« Je veux me bagarrer pour un titre de champion », ambitionne le pilote français Pierre Gasly

« Je veux me bagarrer pour un titre de champion », ambitionne le pilote français Pierre Gasly

Un Pierre Gasly aussi souriant qu’ambitieux. A quelques jours des deuxièmes essais de présaison à Bahreïn, du 10 au 12 mars, et avant le premier Grand Prix de Formule 1 sur ce même circuit une semaine plus tard, le pilote français Pierre Gasly à s’est confié 20 Minutes. Nouvelle réglementation aérodynamique pour permettre aux F1 de plus facilement se suivre, et donc nouvelle voiture, mais toujours l’objectif d’être régulier avec son écurie Alpha Tauri. Pour espérer rejoindre une grosse écurie en 2023.

Comment vous sentez-vous par rapport aux précédentes saisons ? Avez-vous modifié des choses ?

Les tests que j’ai faits en Autriche se sont super bien passés. Je me suis encore amélioré par rapport à l’année dernière, alors que c’était déjà très bien. Physiquement je suis plus que prêt pour la saison, mentalement pareil. Tout se rapproche et commence à prendre form.

Comment s’annonce cette nouvelle Alpha Tauri ?

C’est un règlement complètement différent donc ca va être un gros changement, pour toute la F1. Tout le monde part d’une feuille blanche, pour le moment personne ne peut savoir le niveau de performance qu’on va avoir.

C’est déroutant de voir à quel point vous devez pousser votre entraînement, alors que beaucoup de choses seront déterminées par les performances de la voiture ?

Je ne cache pas que la majorité de mes performances vont dependre de comment la voiture va être. Malheureusement la cruauté de notre sport, c’est que la voiture fait la différence en grosse partie. C’est pour ça que les dernières années on a vu les Mercedes aux avants posts, les Red Bull aussi. Il ya une sorte de classement en fonction des voitures. Mais j’espère que tout le développement de la part de l’équipe a été efficace, et qu’on va avoir une voiture qui est performante pour se battre aux avant-postes.

La nouvelle F1 de Pierre Gasly pour cette saison 2022, l'ATO3.
La nouvelle F1 de Pierre Gasly pour cette saison 2022, l’ATO3. – Eleanor Hoad/Shutterstock/SIPA

Est-ce que la nouvelle réglementation va rebattre les cartes ?

Je pense qu’on peut voir une équipe moins bien classée se retrouver aux avant-postes, mais je ne crois pas qu’on puisse voir Mercedes ou Red Bull dégringoler. Il ya une ou deux écuries qui peuvent être une bonne surprise et qui vont pouvoir rebondir grâce à ces changes. Il y aura beaucoup de développement sur toute la première partie de saison. Ça peut être nous, Aston Martin, Alpine, Ferrari, comme Alfa Romeo. Tout le monde part d’une feuille blanche, donc c’est un des plus gros changes des 20 dernières années en termes d’approche de la voiture. C’est vraiment une année charnière pour la F1.

La préparation physique est un domaine que l’on occulte souvent en F1. A quel point est-elle déterminante ?

C’est compliqué pour le grand public de se faire une idée, parce qu’ils ne peuvent pas monter dans une F1. On a des forces à soutenir pendant 1h30 à 2 h, que seuls les pilotes d’avions de chasse ressentent. On prend 5 g sur chaque freinage, toutes les 15 seconds. Pour le cou, et tous nos organes, ça nécessite un sacré gainage. Il ya l’intensité aussi, parce que la plupart du tour se fait en apnée à cause des forces dans la voiture. Notre rythme cardiaque monte à 160, 170, et il faut de la concentration et de la précision pour rouler à cette vitesse, sans faire d’erreur. On perd deux à trois kilos par course, donc la préparation est intense et extrême.

Quels objectifs de votre écurie, Alpha Tauri, en 2022 ?

Pour cette année, l’objectif va être d’encore pousser Alpha Tauri au plus haut niveau. On a fait notre meilleure saison l’année dernière depuis qu’ils sont arrivés en F1 donc on va continuer sur cette lancée. On peut avoir une très bonne surprise sur cette nouvelle voiture et se bagarrer pour des top 5. Ou malheureusement, je ne l’espère pas, se retrouver en 15e ou 16e position sur le début de saison. Ce sont des réponses qu’on va avoir les prochaines semaines.

Et les vôtres ?

Continuer sur la même lancée. Sur les trois dernières années, ça a été vraiment très, très bien. L’année dernière, l’objectif principal était d’avoir cette régularité sur toute la saison. C’est ce qu’on a réussi à faire. Il ya des jours, la voiture était vraiment bien, d’autres jours elle était moins bien, mais j’étais quand même là pour sortir les bons tours et aller chercher les points quand il fallait. J’ai clairement l’envie de me développer et de me retrouver dans une voiture qui a le potentiel pour se bagarrer devant, de manière plus régulière qu’avant. J’entame ma cinquième saison en F1, j’ai vraiment envie de me battre pour les podiums et les victoires. Plus qu’avant.

Vous visez cette régularité pour rejoindre une grosse écurie en 2023 ?

Complètement, c’est clairement l’objectif. Comme je l’ai dit je suis un compétiteur dans l’âme. Je ne suis pas en F1 pour me satisfaire de top 10 ou top 5. Toute ma carrière, avant la F1, je me suis battu pour les victoires, les pôles, les championnats, et c’est la seule raison pour laquelle je travaille autant en F1. Parce que je veux être aux avants posts et me bagarrer pour un titre de champion. Et pour ça, il faut l’équipe et la voiture qui suit.

Vous êtes sous contrat chez Red Bull mais des rumeurs envoy vousaient chez Mercedes en cas de retraite d’Hamilton. Comment voyez-vous l’avenir ?

On verra comment ça se passe cette année. Il me reste deux ans de contrat, si on décide d’aller au bout. Pour cette année bien sûr c’est chez Alpha Tauri, donc en soi il ne reste que 2023 comme année potentielle avec Red Bull. C’est quelque chose dont il faudra discuter. Bien sur l’envie est présente, je veux me bagarrer aux avant-postes, je veux gagner, je suis en F1 pour gagner. Chez Red Bull, ils ont prouvé qu’ils avaient la voiture et l’équipe pour le faire.

Les premières conversations seront avec eux et on verra où ça nous mène, si l’envie est commune. Et si elle ne l’est pas, il faudra voir quelles sont les opportunités à l’avenir. Pour l’instant, on est concentrés sur cette saison, pour pousser Alpha Tauri le plus haut, et leur apporter les meilleurs résultats possible. Parce que c’est aussi une écurie qui le mérite, dans laquelle on m’a toujours donné les moyens de briller depuis que je suis revenu, et ça me tient à cœur d’essayer de donner mon maximum pour eux.

Leave a Comment

Your email address will not be published.