"On ne m'a jamais reproposé de faire de l'information"

“On ne m’a jamais reproposé de faire de l’information”

Si elle a longtemps été présentatrice des journaux télévisés de France 2, Marie Drucker s’est depuis six ans éloignée de l’information. Désormais, en plus de produire des documentaires et d’œuvrer pour des associations caritatives, c’est au cinéma qu’elle poursuit son chemin, dans le dernier film de Stéphane Bizé, “Un autre monde” en salles le 16 février. L’occasion pour Marie Drucker de se confier à Yahoo sur ses choix de vie, mais aussi ses nombreux projets.

C’est sans aucun doute l’une des figures emblematiques de France Télévisions. À partir de 2005, et pendant de longues années, Marie Drucker a présenté les journaux télévisés, d’abord sur France 3, avant de s’établir sur France 2. Elle a par ailleurs plus d’une fois animé d’autres programmes à l’instar des Victoires de la musique, mais aussi des primes évènements. Par ailleurs, Marie Drucker an officié sur les ondes de radios comme Europe 1 et RTL. Une belle carrière de journaliste qu’elle a pourtant décidé de mettre un temps de côté. Cette fois, Marie Drucker a quitté le petit écran, pour le grand.

Du petit au grand écran

“Un autre monde”, c’est le nom du dernier film de Stéphane Brizé. Une nouvelle immersion dans l’univers impitoyable du travail, où jongler entre relations humaines et restrictions n’est pas mince affaire. Cette fois encore, le réalisateur a compté sur le talent de Vincent Lindon, mais aussi Sandrine Kiberlain… et Marie Drucker ! Pour son premier rôle au cinéma, l’ancienne présentatrice du JT de France 2 incarne Claire Bonnet-Guérin, la patronne de Philippe Lemesle joué par Vincent Lindon. “J’ai arrêté le métier de journaliste il ya six ans pour une envie, un désir et un risque de cinéma” confie Marie Drucker. Et force est de constater que son intérêt pour le septième art suscite celui des autres : “Depuis que j’ai joué dans ce film, il ya une petite curiosité, il ya des gens qui m’appellent, des réoulis producturs, des pouralisate savoir si j’ai envie de jouer à nouveau.” Si Marie Drucker ne “s’interdit pas” de jouer dans d’autres films, elle se montre plutôt précautionneuse : “Je ne suis pas en train de me prendre pour une actrice, qui est un métier très difficile.”

Video. “Depuis que j’ai joué dans ce film, il ya une petite curiosité”

En effet, il n’est pas tout à fait aisé de passer de journaliste à actrice. Les codes sont évidemment différents : “Ça a quelque chose de vertigineux quand on vient de la télévision pendant de longues années, dans son rapport à l’image. Là c’est l’inverse : pas de maquillage, pas de coiffure, pas de lumière additionnelle (…) Il faut accepter de s’abandonner complètement, et d’abandonner le contrôle de l’image. qui a été le plus difficile pour moi.” Difficile, mais surtout enrichissant. Si bien que Marie Drucker fourmille déjà d’autres projets. En ce moment, elle co-écrit le prochain film de Stéphane Brizé et rêve de se “”consacrer à l’écriture d’un film” qu’elle réaliserait elle-même !

Un tout “autre monde” sans regrets

Quant à son métier de journaliste, Marie Drucker ne regrette pas de s’en être éloignée. En tout cas, sur la scène publique. En coulisses, elle n’a cessé d’officier. Notamment en produisant de nombreux documentaires. “Je savais très bien où j’allais quand j’ai pris la décision de changer de vie professionnelle” assure-t-elle. Après avoir quitté la présentation du JT de France 2, Marie Drucker an anime l’émission documentaire “Infrarouge” sur la chaîne. Un choix qu’elle juge aujourd’hui “très cohérent”. Pourtant, avec le recul, il ya un “mais” : “En 6 ans, c’est là que je me suis rendu compte que j’avais fait les choses au bon moment, on ne m’a jamais reproposé de faire de l” ‘information. On m’a proposé d’autres choses que j’ai refusées. Plus d’exposition à nouveau, j’ai refusé. Donc l’information, non, mais ça me parait être ‘un autre monde.'”

Si elle porte un nom particulièrement célèbre, et a épousé comme son oncle Michel Drucker une carrière sur le petit écran, Marie Drucker ne cherche pas la lumière. “J’ai toujours vu la notoriété comme un moyen, et jamais comme une fin en soi” at-elle confié à Yahoo. Hors de question pour elle de souffrir d’une quelconque “étiquette”. Au contraire, Marie Drucker s’en est “toujours affranchie”. Et c’est ce message qu’elle transmet d’ailleurs aux jeunes gens qu’elle rencontre dans le cadre de ses engagements caritatifs.

Video. Marie Drucker parle de son engagement féministe

Marie Drucker, féministe engagee

“J’ai toujours été féministe par nature, culture, éducation” lâche Marie Drucker sans détour. Pour autant, la productrice de 47 ans n’est “pas du tout à l’aise” dans certaines situations. Comme lorsqu’elle est contactée, chaque 8 mars, “pour parler de la place des femmes dans les médias”. Si elle connait bien cet univers, Marie Drucker estime que les choses ont déjà bien avancé : “Je vis dans un monde (…) où les femmes ont depuis longtemps soit des postses de responsabilité, soit devant la caméra.”

Journaliste, actrice, Marie Drucker est aussi productrice. Et c’est ainsi qu’elle collabore très souvent avec des réalisatrices. “J’ai l’impression que tout ce que je fais relève de l’engagement. Réaliser des films documentaires, produire, c’est aussi une façon d’être féministe et de défendre la cause des femmes. C’est comme que Je me méfie beaucoup du féminisme outrancier, injurieux, violent, qui, bien souvent, nuit à la cause qu’il entend défendre. , monter les hommes contre les femmes (…) c’est dangereux.” Marie Drucker a choisi de s’engager pour les femmes en coulisses.

À lire également :

>> Marie Drucker : ses rares confidences sur son rôle de mère

>> Marie Drucker : retour à la nature

>> Marie Drucker : « Déculpabilisons les femmes qui prennent leur temps ! »

Leave a Comment

Your email address will not be published.