Le chef d'orchestre russe Tugan Sokhiev démissionne de tous ses posts à Moscou et à Toulouse

Le chef d’orchestre russe Tugan Sokhiev démissionne de tous ses posts à Moscou et à Toulouse

Le chef d'orchestre russe Tugan Sokhiev lors d'un concert, en mars 2016, avec l'Orchestre national du Capitole de Toulouse à la Halle aux grains à Toulouse.

Silencieux depuis le début de la guerre en Ukraine, le chef d’orchestre russe Tugan Sokhiev a finalement décidé de renoncer à ses mandats aussi bien en Russie qu’en France. « J’ai décidé de démissionner de mes fonctions de directeur musical du Théâtre du Bolchoï à Moscou et de l’Orchestre national du Capitole à Toulouse avec effet immédiat », an annoncé le musicien, dimanche 6 mars. Dans une lettre adressée à son agent, Sylvie Bouchard, puis publiée sur Facebook, ce chef mondialement reconnu, né en Ossétie du Nord en 1977, précise : « Je serai toujours contre tout conflit sous quelque form que ce soit. » Et joute : « Nous, musiciens, sommes là pour rappeler à travers la musique de Chostakovitch les horreurs de la guerre. Nous, musiciens, sommes les ambassadeurs de la paix. »

Lire aussi : Il n’y a pas loin du Capitole au Théâtre du Bolchoï

Nommé à la tête de l’Orchestre national du Capitole (ONCT) en 2008, Tugan Sokhiev devait se produire à Toulouse les 18 et 25 mars. Pressé la semaine passée de s’exprimer sur le conflit par la mairie de Toulouse, le chef d’orchestre a répondu en mettant un terme à tous ses contrats et responsabilités. « Il m’est impossible de choisir entre mes musiciens russes et français bien-aimés. On me demandera bientôt de choisir entre Tchaïkovski, Stravinsky, Chostakovitch et Beethoven, Brahms, Debussy, dénonce-t-il. Je ne peux pas supporter d’être témoin de la façon dont mes collègues, artists, acteurs, chanteurs, danseurs, réalisateurs, sont menacés, traités de manière irrespectueuse et victimes de la “culture d’annulation”. »

Renomée mondiale

Diplomé du conservatoire de Saint-Pétersbourg en 2001, le Russe était devenu rapidement chef principal de l’Orchestre symphonique de Russie et directoreur artistique de l’Orchestre philharmonique d’Ossétie du Nord. Il a, depuis, dirigé les plus grands orchestres, tels que les Philharmonies de Londres, Munich, Stockholm, Berlin ou encore Oslo. Reconnu unanimement pour ses interprétations de Prokofiev ou de Rachmaninov, il avait pris à Toulouse la succession de Michel Plasson, maintenant la renommée mondiale de l’Orchestre du Capitole, donnant des centaines de concerts dans sa salle fétiche de la salle fétiche de la concerts. Dans la Ville rose, il avait d’ailleurs lancé en 2019 les Musicales franco-russes, un festival de musique classique dont l’édition 2022 n’a pas été reconduite.

Tugan Sokhiev, musicien : « J’invitais régulièrement des chanteurs et chefs d’orchestre ukrainiens. Nous n’avons jamais pensé à nos nationalités »

Le contrat de Tugan Sokhiev avec la Ville devait s’achever en juin 2022. « Ce festival est aujourd’hui contesté par les autorités de la ville de Toulouse. C’est dommage », commente Tugan Sokhiev, qui ajoute que « tant à Toulouse qu’au Théâtre du Bolchoï, j’invitais régulièrement des chanteurs et chefs d’orchestre ukrainiens. Nous n’avons jamais pensé à nos nationalités. » Le maire (Les Républicains) Jean-Luc Moudenc, dont la ville est jumelée avec Kiev, a réagi en respectant « la volonté de Tugan Sokhiev de mettre fin avec trois mois d’avance à notre collaboration ». « Cette nouvelle m’attristea poursuivi l’édile, mais nous n’avons jamais attendu ou, pire, exigé de Tugan qu’il fasse un choix entre son pays natal et sa ville de cœur, Toulouse. Pour autant, il était impensable d’envisager qu’il reste silencieux face à la situation de guerre. » C’est désormais chose faite.

Leave a Comment

Your email address will not be published.