Pau : une vendeuse de chocolats agressée sexuellement sur son lieu de travail

Pau : une vendeuse de chocolats agressée sexuellement sur son lieu de travail

La response vous conseille

La response vous conseille

Béarn : 4 faits divers en bref à lire ce lundi

Béarn : 4 faits divers en bref à lire ce lundi

Ce lundi, on revient sur ce Lonsois qui s’est endormi au volant de sa voiture arrêtée devant un feu tricolore, sur ce Gelosien qui est descendu chez un voisin avec un fusil pour faire cesser le tapage, surne un accident tentative de vol à Pau.

Ce jour-là, Romica Munteanu, un SDF roumain de 43 ans, rentre dans une boutique de chocolats du center-ville de Pau. Il fait comprendre qu’il a besoin de poche, s’adresse à une cliente, puis repart avec ses deux sachets. Puis il revient. La vendeuse est désormais seule. D’un geste, il signifie qu’il a faim. « À titre exceptionnel », elle lui offre un chocolat.

Une victime « en état de choc »

L’homme l’a alors pris dans ses bras et embrassé dans le cou. Sur les photos prises lors de son dépôt de plainte, elle a encore une large trace de chocolat dans le cou. « C’était comme s’il m’avait roulé une pelle dans le cou», dira-t-elle, choquée par les événements. L’intrus serait allé plus loin. Il aurait mimé des gestes obscènes avec « ses doigts en V et sa langue ». La vendeuse a senti une main sur sa cuisse, comme s’il voulait remonter le tablier qu’elle portait. Alors qu’elle s’écarte, elle le voit sortir son sexe de son pantalon.

Elle panique, parvient à le faire sortir du magasin et se réfugie chez un commerçant voisin qui la décrit « en état de choc ». La police est alertée et le SDF est interpellé sur un banc d’une place voisine. Il est jugé ce lundi en renvoi de comparution immédiate.

« C’était pour rigoler »

« Je ne l’ai pas touchée, je n’ai pas mis la main dessus, affirme-t-il dans le box des prévenus, par la voix de la traductrice. Je l’ai pris dans les bras, je lui ai embrassé les mains par respect. » Il concède qu’il avait bu. Les policiers le feront souffler à 1,34 gramme d’alcool dans le sang. « Je n’ai pas été agressif, insiste le prévenu. C’était plutôt pour rigoler et pas pour agresser quelqu’un. » Il exhibe une photo de sa compagne espagnole et de leur enfant (il a deux autres enfants, plus grands, en Roumanie). « Regardez, j’ai une famille ! »

Il conteste avoir exhibé son sexe, prétextant avoir ouvert sa braguette pour indiquer qu’il avait envie d’aller aux toilettes. « Je lui ai embrassé le cou pour la remercier pour le chocolat, s’entête le Roumain. Je ne pensais pas que ça valait d’appeler les policiers. » Les gestes obscènes ? Il se léchait les doigts parce qu’il y avait du chocolat dessus.

« Très grande précarité »

Une défense que l’avocat de la partie civile juge “particulièrement déplacée” face aux conséquences pour la jeune victime. « C’est une jeune femme incapable de remettre les pieds sur son lieu de travail parce qu’elle ne s’y sent plus en sécurité», appuie la substitut du procureur Aurore Chauprade.

La défense de Me Stéphanie Hau reconnaît les faits d’agression sexuelle mais conteste l’exhibition. « C’est parole contre parole. Il n’y a pas de témoin, pas de vidéosurveillance. » Mais la vendeuse a toujours maintenu ses affirmations, devant le commerçant voisin, devant les policiers et à l’unité médico-judiciaire où elle a été examinée. L’avocate plaide néanmoins en faveur d’une « peine avec sursis » pour cet homme « dans une très grande précarité ».

Elle ne sera pas entendue. Le tribunal suit les réquisitions du parquet et condamne Romica Munteanu à 6 mois de prison ferme avec maintien en détention, et interdiction du territoire français pour une durée de 5 ans.

Leave a Comment

Your email address will not be published.