiers de Charles Ollivon ce samedi soir. En concédant de manière évitable de nombreuses pénalités, Toulon a laissé filer son adversaire au score. Et lorsque l’on regarde le scénario de la fin de match, difficile de ne pas nourrir quelques regrets. Côté MHR, la copie est encore plus mauvaise avec 16 pénalités sifflées à l’encontre des locaux.

D’exécrables conditions de jeu

Il n’était pas facile de jouer au rugby au GGL Stadium de Montpellier. Sur une pelouse détrempée, les 30 acteurs ont éprouvé toutes les peines du monde à développer du jeu offensif. Le match a donc accouché d’une opposition parfois fermée, faite de longues séquences de jeu et d’interminables phases de ruck. Clairement pas la rencontre de l’année en Top 14, malgré une fin de match à suspense.

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.