Ubisoft fait le point sur ses résultats et commente la frénésie des acquisitions - Actu

Ubisoft fait le point sur ses résultats et commente la frénésie des acquisitions – Actu

Pour les neuf premiers mois de l’année fiscale (avril-décembre 2021), le chiffre d’affaires d’Ubisoft s’élève à 1,41 milliard d’euros, une baisse de 18% par rapport aux mimes mois de l’ année precédente. Le numérique compte pour un peu plus d’un milliard d’euros et représente 74% du chiffre d’affaires total. Les ventes sur PlayStation constituent toujours la majorité du chiffre d’affaires de l’éditeur (31%) devant le PC (25%), la Xbox (18%), la Switch (11%) et le mobile (9%).

Grosse sortie de ces derniers mois pour l’éditeur français, Far Cry 6 doit se contenter de statistiques en lien avec le temps de jeu et l’investissement récurrent des joueurs (contenus additionnels et autres achats en jeu). Par rapport à Far Cry 5, ce dernier épisode est donc en hausse de 45% et 30% dans ces deux domaines respectifs. Satisfaction aussi pour Riders Republic, dont le temps de jeu et l’investissement récurrent des joueurs sont en hausse respectivement de 60% et 4x par rapport à Steep. De son côté, Just Dance 2022 continue de surfer sur la forme de la Switch et a réalisé une grosse performance pour la 3e année consécutive. Lancé le mois dernier, Rainbow Six Extraction a atteint 5 millions de joueurs enregistrés, une statistique pas particulièrement extraordinaire si on tient compte de sa présence dans l’abonnement Game Pass.

Du côté des anciens, Ubisoft félicite encore une fois Assassin’s Creed Valhalla, plus que jamais le patron de la licence avec des recettes en hausse de 70% par rapport à Assassin’s Creed Odyssey, avant même la sortie de sa grosse extension. Des félicitations aussi pour Rainbow Six Siege, qui compte 80 millions de joueurs enregistrés depuis son lancement, dont 10 millions sur les 12 derniers mois. Ces titres font partie des raisons pour lesquelles le back catalog représente 64% du chiffre d’affaires annoncé ici par Ubisoft. Les autres principaux contributeurs se nomment Assassin’s Creed Odyssey, Brawlhalla, The Crew 2, Far Cry 5, Ghost Recon Breakpoint, For Honor, Immortals Fenyx Rising, Mario + The Lapins Crétins : Kingdom Battle et Watch Dogs Legion.

Depuis 35 ans, Ubisoft préfère grandir de façon organique

Ubisoft a égallement profité de la forte actualité de ce début d’année dans le domaine des fusions et acquisitions pour mettre en valeur le modèle de développement organique qu’il cultive depuis 35 ans, notamment sa puissance de production studio (17 000s) ), la richesse de son catalog de licenses ou encore ses technologies propriétaires (Anvil, Snowdrop). Le terme “organique” désigne ici une croissance qui se fait par le recrutement et l’ouverture de studios plutôt que par des acquisitions qui “exigent des niveaux d’investissement sans précédent“, pour reprendre les termes utilisés.

Quant à savoir si Ubisoft se positionne comme un cœur à prendre, on se souvient du long feuilleton Vivendi durant lequel Ubisoft avait lutté farouchement pour défendre son indépendance face à l’insistance du clan Bolloré. Mais les temps changent, et Yves Guillemot a confirmé en conférence que toute offre visant à acquérir son entreprise sera étudiée. Une réponse prudente qui a au moins le mérite de confirmer que la porte n’est plus complètement fermée. “Ubisoft peut rester indépendant. Nous avons le talent, l’envergure industrielle et financière, et un large portefeuille de licences puissantes. Cela étant dit, s’il y avait une offre pour nous acheter, le conseil d’administration l’examinerait bien sûr dans l’intérêt de toutes les parties prenantes“, a commenté la direction.

Dans ce contexte, le début de l’année a confirmé de manière frappante à la fois le fort attrait pour l’industrie du jeu vidéo, et la rareté des actifs de grande qualité. Il est désormais très clair que, si le modèle organique requiert du temps et des itérations, les fusions-acquisitions exigent des niveaux d’investissement sans précédent. Les actifs d’Ubisoft n’ont jamais été aussi forts à un moment où la valeur des actifs n’a jamais été aussi élevée.

Ubisoft

Avatar : Frontiers of Pandora, Mario + The Lapins Crétins : Sparks of Hope et Skull & Bones en 2022-2023

Pour l’avenir, nous disposons d’une force de production et d’une puissance créative inégalées. Nous investissons dans de nouvelles technologies prometteuses, et, en nous appuyant sur la force de nos marques, nous avons un accès croissant à tous les canaux de distribution, plates-formes, zones géographiques et modèles d’affaires. Nous sommes incroyablement fiers du travail de nos équipes sur ce qui est le pipeline de jeux le plus riche de l’histoire d’Ubisoft“, a égallement commenté Yves Guillemot.

Concernant le free-to-play, nous développons notre expertise sur toutes les plates-formes, tout en nous nous associant à Tencent, l’un des développeurs les plus prolifiques de jeux mobiles pour les core audiences. Ce partenariat est sur le point de porter ses fruits de manière significative“, ajoute le PDG. En outre, notons que même s’il est porté disparu et serait encore coincé en préproduction, Ubisoft mise toujours sur Beyond Good and Evil 2. Le jeu n’a toutefois aucune fenêtre de lanceirement, de au contra : Frontiers of Pandora, Mario + The Lapins Crétins : Sparks of Hope, Skull & Bones et “d’autres jeux captivantsqui sont attendus pendant la prochaine année fiscale, laquelle commence en avril 2022 et se termine en mars 2023.

Enfin, Ubisoft évoque rapidement sa volonté de “créer un lieu de travail plus inclusif et accueillant” mais les efforts du groupe semblent toujours très insuffisants aux yeux des employés militants, lesquels se lamentent de voir que la direction n’a accédé à aucune de leur demande plus de 200 jours après la publication de leur lettre ouverte.

Leave a Comment

Your email address will not be published.