Disney espère faire revivre son rêve de cité utopique avec « Storyliving »

Disney espère faire revivre son rêve de cité utopique avec « Storyliving »

Celebration, le premier projet résidentiel de Disney, se trouve à quelques encablures de Disney World, en Floride.

A ceux qui ont grandi dans l’univers rassurant de Walt Disney, ont été biberonnés à La Petite Sirene et au Roi Lion et n’en sont pas revenus, Disney propose de ne Surtout rien changer. Le groupe de médias, de divertissement et de tourisme a levé le voile, mercredi 16 février, sur son concept de « Storyliving by Disney ».

Le groupe prévoit de construire des résidences réservées aux fans de Disney. Baptisé « Cotino », un premier quartier résidentiel de 1 900 logements – maisons individuelles et appartement -, imaginé par l’équipe de Walt Disney Imagineering, qui a conçu l’ensemble des parcs à thème Disney, devrait ouvrir ses portes Mirchos dans la vallée de Coachella (Californie). C’est dans cette localité du comté de Riverside, à environ 180 kilomètres de Los Angeles, que Walt Disney (1901-1966) possédait une maison de vacances.

« Il existe une demande incroyable pour tout ce qui concerne Disney. Nos fans continue de chercher de nouvelles façons d’interagir avec nous, de faire en sorte que Disney fasse partie de leur vie »an expliqué au quotidien USA Today Josh D’Amaro, le président des parcs, expériences et Disney produits. Avec un endroit comme Cotino, « vous pouvez faire partie de Disney tout le temps »ajoute-t-il.

Lire aussi « Univers étendu » et clins d’œil : comment Disney a redéfini la galaxie « Star Wars »

Surtout, precise-t-il, « les résidents seront des participants actifs dans les histoires ». C’est le principe même du « storyliving ». A la différence du « storytelling », qui consiste à raconter des histoires pour mieux vendre, que ce soit un objet ou un projet, le storyliving consiste à vivre cette histoire, permet d’impliquer activement les participants, en leur offrant une expérience inoubliable.

Le prix des maisons n’a pas encore été annoncé

Ici, pas d’animation, de manège ou de personnages à grandes oreilles. Toutefois, les résidents pourront s’inscrire à des activités encadrées par des talents – on les appelle Cast Members, chez Disney – et avoir accès à des équipements comme un club-house au bord d’un lagon artificiel avec une plage privée… moyennant des frais supplémentaires. Cotino devrait aussi accueillir un hôtel, des centers d’affaires et de restauration et les visiteurs pourront acheter un laissez-passer d’une journée pour y accéder.

Si la date de début des travaux et le prix des maisons n’ont pas encore eté annoncés, ce nouveau quartier résidentiel proposera notamment une zone réserve aux plus de 55 ans. « Les baby-boomers partent à la retraite et vont s’installer dans des communautés de retraitésexplique Daryl Fairweather, économiste en chef chez Redfin, une société de courtage immobilier sise à Seattle, citée par USA Today. Pourquoi pas dans une communauté de l’univers Disney ? » En regardant les images mises en ligne par le groupe, on mange, on trinque, on fait du yoga, on vit, on respire Disney, dans une version light, sans orilles de Mickey.

Qu’importe d’ailleurs si, pour ce projet, Disney ne met pas directement la main à la pâte. Le groupe s’associe pour l’occasion à DMB Development. Cette société de promoteurs immobiliers a construit un certain nombre de quartiers résidentiels de luxe, comme Silverleaf, en Arizona (« un havre privé d’une grâce et d’un raffinement rares »), et Kukui’ula à Hawaï (« un endroit pour les familles exigeantes qui cherchent un équilibre entre le luxe et décontraction et la beauté impressionnante de l’île »).

Dans les années 1990, Disney avait fondé Celebration, une ville nouvelle censée être idéale, mélangeant les communautés

Ce n’est toutefois pas la première fois que Disney s’aventure dans l’immobilier. Avec Cotino, le groupe pourra essayer de concrétiser EPCOT (Experimental Prototype Community of Tomorrow ou prototype expérimental d’une communauté du futur), son projet de ville imaginé par Walt Disney dans les dernières années de sa vie, dont version il é dulégré é au Disney World, en Floride.

Dans les années 1990, Disney avait égallement fondé Celebration, une ville nouvelle censée être idéale, mélangeant les communautés, située dans le comté d’Osceola, en Floride, à proximité de Disney World. Mais le projet n’a pas atteint ses objectifs d’intégration, de mixité, comme le relevait le New York Times en 2001. Puis en 2010, la ville a connu deux morts violentes. En 2020, un père de famille ya tué sa femme et ses trois enfants.

Des avantages et des inconvénients pour les résidents

En 2016, le Wall Street Journal s’intéressait d’ailleurs aux malfaçons et à la piètre qualité des matériaux choisis pour la construction de cette ville idéale: il faut dire que l’association des copropriétaires cherchait à faire prendre en charge de la habilit aux rela quitravé gestion de Celebration en 2004. « Nous avons acheté des cabines sur le Titanic »confiait alors, désabusé, l’un des résidents de Celebration au WSJ. « Il n’y a plus autant d’implication ou de cohésion dans le quartier »expliquait Jim Siegal, un habitant de Celebration, cité par le New York Post : « Si je peux dire les choses crûment, la ville est envahie par les touristes… et par les gens des environs à la recherche de quelque chose à faire ».

En 2010, Disney a égallement créé Golden Oak, un projet de communauté résidetielle, plus réduit et haut de gamme, situé, la encore, à Disney World. Pour y accéder, il faut être un des neveux de l’oncle Picsou: le prix moyen y est de l’ordre de 2 millions de dollars (environ 1,8 million d’euros).

Lire la critique de « The Florida Project » : Des ombres au pays des merveilles

Les choses se passeront-elles mieux à Cotino ? Ted Weill, le maire de Rancho Mirage, la ville sur laquelle doit naître le projet, explique au Desert Sun, le quotidien de la région de Palm Springs et de la vallée de Coachella, qu’il s’attend à quelques récriminations (concernant notamment la circulation, le bruit, la criminalité, l’utilisation de l’eau…) de la part de administrators. Néanmoins, il esttime qu’un bon numbre d’entre elles ont été prises en compte et résolues dans le rapport d’impact environnemental en 2019.

Par ailleurs, Daryl Fairweather explique à USA Today qu’il est probable que Disney contrôle étroitement sa ville nouvelle. Ce qui pourrait présenter des avantages comme des inconvénients pour les résidents. « Pas de bar tapageur au coin de la rue ou de musique désagréable venant des voisinssouligne-t-elle. Mais cela se ferait au détriment de votre liberté personnelle. » Cela ne conviendra pas à tout le monde, mais certains inconditionnels de Disney, qui apprécient la marque et les valeurs de la société, pourraient se réjouir de la mise en place d’une communauté bien organisée.

Leave a Comment

Your email address will not be published.