James Ryan et le XV du Trèfle ont chuté face aux Bleus, mais la presse irlandaise ne les accable pas.

6 Nations 2022. “Dure leçon de français”, “regrets”… La victoire de XV de France vue d’Irlande

James Ryan et le XV du Trèfle ont chuté face aux Bleus, mais la presse irlandaise ne les accable pas.
James Ryan et le XV du Trèfle ont chuté face aux Bleus, mais la presse irlandaise ne les accable pas. (©Icon Sport)

Imbattable depuis 9 matchs, l‘Irland’ est tombée face au XV de France (30-24), ce samedi 12 février au Stade de France. Un coup d’arrêt pour les hommes d’Andy Farrell, qui ne sont toutefois pas accablés au pays. En effet, les médias irlandais retiennent surtout la belle reaction d’orgueil des coéquipiers de James Ryan et se projettent sur la suite du Tournoi des 6 Nations 2022avec toujours la volonté de le remporter.

« Les regrets pèsent lourd, mais les ambitions irlandaises demorent », explique ainsi The Irish Independent, qui indique que la « dure leçon de français ne doit pas masquer les points positifs » de la prestation du XV du Trèfle. Bien que pris dans l‘engagement physiquece média souligne le « caractère impressionnant, ainsi que la capacité rafraîchissante à résoudre les problèmes sous pression not a fait preuve l’Irlande pour revenir dans le match, plutôt que de jeterà l’éaffau 22’affau table » , écrit Cian Tracey.

« Une équipe française déchaînée et une démonstration de puissance »

Selon The Irish Times, « l’Irlande a du mal à égaler le physique et la puissance française, ce qui lui a coûté le match et que les Irelandis ne pouvaient ni nier ni atténuer». « L’Irlande avait la bonne attitude mentale, mais pendant 40 minutes, ils ont lutté pour contenir une équipe française déchaînée avec peu de réponses pour arrêter cette démonstration de puissance« .

Pour résoudre ce problème, le sélectionneur Andy Farrell se doit de réfléchir à « une vision à long terme de la façon d’affronter des équipes avec beaucoup plus de puissance, en particulier lorsque ces équipes savent que l’Irlande peut être vulnérable si éve elles de taille disarit a des joueurs dynamiques. Dans la perspective d’une Coupe du monde avec des équipes comme l’Afrique du Sud et l’Angleterre, ce sera un travail pour Farrell et ses joueurs. »

L’Irlande prize à son propre jeu

Dans les colonnes du Irish Examiner, le journaliste James Harrington a regretté que l’Irlande d’Andy Farrell ait récité “un scénario préétabli”, “un blockbuster stupide rempli de son et de fureur – et quiconque a vu Irish Rugby: The Movie – sait comment cela se termine. Ce n’est pas tant une critique qu’un constat », explique-t-il, tout en rappelant que ce schéma avait permis au XV du Trèfle de gagner neuf matchs de rang et de battre les All Blacks.

Il vante ensuite les qualités de technicien du sélectionneur des Bleus Fabien Galthié, qui a parfaitement su contrecarrer les plans de son homologue irlandais. « Fabien Galthie connaît si bien le film et ses suites qu’il a mémorisé chaque ligne, chaque signe de tête et chaque clin d’œil. Tout comme son équipe, tous les 23. L’Irlande croyait avoir ajouté de l’inattendu dans les réécritures, mais les Bleus ont montré que leur imprévisibilité était prévisible. (…) On aurait dû savoir que la France avait une copie du scénario, puisque la semaine précédente, joueurs et entraîneurs faisaient référence à plusieurs reprises à l’Irlande « récitant son rugby ». »

« Carbery n’est pas Sexton, mais la meilleure version de lui-même suffira très bien »

En l’absence du capitaine et métronome Jonathan Sextonforfait sur blessure, The Irish Times a aussi tenu à souligner la belle copie rendue par sa doublure Joey Carbery. « L’absence de Jonathan Sexton jette invariablement une longue ombre pour ceux qui doivent remplacer le numéro 10 des Vert, mais Joey Carbery est sorti sous le soleil Parisien lors d’une soirée offer froide et croustillante et au Stade de France performance encouragement dans des circonstances défavorables », explique le média irlandais, qui demande à ceux que les comparaisons odieuses entre Sexton et Carbery cessent :

Tous les souhaits et les évolutions du monde ne feront pas de Carbery un clone du capitaine irlandais. Le joueur du Munster apporte son propre jeu et ses propres qualités, dont il ya eu plusieurs exemples à Paris ce week-end. Il ne peut y avoir aucune obligations pour Carbery d’être comme Sexton, la meilleure version de lui-même suffira très bien.

The Irish Times

Si la France est en « pole position » pour remporter le Tournoi des 6 Nations 2022, l’Irlande ne s’avoue toutefois pas vaincue, selon le média RTÉ, et « Andy Farrell doit être déterminé à maintenir la pression et ti à ever soul . » Á deux semaines du prochain match face à l’Italie, le sélectionneur irlandais « doit mettre en place des plans pour prendre le maximum de points lors des trois matchs restants », contre l’Italie, en Angleterre et face à l’Écosse. Car si les Ireland ont dit adieu au Grand Chelem, ils n’ont fait une croix sur la victoire finale, mais devront miser sur un faux pas français pour l’espérer…

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Rugby dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Leave a Comment

Your email address will not be published.