RUGBY. 6 Nations. Domination physique, défense, la revue de presse technique de la victoire des Bleus

RUGBY. 6 Nations. Domination physique, défense, la revue de presse technique de la victoire des Bleus

La victoire de la France face à l’Irlande ouvre comme perspective aux hommes de Fabien Galthié une potentielle victoire dans ce Tournoi 2022 (avec un Grand Chelem à la clef?). En plus d’avoir battu un candidat direct, les Tricolores ont fait forte impression. Observations vérifiées par les chiffres et analyses à l’étranger.

Une domination physique évidente

Un constat sur le terrain qui se vérifie dans les chiffres.

Soit le pourcentage des collisions gagnées par les Français durant la rencontre. En comparaison, les Irelands ont gagné 25% de celles-ci.

Les collisions gagnées découlent sur ce pourcentage de gain de la ligne d’avantage. Les Bleus ont ainsi gagné la ligne d’avantage à un meilleur ratio que les Ireland (48%).

Conséquence directe de ces collisions gagnées : 61% des rucks français ont duré moins de 3 seconds. Une vitesse d’exécution qui permet d’accélérer le jeu et adverse déborder la défense. Les Irelandis ont eux eu 51% de leurs rucks effectués en moins de 3 seconds.

Ces différences permettent de constater que la domination physique des Français a eu un impact massive sur le jeu. Dominateurs physiquement, les coéquipiers de Grégory Alldritt ont pu ainsi assurer des libérations rapides. D’ailleurs, sur leurs actions d’essais, tout les rucks ont été réalisés en moins de trois secondes ! Autre importance de la domination des collisions : les ballons tombés côté vert. En voulant prendre plus d’élan pour résister physiquement à la adverse pressure, les hommes d’Andy Farrell ont commis beaucoup de fautes de mains qui leur ont été préjudiciable.

RUGBY.  Tournoi des 6 Nations.  France/Irlande, un choc au sommet qui a tenu toutes ses promessesRUGBY. Tournoi des 6 Nations. France/Irlande, un choc au sommet qui a tenu toutes ses promesses

Une défense venue tout droit de Wigan

Encore une fois, Shaun Edwards, entraineur de la défense, fait parler de son génie et de l’apport qu’il donne à l’équipe de France. Un apport qui est en lien d’ailleurs avec les collisions évoquées précédemment. La BBC explique notamment que “la France a neutralisé dans les rucks les Ireland censés dominer ce secteur de jeuL’ancien capitaine de l’Angleterre Dylan Hartley ajoute même:Il a mis en place une défense rugueuse, du nordUne défense typique du Rugby à 13, notamment au niveau des attitudes au contact. Mais il ne s’agissait pas uniquement de rentrer bêtement sur les Irelands à chaque plaquage. Dans l’émission Off the Ball, l’ancien trois-quart center de l’Irlande et du Leinster Gordon D’Arcy argumente:

Ils ont ciblé quelques zones de rencontres précises pour nous contrer et nous ralentir. Puis ils sont montés vite sur le premier receveur de sorte de l’empêcher de jouer derrière lui. Lors des moments importants, nous avons fait ce que leur défense voulait que l’on fasse.

En clair, lors des changesments de sens de jeu, la pression française était telle que les Irelandis ne pouvaient pas mettre de la vitesse. Ils ont ainsi dû se débarrasser du ballon au pied. Le journal Irish Times, considère égallement que la défense française a “étouffé le XV du Trèfle, même si par le passé, le pack irlandais avait connu des après-midi plus délicats D’Arcy regrette égallement que les Irelandis n’aient pas adapté leur stratégie pendant la première mi-temps, avant le retour des vestiaires, comme ce fût le cas samedi. Un laps de temps qui a pénalisé l’Irlande.

La discipline comme leitmotiv

Un arbitre aimé des Français a fait part de son admiration de la discipline tricolore. Nigel Owens, dans une rubrique au Telegraph, y voit encore la pâte de Shaun Edwards: “Lorsque j’animais des sessions d’entrainements avec l’équipe galloise, Edwards me demandait de pénaliser le plus possible et d’être intraitable. Il savait à quel point les pénalités données en défense étaient lourdes de conséquences au niveau international, que ce soit au tableau d’affichage ou physiquement car vous devez défendre votre territoire “. Il évoque par ailleurs un passé pas si lointain où la discipline avait fait défaut aux bleus. Notamment le coup de coude de Sébastien Vahaamahina sur Aaron Wainwright en quart de finale de la Coupe du monde 2019 é Baule de Japons au mais de Japon. maitrise et les equipes adverses ne peuvent plus les battre en se contentant d’attendre des fautes de leurs parts.”Grégory Alldritt a été le symbole de cette maitrise. Il a passé la rencontre à demander à l’arbitre lors des rucks si ce qu’il faisait était autorisé “.

RUGBY.  L'Équipe de France at-elle la meilleure troisième ligne du monde ?RUGBY. L’Équipe de France at-elle la meilleure troisième ligne du monde ?

En plus d’avoir dominé son adversaire physiquement, les Bleus ont su exploiter les ballons rapides conquis par leurs avants, grâce à la vitesse d’exécution d’Antoine Dupont et de Romain Ntamack. Malgré les temps forts irlandais, les coéquipiers de Gaël Fickou ont su garder leur sang froid pour rester disciplinés (7 pénalités seulement concédées).

Leave a Comment

Your email address will not be published.