L'année 2020 avait été catastrophique pour Renault.

Renault a renoué avec les bénéfices en 2021 avec près d’un milliard d’euros de bénéfices

Le groupe an enregistré en 2021 un chiffre d’affaires de 46.2 milliards d’euros, en hausse de 6.3%.

Le groupe Renault est revenu dans le vert en 2021 avec un résultat net de près d’un milliard d’euros, en faisant des économies et en augmentant ses prix de vente moyens. Après une année 2020 catastrophique, le groupe a enregistré en 2021 un chiffre d’affaires de 46.2 milliards d’euros, en hausse de 6.3% malgré une forte baisse de ses ventes avec la crise des semi-conducteurs, a précis Renault Renault dans un communiqué.

Le résultat net s’élève à 967 millions d’euros, et la part du groupe à 888 millions d’euros. Ces résultats meilleurs que prévu sont notamment dus à la nouvelle politique commerciale du groupe, axée sur la valeur et non sur le volume, avec des véhicules vendus plus chers aux particuliers et moins aux flottes dé ouent exp. Le groupe ne versera cependant pas de dividende pour 2021, en attendant des jours meilleurs.

À VOIR AUSSI – L’usine Renault de Flins se lance dans l’économie circulaire et les voitures d’occasion

«Renault Group a largement dépassé ses objectifs financiers 2021 malgré l’impact des pénuries de semi-conducteurs et la hausse du prix des matières premières», a déclaré Luca de Meo, son directeur général. «Cela reflète le rythme soutenu auquel avance la transformation en profondeur du groupe, initiée dans le cadre de Renaulution», la stratégie présentée début 2021 par le groupe.

Avec les bonnes ventes du nouveau SUV Arkana et de la gamme de véhicules utilitaires, cette politique a permis de compenser la baisse des ventes de 4,5% sur l’année, souligne Renault.

Le portefeuille de commandes atteint désormais les trois mois de ventes en Europe, soutenu par les ventes de Dacia, d’hybrides, d’électriques et d’utilitaires. Le Losange mise beaucoup sur sa Mégane électrique, qui doit le positionner sur le marché des compactes électriques, notamment face à l’ID3 de Volkswagen.

Le groupe a souligné avoir réalisé avec un an d’avance son plan d’économies sur les coûts fixes de deux milliards d’euros par rapport à 2019, qui prévoyait 2,500 suppressions de postes, notamment dans l’ingénierie.

300,000 véhicules non produits

Nissan, partenaire de Renault dans l’Alliance, a également participé à son résultat à hauteur de 380 millions d’euros, après avoir contribué en grande partie à la perte de 8 milliards d’euros enregistrée en 2020. premières a pesé à hauteur de 468 millions d’euros.

Pour Clotilde Delbos, directrice financière de Renault, «cette performance est liée aux premiers succès de la stratégie du Groupe, favorisant la valeur au volume, et à sa stricte discipline financière». «Cela nous a permis d’atteindre de façon pérenne et avec un ou deux ans d’avance certains objectifs de Renaulution», a souligné Mme Delbos. Le groupe prévoit de présenter à l’automne 2022 une mise à jour de cette stratégie.

À VOIR AUSSI Renault: Luca de Meo dévoile la nouvelle R5 électrique pour redresser Renault

Renault, qui avait emprunté quatre milliards d’euros garantis par l’État français pour traverser la pandémie, prévoit de rembourser deux milliards cette année, dont un par anticipation sur 2023.

Dans un secteur encore lourdement impacté par la crise des semi-conducteurs, notamment au premier semistre, le groupe prévoit une perte de 300,000 véhicules sur la production 2022. Sa marge opérationnelle devrait être supérieure ou égale à 4, 8%, contre 2019, -0.8% in 2020, et 3.6% in 2021.

Le groupe a égallement annoncé qu’il allait étudier un regroupement de ses activités par énergie, avec une entité spécifique en France consacrée à l’électrique, et une entité hors de France consacrée aux rm voitures the hybrids.

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.