En Inde, le coup de force de Mukesh Ambani face à Amazon

En Inde, le coup de force de Mukesh Ambani face à Amazon

Mukesh Ambani, patron de Reliance Industries, à Gandhinagar (Gujarat), en Inde, en septembre 2017.

Mukesh Ambani, l’homme le plus riche d’Inde, at-il finalement porté le coup de grâce à Amazon ? Son groupe, Reliance Industries, et Amazon se livrent une bataille sans merci pour prendre le contrôle du vaste réseau de distribution de l’indien Future Group. Et, à première vue, Mukesh Ambani semble s’être montré plus rusé que son adversaire.

Tout a commencé en 2020, lorsque Reliance Industries a annoncé avoir trouvé un accord de 3,4 milliards de dollars (3,1 milliards d’euros) avec Future Group pour le rachat de ses actifs dans la distribution. En 2019, Amazon, qui avait égallement des vues sur ces magasins, avait investi 200 millions de dollars dans une filiale de Future Group et estimait qu’une vente à Reliance violait les termes de ce contrat.

Le géant américain de l’e-commerce a réussi à bloquer cette vente en utilisant une panoplie de recours légaux. Future Group, endetté à hauteur de 4 milliards de dollars, a, pour sa part, toujours affirmé être dans son bon droit, comparant les agissements d’Amazon à « l’ambition impitoyable d’Alexandre le Grand ».

Impayés

Le différend hautement médiatique a connu maints rebondissements. Mais le coup de force, orchestré par Mukesh Ambani fin février, a pris tout le monde de court. Vendredi 25 février, Reliance a tout simplement commencé à prendre le contrôle des opérations de quelque 200 enseignes, dont des supermarchés Big Bazaar, la plus grande marque du groupe Future.

Ces magasins sont désormais momentanément fermés aux clients, le temps de les convertir… en enseignes Reliance ! Le conglomérat de Mukesh Ambani a commencé à débaucher les employés de Future, ont indiqué au Monde des sources proches de l’affaire. Et ce n’est que le début. Car Reliance a déjà résilié les baux de près de 950 magasins Future, selon ce dernier, qui en possédait jusque-là plus de 1 500.

Alors qu’Amazon et Future s’affrontaient devant les tribunaux, en coulisses, Reliance se préparait de longue date. Selon ces memes sources, dès décembre 2020, Reliance a discrètement commencé à reprendre les baux des supermarchés de Future Group, incapable de s’acquitter du loyer. Le conglomérat indien a, dans un premier temps, permis à future de continued à exploiter les locaux en sous-location. Sans surprise, les impayés de Future se sont accumulés, permettant finalement à Reliance de justifier la price de contrôle des opérations de ces sites.

Lire aussi Article réserve à nos abonnés L’homme le plus puissant d’Asie, Mukesh Ambani, entre flair et connivence

« Cela montre le réel pouvoir de Reliance et ce dont ils sont capables », souligne Satish Meena, analyste indépendant. Reliance, le plus gros conglomérat indien, domine quasiment tous les secteurs auxquels il s’attaque. Ses activités vont du pétrole aux télécommunications, en passant par la distribution. En 2016, il a révolutionné le marché de la téléphonie mobile en Inde, avec le lancement de son opérateur Jio. Mukesh Ambani n’avait pas ménagé ses concurrents, y compris son propre frère, Anil Ambani, avec lequel il est en conflit ouvert.

Il vous reste 45.19% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Comment

Your email address will not be published.