TEMOIGNAGE.  "J'ai été brûlée au toisième degré… Et j'ai fait ma thérapie grâce à TikTok!"

TEMOIGNAGE. “J’ai été brûlée au toisième degré… Et j’ai fait ma thérapie grâce à TikTok!”

Depuis des mois, Lauryne, 18 ans, brûlée au troisième degré, partage sur TikTok son quotidien dans son center de rééducation pour sensibiliser les jeunes sur les accidents domestiques.

“Si on m’avait dit, il ya huit mois quand je me suis réveillée du coma, que je passerais un jour à la télé ou que je serais interviewée” dans Closerje n’y aurais pas cru!”, s’exclame Lauryne. Depuis le 14 mai, la jeune fille poste sur TikTok des vidéos de sa vie au center de rééducation ou elle est soignée après avoir été gravement brûlée au troisième degré. Elle y explique son accident, son combat et les soins qu’elle reçoit. Et ça cartonne.

Sa première vidéo était un saut dans l’inconnu. “J’ai été très touchée par tous les gentils messages que j’ai reçus. TikTok, ça touche beaucoup de personnes qui ne sont pas dans mon cercle d’amis. Nombreux sont ceux qui me posaient des questions, voula alient comprend ‘ai continué à partager. Je montre mon appareillage autour du cou et les bandes que je porte tous les jours pour aider la peau à cicatriser et retrouver de la souplesse. J’y ai un peu trouvé ma thérapie.” Car en novembre 2020, Lauryne a été victime d’un grave accident home.

A terre, la jeune femme se protège le visage de ses mains : “J’ai vu la mort arriver”

Un samedi midi, sa famille reçoit deux amies à déjeuner. Ces dernières apportent un appareil à fondue qui fonctionne avec de l’alcool à brûler. “Le plus terrible, c’est que j’étais contre, je trouvais cela dangereux, précise Valérie, la maman de Lauryne. Mais elles nous ont assuré qu’elles savaient l’utiliser. J’aurais dû m’écouter, regrette-t-elle. Ils sont cinq autour de la table, trois adults et deux adolescentes, lorsque le drame survient. Une des invitées veut ajouter de l’alcool dans l’appareil déjà allumé. Alors qu’elle verse le liquide, un retour de flammes se product. Dans un mouvement de panique, l’alcool qu’elle tenait à la main se déverse sur Lauryne, qui s’embrase immédiatement.

A terre, la jeune femme se protège le visage de ses mains. “J’ai vu la mort arriver”, confie-t-elle. Son beau-père tente de stopper avec ses mains, puis avec une couverture, les flammes bleues qui la rongent. En vain. Heureusement, la famille possède un extincteur à poudre. On lui a dit : “Lauryne, retiens ta respiration” et on l’a aspergée avec l’extincteur. Sur les conseils du Samu qui était en route, nous lui avons retiré ses vêtements pour la placer sous la douche, car sa peau continuait de brûler de l’intérieur. A leur arrivée, ils ont été formidables. Quand vous voyez la médecin du Samu se tenir sous la douche avec votre enfant qui vient d’être brûlée… Nous ne remercierons jamais assez tous les soignants exceptionnels qui, depuis le début, s’occup de Lauryne.”

” L’ado insouciante que j’étais avant me manque, mais je suis fière de mon parcours”

Transférée en urgence à l’hôpital Edouard-Herriot in Lyon, la jeune fille de 17 ans est placée dans le coma, brûlée au troisième degré sur 28 % de son corps. “Le lendemain, le médecin nous a appelés pour nous dire que ma fille avait de ‘la chance de ne pas être aveugle’.” Là, nous avons compris qu’il allait falloir positiver et prendre toutes les bonnes nouvelles qui se pconfie sa maman. Les organes vitaux de Lauryne sont préservés. Elle est opérée huit fois et les greffes prennent bien. A son réveil, elle réalise. “Pour moi, j’étais un monstre. Je me suis dit : ‘Ma vie est finie.’ Et puis, avec le temps, j’ai compris que non. Depuis, j’ai gagné beaucoup en maturité. Je tiens à sensibiliser les jeunes aussi pour leur dire de faire attention, qu’un accident arrive vite même à la maison. vie peut basculer en une seconde”.

“Je pense à tous les grands brûlés comme moi. Avant, j’étais l’adolescente insouciante qui menait une vie paisible, sans souci. Elle me manque, mais je suis fière de mon parcours, des batailles reiport que j” -même. J’ai plein de projets, je veux passer mon bac, continue mes études, faire du commerce international, maîtriser l’anglais et l’espagnol, voyager. La vie continue et je me sens forte.”

Loading widget

Inscrifez-vous à la Newsletter de Closermag.fr pour recevoir gratuitement les dernières actualités

2/10 –

Lauryne Morin
Sa première vidéo TikTok était un saut dans l’inconnu. “J’ai été très touchée par tous les gentils messages que j’ai reçus.”

3/10 –

Lauryne Morin
“Nombreux sont ceux qui me posaient des questions, voulaient comprendre, alors j’ai continué à partager.”

© INSTAGRAM LAURYNE_MRN

4/10 –

Lauryne Morin
“Je montre mon appareillage autour du cou et les bandes que je porte tous les jours pour aider la peau à cicatriser. J’y ai un peu trouvé ma thérapie.”

© INSTAGRAM LAURYNE_MRN

5/10 –

Lauryne Morin
Lauryne a été opérée huit fois.

© INSTAGRAM LAURYNE_MRN

6/10 –

Lauryne Morin
“Si on m’avait dit, quand je me suis réveillée du coma, que je passerais à la télé ou que je serais interviewée dans Closer, je n’y aurais pas cru!”

© INSTAGRAM LAURYNE_MRN

7/10 –

Lauryne Morin
“Avant, j’étais l’adolescente insouciante qui menait une vie paisible, sans souci. Elle me manque, mais je suis fière de mon parcours.”

© INSTAGRAM LAURYNE_MRN

8/10 –

Lauryne Morin
“Je tiens à sensibiliser les jeunes aussi pour leur dire de faire attention, qu’un accident arrive vite même à la maison. La vie peut basculer en une seconde.”

© INSTAGRAM LAURYNE_MRN

9/10 –

Lauryne Morin
“J’ai plein de projets, je veux passer mon bac, continue mes études, faire du commerce international, maîtriser l’anglais et l’espagnol, voyager.”

© INSTAGRAM LAURYNE_MRN

10/10 –

Lauryne Morin
“A mon réveil, j’ai pensé que j’étais un monstre. Je me suis dit : “Ma vie est finie.” Et puis, avec le temps, j’ai compris que non.”

Leave a Comment

Your email address will not be published.