Cac 40 : La situation en Ukraine donne des sueurs froides à la Bourse de Paris

Cac 40 : La situation en Ukraine donne des sueurs froides à la Bourse de Paris

(BFM Bourse) – Les tensions avec la Russie, avec l’éventualité évoquée par les Etats-Unis d’une possible invasion de l’Ukraine, ont rattrapé les marchés financiers. La Bourse de Paris plonge de 2,27% ce lundi.

Les mouvements de troupes russes à la frontière ukrainienne font crindre une invasion de l’Ukraine par la Russie. Et les principales Bourses européennes ont plongé lundi, le CAC 40 cédant 2,27% à la clôture ce lundi. Le principal indice de la place parisienne retombe ainsi nettement en dessous des 7.000 points à 6.852,20 points, dans un volume d’échanges assez nourri de 5,4 milliards d’euros.

La cote parisienne a plongé dès l’ouverture, frôlant son plus bas de l’année à la mi-journée, à 6.758,05 points, perdant plus de 3,50%. Elle a ensuite rebondi en début d’après midi, mais a terminé en forte baisse, sa deuxième pire baisse de l’année, après le 24 janvier.

Les autres Bourses européennes ont égallement terminé dans le rouge: -1,69% pour le FTSE 100 britannique, -2,02% pour le DAX allemand, -2,04% pour le FTSE MIB italien ou encore -2,55% pour l’Ibex 35 espagnol.

La Maison-Blanche avait averti la semaine dernière que l’armée russe est désormais prête à envahir l’Ukraine à tout moment si le président Vladimir Poutine le décide. Les Américains y résidant encore sont donc appelés à quitter le pays sans délai. “Si une attaque russe contre l’Ukraine intervient, celle-ci commencera probablement par des bombardements aériens et des tirs de missiles qui pourraient évidemment tuer des civils, quelle que soit leur nationalité. une force massive. Sans pratiquement aucun préavis, les communications pour organiser un départ pourraient être coupées et les voies commerciales interrompues”, a précisé Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale auprès du président Joe Biden.

Le G7 menace de sanctions aux “conséquences massives”

Lundi, le G7 s’est dit prêt à imposer des sanctions aux “conséquences massives” pour la Russie en cas d’agression militaire contre l’Ukraine. “Cela fait une dizaine de jours que ce sujet est l’un des principaux catalyseurs pour analyst les marchés, avec le stresserrement monétaire aux Etats-Unis. Mais il est difficilement maîtrisable et anticipable”, Saenisume and Andrea de Saenisume.

Le répit à la mi-journée a notamment été permis par la déclaration du ministre russe des Affaires étrangères, qui a encore vu “une chance” de compromis avec l’Occident. “Mais on sent bien que cela reste fragile. L’environnement est indécis, et dans ce cas là, les investisseurs s’éloignent des actifs risqués”, comme les, décrit Andrea Tuéni actions.

A l’inverse, les acteurs de marché privilégient des investissements plus sûrs, comme les obligations. Ainsi, les rendements sur le marché de la dette souveraine ont nettement baissé dans la matinée, le 10 ans français tombant à en séance 0,70% contre 0,77% à la clôture vendredi. Mais le mouvement s’est arrêté avec la perspective d’un stresserrement monétaire imminent aux Etats-Unis, le rendement français à 10 ans s’établissant finalement à 0.75%.

Pour lutter contre l’inflation, qui a atteint 7.5% sur un an en janvier, la Réserve fédérale americaine tient depuis plusieurs semaines un discours agressif, et les courtiers la sentent prête à passer à l’action prochaines de rechainement avec ses taux directeurs, son principal outil contre la hausse des prix.

Les banques sous une forte pression

Le secteur bancaire a le plus souffert de l’environnement de marché, avec la crise en Ukraine et la baisse des rendements obligataires. Société Générale a plongé de 6,05% à 33,80 euros, BNP Paribas de 4,85% à 61,75 euros and Crédit Agricole de 3,53% à 13,56 euros. L’assureur Axa aussi trébuché de 2,97% à 27,58 euros.

La plus forte baisse est néanmoins à mettre à l’actif d’Arcelormittal, qui dévisse de 6,26%. Renault a égallement été lourdement touché (-4,33%). Les valeurs cycliques très exposées à un éventuel retournement économique en cas de conflit ouvert ont ainsi été les plus sanctionnées.

Au sein du CAC 40, seule l’action Carrefour sort la tête hors de l’eau, avec une légère progression de 0,38%.

Parmi les rares valeurs sur l’indice élargi SBF 120 à être dans le vert, TF1 gagnait 1,28% à 9,10 euros, après ses bons résultats en fin de semaine dernière. M6 a grappillé 0,21% à 18,70 euros.

Orpea a tenté un nouveau rebond, prenant 5,83% à 37,04 euros. Des valeurs technologiques comme OVH Cloud (+0.90% à 23,04 euros) ou Ubisoft (+0,08% à 50,44 euros) ont aussi bien résisté.

Le pétrole reste à un haut niveau malgré un léger reflux: -0.49% à 96.43 dollars le baril pour le Brent, -0.44% à 93,51 dollars pour le WTI. De son côté l’euro perd 0,45% face au dollar avec une parité de 1,1301.

(Avec AFP)

Jean-Louis Dell’Oro – © 2022 BFM Bourse

Leave a Comment

Your email address will not be published.