Saint-Etienne n'est plus lanterne rouge, le festival de Brest, le bijou de Gameiro... Ce qu'il faut retenir des matchs de dimanche

Saint-Etienne n’est plus lanterne rouge, le festival de Brest, le bijou de Gameiro… Ce qu’il faut retenir des matchs de dimanche

Le dimanche après-midi de Ligue 1 fait généralement la part belle aux équipes du milieu de tableau, du ventre mou, bien mou, et des blocs bas, si caractéristiques de notre cher Championnat. Par chance, ce dimanche 13 février a offert un tout autre spectacle. Des avalanches de buts, comme à Brest, du suspense, et une bonne nouvelle pour Saint-Etienne à Clermont, ou encore un très beau but pour une très belle série à Strasbourg.

Saint-Etienne n’est plus lanterne rouge

Cinq mois plus tard, l’ASSE quitte enfin la zone rouge. Après deux victoires de rang en Championnat, les Stéphanois se sont imposés (2-1) sur la pelouse de Clermont, pour signer la passe de trois. Une victoire qui permet à Sainté de quitter provisoirement sa place de lanterne rouge, au profit des Girondins de Bordeaux. Désormais barragistes, les hommes de Pascal Dupraz confirment leur bonne form, entrevue depuis plusieurs semaines. Effet Dupraz ou effet mercato ? Qu’importe, tant que cela paie.

Toutefois, les Verts auront fort à faire lors des deux prochaines journées, avec la réception de Strasbourg (le 20 février, 15 heures) et un déplacement sur la pelouse du Parc des Princes (le 26 février, 21 heures) à la leader Paris.

Kévin Gameiro inarrêtable, comme son équipe

Cet été, l’enfant du club est rentré au bercail. À 34 ans, Kévin Gameiro s’est offered une fin de carrière là où tout a commencé. Et il n’est pas venu en pré-retraite. S’il n’avait attendu que la 2e journée, et une défaite à Paris (4-2) pour faire trembler les filets de Ligue 1, l’avant-centre peinait quelque peu à enchaîner. Depuis le début de l’année 2022, il est inarrêtable. Sur la pelouse d’Angers (0-1), il a inscrit son cinquième but en six matchs, d’une reprise de volée imparable à l’entrée de la surface de réparation.

Grâce à ce nouveau succès, le Racing continue de progresser au classement. Il se classe ce soir en quatrième position, à deux points seulement de l’OGC Nice, deuxième.

Festival offensif brestois

On disait Brest fatigué, au creux de la vague après un départ canon. Sur sa pelouse de Francis Le Blé, le Stade brestois a dissipé les quelques doutes qui subsistaient après des dernières semaines moins convaincantes. Pour la première à domicile de son nouveau joueur, Youcef Belaïli, les Bretons ont signé un festival offensif face à Troyes (5-1).

Jamais cette saison ils n’avaient inscrit autant de buts en un seul match. Dans leur opération maintien, les joueurs de Michel Der Zakarian vont avoir deux rendez-vous d’importance : un déplacement à Reims, le week-end prochain (le 20 février, 15 heures), puis la réception de Lorient, une tard semaine (le 27 février, 15 heures).

Bordeaux sans défense

Qu’il s’agisse de David Guion ou de n’importe qui d’autre, le futur entraîneur des Girondins de Bordeaux va très rapidement devoir s’occuper du chantier qu’est la défense. Face à Lens (défaite 3-2), les coéquipiers de Marcelo ont franchi la barre des 60 buts encaissés (61) cette saison en Ligue 1. Soit une moyenne de 2,5 buts concédés par match. Dans les cinq grands Championnats, seule la lanterne rouge allemande, Greuther Furthfait pire, avec une moyenne de 2,6 buts encaissés par rencontre (57 buts concédés en 22 matchs).

Sur ce match, les Girondins peuvent nourrir de sérieux regrets car, hormis une première demi-heure de jeu catastrophique, ils étaient parvenus à inscrire deux buts par Alberth Elis (33e) et Ui-jo Hwang (53e). En toute fin de partie, les hommes au scapulaire ont même poussé pour tenter d’arracher le point du nul. Il n’en sera finalement rien. Couplée à la victoire de Saint-Etienne, cette douzième défaite enfonce Bordeaux à la dernière place du classement.

Leave a Comment

Your email address will not be published.