Rappel mondial d

Des patients réunionnais souffrant d’apnée du sommeil sont inquiets

Inquiétude dans les rangs des Réunionnais équipés d’une machine les aidant à réguler leur apnée du sommeil. Certains lots de ces appareils font l’objet d’un rappel mondial. Seuls les appareils de marque Philips sont concernsés. En France, 370.000 patients sont concerns.

André (prénom d’emprunt) est un patient réunionnais équipé de cet appareil médical. C’est en regardant un célèbre program télé dédié à la santé sur France 5 il ya quelques jours qu’il apprend tout à fait par hasard qu’un défaut a été localisé sur ce type d’appareils. Et pas des moindres.

Les appareils à pression positive continue fournissent un débit d’air dans les voies respiratoires des personnes qui souffrent d’apnée du sommeil, pendant la nuit. L’appareil est relié à un masque que les patients portent sur le visage, par un tuyau souple.

La mousse insonorisante se dégrade et libère des particules potentiellement cancérigènes

Mais une étude a montré que la mousse de polyuréthane qui permet de minimiser le bruit produit par l’appareil dégage des particules chimiques. Comme cette mousse est située dans le passage de l’air de l’appareil, les poussières microscopiques de plastique sont envoyées au plus profond du poumon, occasional irritations et troubles ORL. Elles seraient même potentiellement cancérigènes (voir l’état des connaissances médicales actuelles décrites par l’ANSM plus bas).

Le 14 juin 2021, le fabricant Philips annonçait plutôt discrètement sur son site internet qu’il procédait au rappel de ses modèles au vu des risques qu’ils génèrent pour la santé.

Dans une note publiée sur son site et datant du 8 février 2022, l’Agence nationale de sécurité du médicament somme le fabricant d’accélérer le mouvement. Voilà bientôt un an que l’annonce du rappel mondial a été faite et seulement 7% des respirateurs presentant une dangerosité ont été remplacés. L’an dernier, Philips évaluait à 9 mois le délai nécessaire pour remplacer l’ensemble de ses appareils incriminés. Un délai bientôt atteint au mois de mars 2022.

À La Réunion, André s’est retrouvé pour le moins démuni lorsqu’il s’est renseigné auprès de la société qui lui met à disposition son appareil. “Dès le lendemain du reportage à la télé, j’ai appelé pour me renseigner et on m’a demandé si j’avais reçu un courrier de la marque Philips”, rapporte-t-il les échanges. De courrier, il n’en a jamais reçu. Quelques jours plus tard, la société distributrice locale Seprodom lui répond que son appareil fera l’objet d’un remplacement “début mars”.

“La société a immédiatement mis en place une équipe dédiée”

C’est donc à contrecœur qu’il continue d’utiliser chaque nuit son appareil de marque Philips. Le 8 juillet 2021, l’ANSM recommandait en effet aux patients exposés de ne pas arrêter leur traitement, quel que soit le type d’appareil utilisé, dans l’attente du remplacement de leur appareil. La société locale Seprodom a bien vulu nous répondre concernant sa gestion de crise.

“Dans le cadre du rappel mondial des dispositifs médicaux organisé par Philips, Seprodom est pleinement mobilisée aux côtés des patients et des autorités de santé, et des autorités de santé, et œuvre pour que Philips nous fournisse les équipeurs de remplacement’s premise d’aurités de remplacement. santé à domicile sur l’île de La Réunion, Seprodom distribue des dispositifs médicaux Philips. juillet, isoler des stocks les appareils concernsés, obtenir des réponses et des solutions de la part de Philips concernant les modalités de remplacement de ces dispositifs. Seprodom a remplacé des machines concernées par des appareils provenant d’autres fournisseurs. hez les patients concernés que Philips n’en a fourni sur la même période”nous indique le prestataire spécialisé dans l’équipement de santé à domicile.

André lutte contre un cancer du poumon. Il se pose des questions

André, qui lutte aujourd’hui contre un cancer du poumon pour lequel il est sous chimiothérapie, nous fait part de son questionnement tout légitime sur la corrélation entre la survenue de son cancer et la découverte de ce sur défaut s. Voilà 6 ans qu’il l’utilise dans le cadre de son apnée du sommeil. “Oui, j’étais un fumeur mais je me pose quand même la question de savoir si ce n’est pas lié. Il faut savoir que j’ai commencé à utiliser mon appareil il ya six ans, donc avant mon cancer…”doute-t-il.

Il n’est pas le seul à se poser cette question. Dans l’Hexagone, un patient de 44 ans chez qui un lymphome s’est déclaré, s’interroge égallement. “J’ai appris par hasard qu’il y avait une campagne de rappel de mon appareil d’apnée du sommeil. Je souhaiterais savoir pourquoi je n’ai pas été contacté depuis le mois de mai par Philips. lettre. Ils étaient au courant. Pourquoi on ne m’a pas prévenu ? Et bien évidemment, la question la plus importante, c’est savoir si la machine est responsable de mon cancer.”

En métropole, des usages d’appareils de ventilation défectueux s’apprêtent à organiser une action de groupe en justice.

—-
En juillet 2021, l’ANSM rendait public l’état des connaissances des représentants des sociétés savantes sur la conduite à tenir en attendant le remplacement de ces appareils presentant un risque. La société Philips n’avait pas fait preuve d’une totale transparence sur les données toxicologiques à sa disposition (cliquer pour agrandir):

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.