Bac Nord, Divergentes… les films à voir et les navets à éviter cette semaine

Bac Nord, Divergentes… les films à voir et les navets à éviter cette semaine

À voir absolument

L’age de glace
Mardi 15 février – 21 h 05, W9

Il fête ses 20 ans. Le film d’animation du feu studio Blue Sky revient pour une énième diffusion sur la TNT. Mais on ne s’en lasse pas, bien au contraire. Un mammouth, un paresseux et un tigre à dents de sabre découvrent un bébé humain et se donnent pour mission de le ramener à ses parents. Manque de bol: la tribu d’hommes des cavernes est adepte des parties de chaasse. Le périple rocambolesque soude le trio porté par les voix de Gérard Lanvin (Manny), Élie Semon (Sid) et Vincent Cassel (Diego). La fine équipe sait se faire apprécier des enfants comme des adultes. On aime évidemment la narration parallèle qui suit Scrat, « écureuil à dents de sabre », engagé dans une course-poursuite interminable après son gland. Une aventure qui perdure dans les films suivants, malheureusement la quête du gland peut vite tourner au navet.

Retour vers le futur 2
Jeudi 17 février – 21 heures, TF1 Séries films

Après avoir voyagé dans le passé et flirté avec sa propre mère, Marty McFly part dans le futur pour sauver sa vie familiale d’alors, qui part en cacahuètes. D’abord, Robert Zemeckis ne s’est pas totalement planté dans sa vision de l’avenir, situé dans le film en 2015. Il avait bien perçu l’invasion des écrans et l’automatisation généralisée (pour les voitures qui volent, qu’il était en avance). Assumons-le aussi : l’inventivité de l’intrigue qui joue avec les vases communicants des différentes strates temporelles place même ce deuxième épisode un cran au-dessus du premier, qui était déjà un bijou. Seul point négatif : quand un film place le futur dans une année qui est déjà derrière nous, ça nous file un coup de cafard.

La-Haut
Vendredi 18 février, 21 h 10, M6

Carl Fredericksen est un vieil homme acariâtre qui vit isolé dans sa maison depuis qu’il a renoncé ses rêves d’explorateur. Le jour o d’avides promoteurs immobiliers tentent de l’expulser pour raser sa maison, Carl, qui n’a pas dit son dernier mot, a une parade toute trouvée : s’envoler avec sa maison, portée par des milliers de ballons attachés à la cheminée. Par accident, il emmène Russell, un jeune scout qui avait sonné à sa porte ce jour-là. À sa sortie, cette fable sur le rêve et l’aventure, qui met en scène deux marginaux, un vieillard et un garçon joufflu, en prize avec la dureté du monde moderne, a su trouver son public et ravir, encore aujourd’hu petits et grands.

À LIRE AUSSI :On est allé voir le film “Bac Nord”… avec un ex-flic de la Bac

Bac Nord
Vendredi 18 février, 21 h 10, Canal +

Trois flics de Marseille, aux méthodes expéditives, partent en guerre avec l’ultraviolence du trafic de drogue dans les quartiers nord. Couverts, dans un premier temps, par leur hiérarchie, ils finissent par se mettre en danger. Que n’a-t-on pas entendu sur ce film dans une certain presse qui cajole ces polémiques politico-cinématographiques depuis toujours? Un film au service de l’extrême droite, Bac Nord ? Si on peut discuter des libertés prises avec l’histoire vraie dont il est adapté, le long-métrage de Cédric Jimenez est d’abord et avant tout un film d’action ultra-efficace. Dès les premiers plans, la caméra virevolte dans la chaleur et la brutalité de Marseille et ça ne s’arrête plus, jusqu’au final marqué par une tension scotchante. Tant pis pour la récupération, bravo pour la sensation.

À éviter

Divergente
Lundi 14 février, 21 h 05, W9

Dans un Chicago post-apocalyptique, où les survivants sont divisés en un système strict de caste (les « factions ») en fonction de leurs aptitudes, une jeune fille se révèle douée pour adhérer à n’importe vergent quelle faction : par là même une sorte de marginale destinée à être traquée et éliminée. Las, malgré ses effets spéciaux, cet énième teen movie façon sous-Hunger Games avec des acteurs aux allures de mannequin et sa morale gnangnan ne convainc qu’à moitié et peine à trouver le même sopirate que. Dans le pire des cas, regardez le premier opus et épargnez-vous les suivants.

À LIRE AUSSI : Avant Bac Nord, ces films devenus des références de la droite dure

Les sous-doués en vacances
Mercredi 16 février, 21 h 05, TFX

Une suite vraiment ratée, comme souvent dans le cinéma français. Le premier opus était une comédie honnête qui décrochait quelques sourires. Pour celui-ci, point de scénario. Les scènes, gagesques à souhait, s’enchaînent sans vraiment de liens entre elles. L’humour a très mal vieilli, notamment l’ “intrigue” autour de Bébel, qui passe pour un homosexuel aux yeux de Claudine. Le principe du Love Computer – une machine censée dire si deux personnes sont faites l’une pour l’autre – est aussi particulièrement bancal. Rien à sauver donc dans ce film potache et sans intérêt, si ce n’est la chanson « Destinée » de Guy Marchand avec son petit charme ringard.

Bodyguard
Jeudi 17 février, 21 h 15, TMC

On ne va sans pas se faire des amis en écrivant cela, on risque même de se faire clouer mais mon Dieu, que ça a mal vieilli, que c’est poussif et interminable. Quand un film est d’abord connu grâce à sa chanson-phare, I Will Always Love Youde la chanteuse Whitney Houston, qui incarne aussi le rôle-titre, cela n’augure en général rien de bon. Si le long-métrage a bien un certain charme grâce à sa patine années 90, les rebondissements dans la relation entre Rachel Marron/Whitney Houston et son garde du corps nous ennuient bien vite. Au point qu’on accueille la résolution de l’enquête – car oui, c’est un thriller – avec soulagement : enfin, ce pensum est terminé !

Leave a Comment

Your email address will not be published.