L’essai du Renault Arkana hybride, le SUV stylé qui ne consomme pas

L’essai du Renault Arkana hybrid, le SUV stylé qui ne consomme pas

not plus. L’hybride qui se recharge tout seul, la consommation, l’aménagement à l’avant, une ligne qui change des SUV.

Les moins. Les errements de la boîte de vitesses, les reprises molles, le volume de coffre.

>>> À l’origine, l’Arkana n’était pas censé sortir des frontières russes. Pour répondre aux goûts que l’on qualifiera diplomatiquement de « décalés » de la clientèle, Renault avait rhabillé une plateforme de Dacia Duster pour lui donner de faux airs de BMW X4 ou de mini-Talisman coupé. La bête ayant suscité un certain intérêt à son lancement en 2019, le constructeur a vite embrayé pour répondre à la demande mais en élevant le niveau technique : « notre » Arkana récupère donc la base du Renault Captur. Et il n’est pas plus le nôtre que celui des Coréens puisqu’il est fabriqué et commercialisé au pays du matin calme sous l’appellation Samsung XM3.

Seul au monde

Avec son concept de SUV-coupé à la mode, l’Arkana est à l’abri de la concurrence des 3008 et 5008. Son seul rival direct pourrait être le nouveau Honda HR-V, aux lignes moins fluides mais anime par un système hybrid qui se recharge aussi en roulant, comme chez Toyota. En ville, l’Arkana sollicite très peu le moteur thermique et roule quasiment la moitié du temps en électrique, profitant des multiples phases de freinage pour recharger ses batteries. La consommation moyenne passe sans difficulté sous les 5 litres.

Sur voie (relativement) rapide, ça se passe bien aussi et l’on peut suivre en direct les échanges d’énergie entre le moteur, la batterie et les roues. Sur autoroute, ce n’est pas là que vous perdrez vos points, les 130 ressemblant à une limite physique genre mur du son. C’est sur route et dans les montées que ça se complique, la faute à la boîte E-Tech qui a tendance à faire hurler le moteur… comme la CVT des Toyota hybrides. Les reprises sont terriblement molles, ce qui ne facilite pas l’insertion dans le trafic. Dommage car l’Arkana se montre plutôt plaisant à conduire, avec des prises de roulis limitées et un train avant qui accroche bien.

L’habitacle est bien aménagé, même si on n’a pas droit au tiroir-boîte à gants du Captur. Force, pas (encore) d’OpenR de la nouvelle Mégane : il faut donc se contenter de l’ancien système multimédia, bien plus lent et moins agréable. Pas de CarPlay/AndroidAuto sans fil, un manque à corriger d’urgence vu qu’il est proposé sur les Dacia. Vu la longueur, on s’attendait à un volume de coffre plus conséquent que les 480 litres. Dans l’absolu, c’est large. Pour une auto de 4,58 m, c’est peu mais l’Arkana n’a pas vocation à jouer les déménageurs.

La fiche

RENAULT ARKANA E-TECH INTENS

Dimensions. Longueur : 4,57 mètres. Largeur: 1,82 mètre. Hauteur: 1,58 mètre. Poids: 1 435 liters. Coffre: 480 liters. Réservoir: 50 liters.

Motorisation. Hybride electric essence. 4 cylindres 1,6 litre 94 ch et moteur électrique 51 ch. Puissance combinée : 143 ch. Couple: 205 Nm. Boîte automatique à 15 modes.

Vitesse maximum. 172 km/h. De 0 à 100 km/h en 10”8.

Consommation homologue. 4,8 liters aux 100 km. Émissions de CO2: 108 g/km. pas de malus.

Principaux équipements. jantes 18”, feux LED, caméra de recul, capteur de pluie, clim automatique bizone, connectivité Apple CarPlay/Android Auto, régulateur-limitur de vitesse adaptatif, aid au maintien dans la file, caméra de recul, sièges avanté chatuffants, d’angle mort, modes de conduite…

Prix. 33 350 €. Gamme de 29 700 à 36 100€.

Leave a Comment

Your email address will not be published.