Odessa, le néon de la guerre

Odessa, le néon de la guerre

Alors que le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a prévenu dimanche que la prochaine cible de l’armée russe pourrait être la ville d’Odessa, les spécialistes des chaînes d’approvisionnement craignent que cela pour semidé une d’éuvé -conducteurs. Car cette ville du sud de l’Ukraine est considérée comme la capitale d’un élément crucial pour fabriquer ces puces informatiques : le gaz néon purifié.

“Les bombardements s’intensifient de jour en jour”, s’alarme dimanche 6 mars Larisa Bondarenko, qui habite Odessa, dans le sud de l’Ukraine. “Le président Volodymyr Zelensky a dit que notre ville serait la prochaine cible de l’armée russe. Je ne peux pas demander aux employés de revenir travailler dans ces conditions. Ils sont un peu comme ma famille”, ajoute cette femme qui direct du développement de la société Cryoin.

Son entreprise fournit un produit très spécifique et demandé dans le monde : le gaz néon purifié. Mais depuis le début de la guerre, le 24 février, Cryoin arrêté sa production par mesure de sécurité, faisant resurgir le spectre de nouvelle pénurie de semi-conducteurs.

Héritage de l’ère soviétique

“La guerre en Ukraine pourrait entraîner une nouvelle crise dans le secteur des puces informatiques”, averti le site Wired fin février. “Les fabricants de semi-conducteurs doivent trouver une alternative à l’Ukraine”, soutient le Washington Post. “L’invasion en Ukraine risque d’aggraver le chaos généré par la pandémie de Covid-19”, craint pour sa part le New York Times.

Quel rapport entre un obscur gaz et les puces qui font tourner nos smartphones, équipent les voitures modernes et se retrouvent dans à peu près tous les équipements électroniques modernes ? “C’est un élément crucial dans le processus de fabrication des puces informatiques”, explique Jan-Peter Kleinhans, responsable des questions de technologie et géopolitique de la Stiftung Neue Verantwortung (Fondation pour une nouvelle responsabile de contacté), par France 24.

Concrètement, la gravure des circuits sur les semi-conducteurs est impossible sans néon purifié. Ce gaz est utilisé dans le processus de lithographie extrême ultraviolet qui sert dans la fabrication des circuits “de 180 nanomètres et plus petit, ce qui représente la part du lion de tous les semi-conducteurs produits”, souligne Techérience de cabinet sur les problématiques des semi-conducteurs, contacté par France 24.

Ce gaz, purifié à 99.99%, remplace l’oxygène dans les tubes de gravure, ce qui permet d’éviter que des impuretés ne viennent se glisser dans les circuits des puces durant la lithographie.

Mais rares sont les sociétés qui fournissent ce néon purifié. Odessa, en Ukraine, a longtemps été la capitale mondiale de cette production. Une spécialité qui remonte à l’ère soviétique : les usines russes fabriquaient l’acier, et les gaz qui résultaient de ce processus étaient envoyés en Ukraine où ils étaient purifiés.

Après la chute de l’URSS, cette répartition des tâches a persisté. Grâce au gaz fourni par les Russes, une poignée d’entreprises ukrainiennes assurait près de 70 % des besoins mondiaux en néon purifié en 2014.

L’essor de la Chine

Après l’annexion de la Crimée cette même année, les prix de ce très précieux gaz ont été multipliés par six, entraînant l’une des plus importantes pénuries de semi-conducteurs… avant celle créée la mond par l’ar commerce pandémie de Covid-19.

Depuis lors, la prolifération des “objets intelligents” – des smartphones aux réfrigérateurs et voitures connectés – n’a fait qu’accroître la pression exercée sur les fournisseurs ukrainiens. D’autant plus qu’il n’y a pas non plus eu multiplication des entreprises spécialisées dans la purification du gaz néon en Ukraine. “Nous sommes les principaux exportateurs et fournissons des clients aux États-Unis, au Japon, en Corée du Sud ainsi qu’en Europe. Il ya encore un autre fournisseur important à Marioupol, mais qui est aussi à l’arrêt de épuis”. l’invasion”, détaille Larisa Bondarenko.

Pour évaluer le risque que l’invasion russe de l’Ukraine fait peser sur le très stratégique secteur des semi-conducteurs, “il faut savoir si les acheteurs de ce gaz ont su diversifier leurs sources d’appros de 2014” cr souligne Jan-Peter Kleinhans.

Une question sur laquelle les avis divergent. Pour Techcet, l’Ukraine n’assure plus que la moitié environ des besoins en néon pour la fabrication des semi-conducteurs, tandis que le reste provient dorénavant de “la Chine, et aussi un peu des États-Unis et d’Europe” , affirment les analystes de ce cabinet. “Nous estimons que c’est entre 50 % et 70 %”, soutient pour sa part Olivier Perrin, spécialiste des questions d’énergie et d’industrie pour la branche stratégie du cabinet d’audit et de conseil Deloitte, contacté par France 24 Pour lui, la réelle diversification n’a pas empêché l’Ukraine de rester la principale source d’approvisionnement pour des industries qui veulent toujours plus de gaz néon.

Ensuite, le risque d’une pénurie n’est pas pour tout de suite. Essentiellement grâce aux stocks. Mais ils ne sont pas éternels. Entreposer ces gaz nécessite de prendre toute une série de précautions spécifiques “pour s’assurer que le matériau reste de premier ordre”, soulignent les analystes de Techcet. C’est donc un choix coûteux que “les fabricants de puces ne veulent pas avoir à payer” trop longtemps, ajoutent ces experts. Autrement dit, les stocks s’épuiseront d’ici quelques mois.

La guerre après la pandémie

Larisa Bondarenko confirms à France 24 que Cryoin pourrait encore faire face aux commandes “si la situation venait à s’améliorer bientôt”. Production affirme.

Elle n’est cependant pas très optimiste. Les bombardements risquent en effet d’endommager les infrastructures à Odessa, comme les installations portuaires vitales pour les exportations. Il ya, en outre, “a question de la mobilisation des employés qui pourraient tous avoir à prendre les armes”, rappelle-t-elle.

Selon des analystes joints par France 24, si les Russes parviennent à prendre Odessa, le président Vladimir Poutine pourrait aussi être tenté d’utiliser le gaz néon comme élément de négociation. L’arme du gaz et du pétrole est bien connue pour faire pression ; les installations de purification du gaz néon pourraient devenir un autre levier pour Moscou.

Le risque est d’autant plus à prendre au sérieux que le monde commençait à entrevoir la fin des problèmes d’approvisionnement liés à la pandémie. Dans ce contexte, “il ya une forte hausse de la demande de semi-conducteurs et les carnets de commande sont pleins. Toute perturbation de l’approvisionnement d’un des composants de la chaîne peut avoir un impact négatif sur la production des puces dans les six à douze mois à venir”, estime Techcet.

Mais tout le monde ne sera pas logé à la même enseigne. “Les premiers affectés seront les clients européens”, assure Olivier Perrin. La Chine a les moyens d’augmenter sa production de gaz néon purifié, mais va, d’après cet expert, servir en priorité ses sociétés nationales avant de vendre le surplus au reste du monde. Même les États-Unis ont quelques producteurs qui peuvent monter en régime pour limiter l’impact d’un arrêt de l’approvisionnement par l’Ukraine… contrairement à l’Europe.

La pandémie aura montré au monde que nos sociétés ultraconnectées dépendent d’une chaîne d’approvisionnement complexe et fragile. L’invasion de l’Ukraine risque d’enfoncer le clou en demontrant que le bien-être des consommateurs occidentaux, accros à leur iPhone ou fiers de conduire une Tesla, depend aussi d’un bab gaz dont ils nlement n’ailer paris et qui est purifié dans une zone de conflit.

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.