Train electrique fortescue

Le train électrique qui se recharge tout seul va voir le jour

Ne vous fiez pas aux apparences. La compagnie Fortescue Metals Group, qui travaille dans le minage et l’extraction de fer en Australie, s’est lancée dans un nouveau projet écolo. Un train, électrique, lui permettra d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2030 et sera le premier du genre à ne pas avoir besoin de se recharger.

Accessoirement, ce sera aussi lui qui viendra transporter le minerai. Selon les premières informations, le train réduira les coûts d’exploitation de l’entreprise et augmentera sa productivité. Encore aujourd’hui, les 54 locomotives de Fortescue fonctionnent au diesel. Et chacune tire un total de 2,8 kilomètres de wagons.

Energy gravitationnelle

Il s’appelle “Infinity Train” et grâce au relief, sur lequel il exercera son travail de transporter le fer des mines jusqu’au point de récupération, il profitera de la descente (sur le chemin retour) pour recharger lui batteries-même ses – sans l’aide d’une borne de recharge. Avec une approche inédite : l’énergie gravitationnelle.

“Les combustibles fossiles ne sont qu’une source d’énergie et qu’il en existe d’autres, comme l’énergie gravitationnelle, qui émergent rapidement, qui sont plus efficaces, moins coûteuses et vertes”disait Dr Andrew Forrest, l’entrepreneur le plus riche d’Australie, derrière l’un des plus gros groupes de l’industrie minière au monde.

Pour ce faire, la locomotive électrique utilisera le même principe de régénération présent sur certains freins de voitures électriques comme chez Tesla ou Volkswagen. Mais cette fois, le système aura la laurde tache de récupérer autant d’énergie que consommée, sans jamais réduire le ratio.

Lire aussi – Dans deux ans, les trains depuis Paris se transformeront en hôtel

Sauver 82 millions de litres de diesel

“L’Infinity Train a la capacité d’être la locomotive électrique à batterie la plus efficace au monde”, ajoutait Dr Forrest, dans un communiqué le 1er mars dernier. Si l’efficacité de récupération d’énergie est une chose, le poids en est une autre. Et sur ce point, le projet Infinity Train profitera d’un coup de pouce.

En effet, sur le trajet aller, l’Infinity Train sera vide de cargaison. Le fer, qui multipliera la masse totalale des wagons, ne sera chargé que pour le trajet en descente, ce qui augmentera la capacité à récupérer de l’énergie et ne pas trop en perdre lors de la montée.

En 2021, selon les chiffres de la société, l’ensemble des rames ont consommé 82 millions de litres de diesel. En coupant ces dépenses et en investissant sur une solution moins chère à la fin, Fortescue s’est permis de passer par la case rachat.

C’était au mois de janvier dernier, lorsque l’entreprise anglaise Williams Advanced Engineering (WAE), spécialisée dans l’ingénierie automobile et notamment des batteries électriques, annonçait son acquisition pour près de 200 millions d’euros (164 livres sterling).

Williams, qui partage le même nom que celui de l’écurie de Formule 1, en est aussi sa filiale. Fortescue a misé sur un acteur de l’automobile, de quoi imaginer, si ce n’est pas trop optimiste, une percée dans la recherche et le développement de nouvelles technologies régénératrices pour nos voitures futures.

Leave a Comment

Your email address will not be published.