Cac 40 : La Bourse de Paris tombe au plus bas depuis plus d'un an

Cac 40 : La Bourse de Paris tombe au plus bas depuis plus d’un an

(BFM Bourse) – Incapable de freiner sa chute, le CAC 40 abandonne encore près de 3% lundi après avoir lâché 10% la semaine dernière face aux conséquences du conflit déclenché par la Russie en Ukraine. Depuis le sommet de début janvier, le repli atteint désormais la barre de 20% caractérisant un “bear market”, ou marché baissier.

Assommé par les retombées économiques de la guerre en Ukraine et des sanctions à l’encontre de la Russie, le marché parisien passe lundi matin en phase de “bear market”, accumulant un recul de plus de 20% depuis son dernier sommet, enregistré dé janvier à près de 7400 points. En recul de 2,77% dès l’ouverture, l’indice phare CAC 40 a rapidement accru ses pertes en plongeant jusqu’à moins de 5800 points en début de matinée, pour revenir à 5.885,20 points (-2,91% ) vers 12h15. Les volumes d’échanges sont à nouveau très élevés, dépassant déjà 2,7 milliards d’euros.

Au douzième jour de conflit, les principaux indices européens (-3,4% à Francfort, -2,4% à Milan et “seulement” -1,8% à Londres) sombrent en réaction à l’envolée des cours pétroliers alors que le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a évoqué la possibilité d’interdire les importations de pétrole russe. Le contrat à terme sur le baril de Brent flambe de 7,58% à 127,06 dollars tandis que le WTI gagne 7,37% à 124,20 dollars.

“L’invasion de l’Ukraine par la Russie a élargi la probabilité de distribution de la performance des marchés boursiers. L’augmentation de l’incertitude découle d’un éventail de facteurs, dont de façon non exhaustive: les intentions du président Poutine” , l’étendue des sanctions futures, le sort des armes, la politique de défense des États non-OTAN, la position perçue de la Chine, les prix des matières premières, la croissance mondiale, l’inflation et la politique des banques centrales” , observe l’équipe de stratégie d’UBS.

“En conséquence, nous avons désormais moins confiance dans la possibilité que se matérialise n’importe quel scénario donné et l’éventail des développements potentiels est égallement plus large – à la fois central à se. la scéna à sé ba une progression des marchés actions d’ici la fin de l’année en hausse par rapport à aujourd’hui, un rapport risque/rendement moins clair implique que nous modifions notre positionnement tactique sur les actions, de classe d’actifs favorite” à ne , explique la banque.

Schématiquement seul deux secteurs trouvent grâce aux yeux des investisseurs : d’un côté la défense (avec encore +6,5% ce matin pour Thales, qui gagne presque 50% depuis le début de l’année) et treles de l’au de matières premières, en particulier dans l’énergie et les métaux. Freiné par la menace de devoir à son tour tirer un trait sur ses actifs en Russie, TotalEnergies grappille tout de même 0,85% actuellement. Les parapétrolières en profitent beaucoup plus franchement avec 8.6% pour Vallouurec ou 6.8% pour CGG.

Inversement, le chemin de croix se poursuit pour Engie (-6.6%) Renault (-5.5%) ou Société Générale (-5.9%). Crédit Agricole cède 5% alors que la banque a évalué à 0,6% de ses engagements commerciaux son exposition à la Russie et à l’Ukraine. Danone maintient “pour l’instant” son activité de production et de distribution de produits laitiers frais et de nutrition infantile en Russie, pour répondre aux besoins alimentaires essentiels des populations civiles, mais suspending tout nouvel investissement dans le pays. Le titre recule encore de 3.1%.

La fuite vers le billet vert se poursuit sur le marché des changes, l’euro perdant encore 0.92% à 1,0834 dollar, au plus bas depuis l’été 2020. Dans l’univers des crypto-actifs, le bitcoin retombe de 1,7% à 38.318 dollars.

Guillaume Bayre – © 2022 BFM Bourse

Leave a Comment

Your email address will not be published.