Guerre en Ukraine : les répercussions pour votre épargne

Guerre en Ukraine : les répercussions pour votre épargne

Les marchés européens sont particulièrement affectés en raison de la dépendance des pays européens aux importations de gaz russe et de céréales (Crédit photo : 123RF)

Les marchés européens sont particulièrement affectés en raison de la dépendance des pays européens aux importations de gaz russe et de céréales (Crédit photo : 123RF)

Une dizaine de jour après le lancement de l’offensive Russe sur l’Ukraine, les premiers impacts se font ressentir sur les économies. Inflation, taux d’intérêt, marchés financiers … quelles sont les répercussions pour votre épargne ?

Inflation et remontée des taux d’intérêt

La Russie est le troisième producteur mondial de pétrole brut (derrière les États-Unis et l’Arabie saoudite) et le deuxième exportateur. Un tiers des échanges mondiaux de céréales dépend des pays de la mer Noire, vers lesquels plus aucun bateau ne se risque. Le conflit en l’Ukraine perturbe l’approvisionnement des pays en pétrole et en céréales. Cette pénurie entraine la hausse du cours de l’énergie et des matières premières et se répercute sur les prix des produits finis. Conséquence, alors qu’elle était déjà dans une phase de nette accélération, l’inflation connait une nouvelle poussée. En France, elle atteint 3.60 % sur un an et 7% aux États-Unis.

Comment les banques centrales vont-elles réagir face à ces tensions inflationnistes ?

D’un côté, « les entreprises pourraient réduire leurs investissements compte tenu du haut niveau d’incertitude. Les ménages pourraient épargner davantage. Augmenter les taux brutalement pourrait accroître le ralentissement de l’économie » est-il expliqué dans un article paru dans le Cercle de l’Épargne.

D’un autre côté, il est fort probable « que cette crise s’accompagne d’un nouveau besoin de dépenses publiques. Les États occidentaux ont décidé d’augmenter en toute urgence leurs dépenses militaires, + 100 milliards d’euros pour la seule Allemagne qui a indiqué qu’elle s’endetrait pour les financer ».

Si les taux devaient augmenter dans les prochains mois, ils devraient donc l’être dans une proportion raisonnable.

Si elle est progressive, cette remontée des taux ne se répercutera que très lentement sur les rendements des fonds en euros des contrats d’assurance vie. Seule une remontée brutale de ces taux pourrait mettre en risque les fonds en euros existants. La remontée des taux pourrait se répercuter sur le rendement des livrets. Mais s’il reste inférieur à l’inflation, le rendement réel restera négatif.

Les marchés financiers

Depuis le début de l’offensive Russe sur l’Ukraine, les marchés boursiers subissent de fortes fluctuations. Les marchés européens sont particulièrement affectés en raison de la dépendance des pays européens aux importations de gaz russe et de céréales et des incertitudes que le conflit fait peser sur leur croissance économique.

« Au-delà de l’effet de surprise, les conséquences de cette crise ne doivent pas être exagerées. La Russie comme l’Ukraine sont des clients marginaux pour les pays de la zone euro en ce qui concerne les échanges, de 1 à 3% des échanges. Si 35 entreprises françaises du CAC 40 ont des filiales en Russie, ces dernières assurent en règle générale moins de 5% du chiffre d’affaires total » tempère le Cercle de L’épargne.

Si la guerre venait à se prolonger, il faudrait toutefois en réévaluer les répercussions à long terme. En attendant, il convient de ne pas prendre de décision trop hâtive et de continue à raisonner avec un horizon de placement à moyen terme. Pour les plus opportunistes, ce contexte peut être porteur dans les secteurs d’activité les plus touchés par le confit.

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.