P. Espargaró repart de Mandalika avec les honneurs !

P. Espargaró repart de Mandalika avec les honneurs !

Personne n’aura finalement réussi à battre la référence établie par le Catalan durant la matinée.

La pré-saison du MotoGP™ prenait fin ce dimanche sur le tracé de Mandalika: une ultime journée que les équipes auront mis à profit pour valider le package définitif, en procédant à quelques longs runs. Le planning avait tout de même été légèrement revu, avec une petite coupure entre 13h et 13h45, pour nettoyer la piste et leur permettre de s’adonner à des essais de départ.

Chez Aprilia, Maverick Viñales (Aprilia Racing) et Aleix Espargaró (Aprilia Racing) seront finalement mis d’accord sur le châssis à adopter. Attaché par ailleurs à déterminer les réglages adéquats, le n°41 confiait s’être rarement senti aussi compétitif. La RS-GP a à vrai dire gagné en agilité et en vitesse, même si son coéquipier ressentait encore une marge de progression, en termes de ‘timeattack’.

Suzuki n’avait pour sa part qu’Alex Rins (Team Suzuki Ecstar) à disposition ; Joan Mir (Team Suzuki Ecstar) s’étant en effet réveillé avec de sérieux maux de ventre. « Quand je me suis levé ce matin, j’avais comme l’estomac retourné. J’ai quand même mangé un bout au petit déjeuner, mais arrivé au circuit, c’était encore pire. Le médecin est venu me voir, puis j’ai dû rentrer à l’hôtel. Ces maux de ventre ont eu raison de moi aujourd’hui, je n’avais pas suffisamment de force pour piloter la moto et nos plans ont été contrecarrés. Ça arrive, quoi qu’il en soit nous avons pu tirer de bonnes conclusions des deux premiers jours. Je pense que nous sommes plutôt prêts pour le Qatar, malgré les contretemps que nous avons pu rencontrer à Mandalika, » déclarait-il. Le constructeur japonais paraît en tout cas avoir comblé une bonne partie de son retard, au sujet du ride height device et du moteur. Pour ce qui est du châssis avec les renforts en carbone, évalué ce dimanche par Alex Rins, il n’est pas encore certain qu’ils l’utiliseront.

KTM était de son côté penché sur l’aérodynamique, outre cet échappement remanié, monté sur la RC16 de Miguel Oliveira (Red Bull KTM Factory Racing). En attendant, le nouveau bras oscillant semble fonctionner puisque le Portugais l’étrennait sur sa moto, tout comme Brad Binder (Red Bull KTM Factory Racing). L’objectif était surtout d’améliorer le grip.

Dans le clan Tech3, Remy Gardner (Tech3 KTM Factory Racing), assez éprouvé par la chaleur, l’activité pour le moins dense et sa récente opération du poignet, n’aura roulé que le matin. Raúl Fernández (Tech3 KTM Factory), victime d’une lourde chute la veille, avait passé tous les examens avec succès. Mais après sept tours, le Madrilène repartait à la faute et préférait jeter l’éponge.

Ducati a quant à elle délaissé son échappement allongé pour se concentrer sur l’aérodynamique. Si certains freinages leur posaient encore problème, Francesco Bagnaia (Ducati Lenovo Team) se disait ravi des avancées faites au cours du week-end. Même chose pour Marco Bezzecchi (Mooney VR46 Racing Team), qui ne s’attendait pas à avoir un aussi bon rythme durant la simulation de course. Un point que doit encore travailler Enea Bastianini (Gresini Racing MotoGP™) et Luca Marini (Mooney VR46 Racing Team) en revanche. Leur bilan restait malgré tout assez positif.

Honda jouait pendant ce temps-là sur les différents carénages. Une des motos de Takaaki Nakagami (LCR Honda Idemitsu) était égallement pourvue d’un nouveau châssis. Toujours est-il que Pol Espargaró (Repsol Honda Team) affirmait être beaucoup plus en sécurité sur sa RCV ; de quoi aborder ce début de saison en pleine confiance.